Direct terminé à 20h00
Direct commencé à 6h30

DIRECT - Ukraine : les Ukrainiens progressent assure Jens Stoltenberg

Peu avant l'aube, ce mardi 13 juin, des frappes russes sur la ville natale de Zelensky, Kryvyï Rig, dans le centre de l'Ulkraine, on fait 11 morts. Ce même jour, Vladimir Poutine a déclaré à des correspondants de guerre russes que ses forces "écrasaient" la contre-offensive ukrainienne. Mais le secrétaire général de l'OTAN Jens Stoltenberg assure que l'armée ukrainienne "progresse" dans sa contre-offensive.

Partager
Image
Le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, dans le bureau ovale de la Maison Blanche avec le président des États-Unis Joe Biden ce 13 juin 2023.

Le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, dans le bureau ovale de la Maison Blanche avec le président des États-Unis Joe Biden ce 13 juin 2023.

© capture d'écran AFPTV
24
nouvelle(s) publication(s)
18h14
Contre-offensive

Les Ukrainiens "progressent", assure le chef de l'Otan

"Plus les Ukrainiens pourront libérer de territoire, meilleure sera leur position à la table des négociations", a estimé le chef de l'alliance de défense, assis dans le Bureau Ovale aux côtés du président américain, le principal architecte du soutien occidental à l'Ukraine.

Le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, dans le bureau ovale de la Maison Blanche avec le président des États-Unis Joe Biden ce 13 juin 2023.

Le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, dans le bureau ovale de la Maison Blanche avec le président des États-Unis Joe Biden ce 13 juin 2023.

© capture d'écran AFPTV

Les États-Unis ont d'ailleurs annoncé mardi une aide militaire supplémentaire de 325 millions de dollars, visant notamment à renforcer la défense aérienne ukrainienne.

Premier pays donateur à l'Ukraine, ils ont livré ou promis plus de 39,7 milliards de dollars d'armements divers aux forces de Kiev depuis l'invasion russe le 24 février 2022. Joe Biden a pour sa part évoqué le prochain sommet annuel de l'Otan à Vilnius (Lituanie), qui se tiendra en juillet. "Nous avons renforcé le flanc oriental de l'Otan, et bien fait comprendre que nous défendrons le moindre pouce de territoire" des pays membres de l'alliance, a dit le président américain, en assurant que lors du sommet, "nous continuerons sur cette lancée".

Cette réunion annuelle sera en théorie la dernière pour Jens Stoltenberg, plusieurs fois prolongé à son poste et dont le mandat s'achève cet automne. "Je suis absolument persuadé que (les 31 pays membres) vont trouver un excellent successeur", a dit le Norvégien à CNN ce mardi, assurant que sa "priorité pour l'instant (était) de diriger l'alliance jusqu'à la fin de (son) mandat".
 

17h40

L'AIEA à Zaporijjia

Rafael Grossi a rencontré le président Zelensky à Kiev avant de se rendre à la centrale de Zaporijjia demain.

Rafael Grossi avec Volodymyr Zelensky à Kiev ce 13 juin 2023

Rafael Grossi avec Volodymyr Zelensky à Kiev ce 13 juin 2023. Le chef de l'AIEA doit se rendre sur le site de la centrale nucléaire de Zaporijjia.

© capture d'écran video Reuters

Interrogé par des journalistes sur l'état de la centrale, le chef de l'Agence internationale de l'énergie atomique a dit que les réacteurs étaient en mode éteint. "Sur les 6 réacteurs, cinq sont en mode "cold shut down", c'est à dire, en fonctionnement extrêmement réduit, et un est toujours en régime de production de chaleur, ce qui signifie qu'il fonctionne à un niveau légèrement plus élevé qui permet de produire juste ce qu'il faut de vapeur pour permettre aux fonctions de sécurité de la centrale d'être opérationnelles."

17h31
NORD STREAM

Les Pays-Bas avaient averti la CIA du projet de destruction de Nord Stream

Les services de renseignements militaires néerlandais ont averti la CIA d'un projet ukrainien de faire sauter le gazoduc Nord Stream trois mois avant que des explosions n'endommagent l'ouvrage sous-marin, rapportent trois médias occidentaux.

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

La centrale américaine a alors exhorté Kiev à ne pas poursuivre l'opération, a rapporté la télévision publique néerlandaise NOS, en collaboration avec l'allemand ARD et l'hebdomadaire Die Zeit.

