Un feu de forêt menace une ville pétrolière de l'ouest du Canada, nouvelles évacuations

Image
Cette image diffusée avec l'autorisation de Kosar montre la fumée et les flammes de l'incendie à Fort McMurray, en Alberta, au Canada, le 14 mai 2024

Cette image diffusée avec l'autorisation de Kosar montre la fumée et les flammes de l'incendie à Fort McMurray, en Alberta, au Canada, le 14 mai 2024

@superkosar Twitter account/AFP
Partager4 minutes de lecture

Nouvelle alerte au Canada: des milliers d'habitants ont reçu l'ordre mardi d'évacuer en raison de l'approche d'un feu de forêt à proximité de Fort McMurray, le plus gros complexe de sables bitumineux du pays.

Située en Alberta (ouest), cette ville de 70.000 habitants est doublement connue car elle est le centre de la production de pétrole du Canada et aussi le symbole de la plus grosse catastrophe de l'histoire du pays, en termes de destruction, après avoir été partiellement ravagée par les flammes en 2016.

Cette image diffusée par Alberta Wildfire montre des colonnes de fumée dans la zone forestière cannadienne de Fort McMurray, en Alberta, le 13 mai 2024

Cette image diffusée par Alberta Wildfire montre des colonnes de fumée dans la zone forestière canadienne de Fort McMurray, en Alberta, le 13 mai 2024

Alberta wildfire/AFP

"Nous observons un comportement extrême du feu" qui "est poussé vers la ville par le vent", a déclaré Josée St-Onge, porte-parole des pompiers de l'Alberta, lors d'une conférence de presse.

"La fumée réduit la visibilité et il est difficile de déterminer les distances exactes", a-t-elle complété, précisant que les "pompiers avaient été retirés de la première ligne pour des raisons de sécurité" face à un feu trop intense.

Canada : un feu de forêt menace Fort McMurray, la ville pétrolière de

Canada : un feu de forêt menace Fort McMurray, la ville pétrolière de

AFP

Cet incendie, qui a déjà consumé 9.600 hectares de forêt, se trouve à maintenant seulement 13 kilomètres de la ville. Tous les quartiers sud (Prairie Creek, Abasand, Grayling Terrace et Beacon Hill) ont donc reçu un ordre d'évacuation en milieu de journée mardi.

Mardi en fin d'après-midi sous un ciel obscurci par la fumée des feux de forêt, d'immenses files de voitures se pressaient sur l'autoroute pour quitter la zone. De nombreux habitants sont encore traumatisés par le chaos qui a entouré l'évacuation en 2016 des 90.000 habitants par l'unique route d'accès de la ville entourée de forêt.

"Je suis très angoissée car en 2016 mon appartement a brûlé donc je revis tout cela", raconte Ashley Russell, résidente de Fort McMurray.

Perte de forêt record au Canada en 2023

Surface de forêt perdue chaque année depuis 2001 au Canada

AFP

Cette dernière n'habite pas dans un quartier évacué mais elle a déjà fait ses "valises", pour ne pas être prise au dépourvu comme il y a huit ans. "Je suis prête à partir."

Après avoir vécu l'an passé la pire saison d'incendies de son histoire, le Canada a connu l'un de ses hivers les plus chauds, avec peu de neige dans de nombreuses régions.

Des conditions de sécheresse forte ou extrême dans une grande partie du pays qui font craindre un nouvel été apocalyptique. D'autant plus que cet hiver, le pays a enregistré un nombre record de feux zombies, ces brasiers qui couvent sous la neige dans l'épaisse profondeur des tourbières de la forêt boréale.

3 millions de barils de pétrole

Toutefois le chef des pompiers de la région Jody Butz a tenu à rassurer la population estimant que "l'activité des incendies est très différente de celle de 2016".

"Nous disposons de ressources abondantes et nous sommes bien placés pour répondre à la situation", a-t-il estimé.

Cette image diffusée avec l'autorisation de Kosar montre la fumée et les flammes de l'incendie à Fort McMurray, en Alberta, au Canada, le 14 mai 2024

Cette image diffusée avec l'autorisation de Kosar montre la fumée et les flammes de l'incendie à Fort McMurray, en Alberta, au Canada, le 14 mai 2024

@superkosar Twitter account/AFP

Tous les regards sont néanmoins tournés vers la région car le risque est grand à cause des installations pétrolières. Le Canada possède 10% des réserves mondiales d'or noir, dont une très grande partie se trouve dans les sables bitumineux.

Chaque jour, plus de 3 millions de barils de pétrole sont extraits des sables, d'après les chiffres officiels du gouvernement, contribuant à faire du Canada le quatrième producteur mondial et le premier exportateur de brut vers les Etats-Unis.

Un peu plus à l'ouest, où près de 5.000 personnes ont également été évacuées durant le week-end près de la ville de Fort Nelson dans la province de Colombie-Britannique, la situation était mardi plus favorable.

"Il fait frais, le ciel est couvert et le vent est très léger", a déclaré à l'AFP Rob Fraser, le maire de la ville. "Si cela continue ainsi, nous pourrons peut-être maîtriser cette bête".

Photo aérienne, prise le 10 mai 2024 avec l'autorisation de l'Alberta Wildfire Service, de la fumée des incendies qui brûlent dans la zone forestière de Grande Prairie, en Alberta, au Canada

Photo aérienne, prise le 10 mai 2024 avec l'autorisation de l'Alberta Wildfire Service, de la fumée des incendies qui brûlent dans la zone forestière de Grande Prairie, en Alberta, au Canada

Alberta Wildfire Service/AFP/Archives

Victime des conséquences dévastatrices du réchauffement climatique, le Canada a connu en 2023 la pire saison des feux de son histoire.

Près de 18 millions d'hectares de terres sont partis en fumée - soit une superficie plus grande que la Grèce. Quelque 200.000 personnes ont par ailleurs dû être évacuées et la fumée des incendies s'est répandue jusqu'aux Etats-Unis et même en Europe.