L'actualité au Liban

Après les déchirements de sa guerre civile, les invasions israéliennes, son rejet majoritaire de la domination syrienne puis l'explosion de son puissant voisin apportant un nouvel afflux de réfugiés, le Liban se trouve aujourd'hui au centre des rivalités entre l'Arabie saoudite et l'Iran. Une nouvelle menace pour ses fragiles équilibres internes. Le pays est secoué par des manifestations d'ampleur en octobre 2019, après les élections législatives de mai 2018, les premières depuis 2009.

"Ma démission est en suspens". Déclaration de Saad Hariri, de retour à Beyrouth. Le Premier ministre libanais qui s'est tout...
Saad Hariri, qui était détenu en Arabie Saoudite selon Beyrouth, a répondu à l'invitation d'Emmanuel Macron. Le président...
Dans les rues de Beyrouth, le 11 novembre dernier. Des portraits d'Hariri pour reclamer son retour.<br />
<sub>(AP Photo/Hassan Ammar) </sub>
Arrivé ce samedi à Paris, Saad Hariti reste-t-il ou non le chef du gouvernement libanais ?  A-t-il démissionné pour contrer...
L'arrière du Beirut Digital District, non loin du centre-ville.<br />
<sub>Photo Anaïs Renevier</sub>
Dans un pays où les coupures d'électricité sont la norme quotidienne, où Internet est l'un des plus lents au monde, où la menace...
Marine le Pen reçue par le président libanais Michel Aoun le 20 février 2017.<br />
<sub>(AP Photo/Hussein Malla) </sub>
Après Emmanuel Macron, la candidate d'extrême-droite à l'élection présidentielle française Marine le Pen  effectue une visite...
Le Premier ministre libanais Saad Hariri, à gauche, intervient lors d'une conférence de presse avec le candidat à la présidence française et l'ancien ministre français de l'Economie, Emmanuel Macron, à la Maison du Gouvernement au centre-ville de Beyrouth, au Liban, mardi 24 janvier 2017.
Dans le seul pays francophone du Proche-Orient, et à proximité de la Syrie, plusieurs candidats à la présidentielle française...
Saad Hariri (à gauche), aujourd'hui revenu au poste de Premier ministre,  et le président de la République Michel Aoun en octobre 2016.<br />
<sub>(AP Photo/Hussein Malla) </sub>
Le nouveau gouvernement libanais marque le retour de Saad Hariri après cinq années d'éclipse. Son équipe comprendra des membres d'un Hezbollah qu'il considère comme assassin de son père mais consacre, « face aux incendies » de la région, l'exigence d'union nationale. Et implicitement l'influence retrouvée de Damas et Téhéran.

Pages