La CIA a averti l'Ukraine "après avoir reçu un rapport alarmant des services de renseignement militaires néerlandais (MIVD) qui ont entendu parler des plans via une source ukrainienne", a expliqué NOS.

Le Washington Post a écrit le 6 juin que la CIA avait été prévenue des projets ukrainiens par une agence d'espionnage d'un pays européen, mais sans nommer l'État concerné.

Interrogée sur ces informations, la ministre néerlandaise de la Défense, Kajsa Ollongren, a refusé de commenter.
"Je ne peux pas commenter le travail de nos services de renseignement", a-t-elle déclaré aux journalistes lors d'une conférence de presse à Amsterdam, ajoutant que l'incident faisait l'objet d'une enquête par l'Allemagne, la Suède et le Danemark.

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

Les gazoducs Nord Stream 1 et 2, devant transporter du gaz naturel de la Russie vers l'Allemagne, ont été sabotés par des explosions sous-marines le 26 septembre et rendus inopérants, privant potentiellement Moscou de milliards de dollars de revenus.

Plusieurs pays, dont la Russie, l'Ukraine et les États-Unis, ont été accusés d'en porter la responsabilité, mais tous s'en sont défendus. Le 31 mai, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a réaffirmé qu'il n'était pas impliqué dans l'explosion du gazoduc Nord Stream et ne croyait pas que d'autres responsables ukrainiens aient joué un rôle, comme l'ont affirmé plusieurs journaux.

Le plan qui aurait été intercepté par les services de renseignement néerlandais indiquait que le général ukrainien Valéry Zaloujny était en charge de l'opération, impliquant une petite équipe de plongeurs utilisant un voilier, et que le président Zelensky n'était pas au courant, selon NOS.

Les révélations du Washington Post sont cohérentes avec des informations d'enquêteurs allemands selon lesquelles une équipe de six personnes équipées de faux passeports aurait loué un voilier depuis le port de Rostock, en Allemagne, pour conduire l'opération.

La société polonaise ayant loué le voilier serait en fait détenue par des Ukrainiens.
Des médias danois ont toutefois récemment rapporté qu'un navire de la marine russe spécialisé dans les opérations sous-marines avait été photographié près de la zone du sabotage peu avant les explosions.

17h29

Contre-offensive ukrainienne: Kiev revendique des "gains"

L'Ukraine assure que ses forces armées gagnent du terrain, peu après que le président russe Vladimir Poutine a revendiqué écraser la contre-offensive ukrainienne.

"De violents combats offensifs et défensifs se déroulent dans l'est et le sud de notre nation", a déclaré sur les réseaux le chef des forces armées ukrainiennes, Valéry Zaloujny. "Nous avons des gains, nous appliquons notre plan, et nous avançons", a-t-il dit.
 

16h30
ARMES

Nouvelle aide militaire américaine à l'Ukraine de 325 millions de dollars

Les États-Unis annoncent une aide militaire supplémentaire de 325 millions de dollars à l'Ukraine, visant notamment à renforcer sa défense aérienne face à la Russie.

Il s'agit principalement d'équipements de défense aérienne, de munitions d'artillerie, d'armes anti-chars et de véhicules blindés, selon un communiqué du département d'État américain.

Premier pays donateur à l'Ukraine, les États-Unis ont livré ou promis plus de 39,7 milliards de dollars d'armements divers aux forces de Kiev depuis l'invasion russe le 24 février 2022.

Cette nouvelle tranche d'aide intervient au moment où Kiev a lancé une offensive contre les forces russes dans l'est et le sud du pays afin de libérer les territoires occupés par la Russie.

Washington avait déjà annoncé le 2 juin une enveloppe d'aide militaire d'environ 2 milliards de dollars, concernant principalement des équipements de défense antiaérienne, sous la forme de commandes diverses à l'industrie de défense.
 

16h04

La Russie envisage de quitter l'accord céréalier

La Russie envisage de quitter l'accord sur l'exportation des céréales ukrainiennes en raison notamment du non-respect, selon Moscou, de clauses sur l'exportation des engrais russes, affirme Vladimir Poutine.
"Nous réfléchissons maintenant à nous retirer de cet accord céréalier (...) De nombreuses conditions qui devaient être appliquées n'ont pas été respectées", a-t-il déclaré lors d'une réunion télévisée avec des correspondants de guerre russes. Il a aussi accusé Kiev d'utiliser les couloirs maritimes prévus par cet accord pour attaquer la flotte russe avec des drones.

Un navire russe en mer Noire "a été attaqué par un drone hier ou avant-hier", a-t-il assuré, semblant faire référence à une attaque contre un navire russe avec des vedettes téléguidées que Moscou a affirmé dimanche avoir déjouée. Pour les militaires russes qui combattent au front, "ce n'est sans doute pas clair pourquoi on maintient cet accord", a dit Vladimir Poutine.

La Russie menace régulièrement de se retirer de cet accord sur les céréales ukrainiennes conclu en juillet 2022 avec le parrainage des Nations unies et de la Turquie.

Lundi, le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres s'est dit "inquiet" pour l'avenir de l'accord, assurant "travailler dur" pour sa prolongation au-delà du 18 juillet.

Cet accord crucial qui a permis de soulager la crise alimentaire mondiale provoquée par le conflit en Ukraine a été prolongé plusieurs fois depuis, la dernière en mai, pour deux mois, à l'issue d'intenses négociations.

Moscou réclame notamment le respect d'un deuxième accord signé en même temps avec l'ONU pour faciliter ses propres exportations de produits alimentaires et d'engrais.

La Russie exige en particulier la reprise du fonctionnement du pipeline Togliatti-Odessa pour les livraisons d'ammoniac, un composant chimique essentiel de l'engrais minéral.

Mais une explosion sur une portion de cette infrastructure la semaine dernière dans le nord-est de l'Ukraine, dont Moscou et Kiev s'accusent d'être responsables, risque d'avoir un "impact négatif" sur l'avenir de l'accord céréalier, a prévenu le Kremlin.
 

15h13

La Russie manque de munitions de haute précision et de drones, selon Poutine

L'offensive militaire en Ukraine a mis en lumière un manque de munitions de haute précision et de drones dans l'arsenal de la Russie, a déclaré mardi le président Vladimir Poutine.

"Il est clairement apparu que plusieurs choses manquaient: des munitions de haute précision, des équipements de communication, des drones", a énuméré Poutine lors d'une réunion avec des correspondants de guerre russes. "Nous en avons, mais pas en quantité suffisante, malheureusement", a-t-il ajouté.
 

14h42
Opération de com'

Poutine affirme que les pertes ukrainiennes sur le front sont "quasi catastrophiques"

Le président Poutine a réuni un groupe de correspondants de guerre et de bloggeurs au Kremlin pour une "conversation franche et honnête" pour reprendre les termes de l'un d'entre eux.

Il leur a affirmé que que l'armée ukrainienne subissait des pertes quasiment "catastrophiques" depuis qu'elle a lancé sa contre-offensive sur plusieurs secteurs du front en Ukraine.
"Les pertes s'approchent d'un niveau qu'on peut qualifier de catastrophique", alors que les pertes russes "sont dix fois moindre".  l'Ukraine a lancé cette "contre-offensive à grande échelle, avec l'utilisation de réserves préparées à cette fin", le 4 juin sur "plusieurs" secteurs du front.

Il a cité deux secteurs dans le sud de l'Ukraine et un dans l'est, sans mentionner celui de Bakhmout où les forces ukrainiennes ont aussi fait état d'offensives qui leur ont permis d'avancer de plusieurs centaines de mètres.

"L'ennemi n'a réussi dans aucune de ces zones. Il a subi de lourdes pertes", a poursuivi Vladimir Poutine, affirmant que la moitié de ces pertes ukrainiennes étaient "irréversibles". Il a assuré que Kiev avait perdu "environ 25 ou peut-être 30% de l'équipement" qui a été fourni à l'Ukraine par les Occidentaux, donnant le chiffre de 160 chars et plus de 360 blindés hors d'usage.

Côté russe, il a admis la perte de 54 chars, "dont certains doivent être restaurés et réparés". Vladimir Poutine a en revanche admis que la Russie aurait pu être "mieux préparée" aux attaques de drones et d'artillerie sur son territoire à partir de l'Ukraine, qui se sont multipliées ces dernières semaines."Bien sûr, il est nécessaire de renforcer la frontière (...) Il était possible d'être mieux préparé à cela", a-t-il indiqué, après des incursions et attaques ayant notamment visé la région russe de Belgorod, frontalière de l'Ukraine.

14h35
Médias

Poutine rencontre les correspondants de guerre

Le président Poutine a organisé une réunion avec des correspondants de guerre et des blogggeurs qui couvrent le conflit sur le front Russo-Ukrainien.

Un d'eux, Rossiya-1, le surnom de Yevgueni Poddubny, a remercié Poutine pour cette rencontre qui a été "honnête et franche". C'est la troisième fois que le président russe organise ce genre de rencontre. La première fois c'était à l'occasion du Forum économique de Saint-Petersbourg en 2022 et ensuite en décembre de la même année, dans ce qu'on appelle "la zone d'opérations spéciales."

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

Vladimir Poutine explique qu'il préfère avoir ces rencontres hor caméra car "tout le monde veut que ça secoue, et généralement ça se passe quand les caméras télé sont là". Yevgueni Poddubny l'a assuré qu'ils vont se contrôler et il espère que "cette conversation sera aussi franche et honnête - nous y comptons tous."

"De mon côté, absolument. Je vous le promets" a répondu Poutine.

La rencontre était bien sûr filmée et les images envoyées aux agences de presse internationales par le service de communication du Kremlin. Devant ces mêmes journalistes, Poutine a affirmé que ce sont des HIMARS ukrainiens qui ont endommagé le barrage de Khakovska.

 

14h33
Écocide

Le chef de l'administration présidentielle ukrainienne Andriï Iermak évalue les dommages écologiques

Le chef de l'administration présidentielle ukrainienne Andriï Iermak s'est réuni avec l'ancienne commissaire europénne et ancienne ministre des Affaires étrangères suédoise, Margot Wallstrom. Ils ont abordé la question des écocides dont s'est rendue responsable la Russie est des actions à mettre en place siute à la rupture du barrage sur le Dniepr.

Tweet URL

Le groupe de travail devrait se concentrer, ajoute le conseiller, sur plusieurs points notamment "l'évaluation des dommages causés par la Russie à l'environnement, leur responsabilté pour l'écocide et d'autres crimes commis contre l'environement et les réparations environnementales."

14h08

Le chef de l'Otan espère que la contre-offensive incitera Poutine à négocier

Une contre-offensive réussie de l'Ukraine pourrait inciter le président russe Vladimir Poutine à "s'asseoir à la table des négociations", a dit le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg à CNN mardi.
"Plus (les Ukrainiens) gagneront de terrain, plus il est probable que le président Poutine comprenne qu'il doit s'asseoir à la table des négociations et donner son accord à une paix juste et durable", a dit le patron de l'alliance de défense occidentale, qui doit être reçu ce mardi par le président américain Joe Biden.

Cette entrevue aura lieu à quelques semaines du sommet annuel de l'Otan à Vilnius (Lituanie), en théorie le dernier pour Jens Stoltenberg dont le mandat s'achève cet automne.
"Je suis absolument persuadé que (les 31 pays membres) vont trouver un excellent successeur", a dit le Norvégien, assurant que sa "priorité pour l'instant (était) de diriger l'alliance jusqu'à la fin de (son) mandat".

Plusieurs spéculations courent sur la succession de Jens Stoltenberg: une prolongation pour ce dernier, la nomination de la première femme à ce poste, par exemple la Première ministre danoise Mette Frederiksen, ou alors un tout autre choix en la personne du ministre britannique de la Défense, Ben Wallace.

Joe Biden a récemment estimé à propos de ce dernier qu'il était "très qualifié" mais qu'il faudrait trouver un "consensus" au sein de l'Otan, une organisation parfois traversée de tensions comme l'illustre la procédure compliquée d'adhésion de la Suède.

Ankara bloque depuis treize mois l'entrée de la Suède dans l'Alliance atlantique, lui reprochant sa mansuétude envers les militants kurdes qu'elle héberge sur son sol.
Jens Stoltenberg a assuré qu'il était "très confiant" malgré tout et a souligné les efforts faits par la Suède pour trouver une entente avec la Turquie.

Stockholm a annoncé hier l'extradition vers la Turquie d'un partisan du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), condamné dans son pays pour trafic de drogue, répondant de facto à une condition posée par Ankara pour l'entrée dans l'Otan.
 

13h05
Désinformation

Paris dénonce une vaste campagne de désinformation en provenance de Russie

La France accuse la Russie de mener une vaste opération d'ingérence numérique en publiant de faux articles de grands quotidiens français hostiles à l'Ukraine. C'est un nouvel épisode de la guerre hybride de Moscou contre les Occidentaux, des "agissements indignes d'un membre permanent du Conseil de sécurité des Nations unies", selon la ministre des Affaires étrangères.

"Les autorités françaises ont mis en évidence l'existence d'une campagne numérique de manipulation de l'information contre la France impliquant des acteurs russes et à laquelle des entités étatiques ou affiliées à l'Etat russe ont participé en amplifiant de fausses informations", a dit Catherine Colonna dans une déclaration lue par sa porte-parole, ajoutant que Paris était en "lien étroit" avec ses alliés "pour mettre en échec la guerre hybride menée par la Russie".

Catherine Colonna est en déplacement en Moldavie ce mardi. Elle a rappelé la mobilisation de la France pour soutenir la Moldavie face aux tentatives de déstabilisation dont elle fait l’objet dans le contexte de l’agression russe contre l’Ukraine.

Tweet URL
12h59

Un prêtre tué par un bombardement russe dans la cour de son église

Un prêtre de 72 ans a été tué par un bombardement russe dans la cour de son église près de Kherson indique le chef de l'administration présidentielle ukrainienne Andriï Iermak.

"L'armée russe a bombardé la localité de Bilozerka à l'artillerie, touchant la cour d'une église et tuant le prêtre", a écrit Andreï Iermak sur Facebook publiant des images sur lesquelles on pouvait voir notamment des débris près d'une église.
Une femme de 76 ans a été blessée, a-t-il ajouté. Quatre maisons, la poste, des sites de d'infrastructures essentielles et la place centrale ont été endommagés, selon Iermak.

Bilozerka se trouve à une dizaine de kilomètres à l'ouest de la ville de Kherson, centre régional libéré par l'armée ukrainienne en novembre et partiellement inondé après la destruction d'un barrage sur le fleuve Dniepr attribuée à la Russie par Kiev.

Depuis la reprise de Kherson par les Ukrainiens, l'armée russe bombarde régulièrement la ville et ses environs depuis la rive orientale du Dniepr qui sert d'obstacle naturel à l'avancée de troupes de Kiev. Celles-ci ont lancé une contre-offensive dans le Sud et l'Est du pays dans l'objectif de reprendre l'ensemble du territoire occupé par les Russes.

11h40

Onze morts dans des frappes russes sur Kryvyï Rig

Les frappes russes sur la ville industrielle de Kryvyï Rig, dans le centre de l'Ukraine, ont fait au moins onze morts ce mardi avant l'aube, la Russie poursuivant sa tactique de bombardements nocturnes du pays en pleine contre-offensive ukrainienne.

10h24

L'armée russe affirme avoir capturé des chars allemands Leopard et des blindés américains Bradley

L'armée russe a affirmé ce mardi 13 juin, vidéo à l'appui, avoir capturé pour la première fois sur le front en Ukraine des chars de fabrication allemande Leopard et des blindés de fabrication américaine Bradley, fournis à Kiev par les Occidentaux pour sa contre-offensive.

"Des chars Leopard et des véhicules de combat d'infanterie Bradley. Maintenant, ce sont nos trophées", a indiqué le ministère russe de la Défense sur Telegram, accompagnant son message d'une vidéo filmée au téléphone montrant plusieurs véhicules militaires endommagés.

Qui anime ce direct ?

avec agences
Les faits

Peu avant l'aube, des frappes russes sur la ville industrielle de Kryvyï Rig, dans le centre de l'Ulkraine, on fait 11 morts.

Kiev continue son offensive dans le Sud et l'Est du pays. Zelensky a déclaré que "les combats sont difficiles, mais nous progressons". Sept villages ont été repris dans la région de Zaporijjia et autour de Bakhmout.

Moscou affirme de son côté avoir repssé les attaques ukrainiennes dans la région de Donetsk, près de Velyka Novossilka ainsi que près du village de Levadné, proche de Zaporijjia.

Deux chars Leopard allemands ont été endommagés par les Russes et ne pourront pas forcément être remplacés déclare le ministre allemand de la Défense.

La centrale nucléaire de Zaporijjia est toujours fragilisée. Le chef de l'AIEA, Rafael Grossi est à Kiev ce mardi et tentera de se rendre sur le site demain.