Live démarré le 15 juin à 04h30 TU.

DIRECT - Ukraine : une médiation de paix africaine en Ukraine au son de sirènes et d'explosions

Une délégation de dirigeants africains, dont le président sud-africain Cyril Ramaphosa, est arrivée ce vendredi 16 juin, en Ukraine pour une mission de médiation entre ce pays et la Russie. Elle a été accueillie par une attaque de missiles russes qui a visé Kiev.

Les horaires sont affichés en temps universel.

Partager
Image
LIVE UKRAINE 16 JUIN DELEGATION

Le président sud-africain Cyril Ramaphosa, le Premier ministre égyptien Moustafa Madbouli, le président de l'Union des Comores Azali Assoumani, le président sénégalais Macky Sall et le président zambien Hakainde Hichilema assistent à une cérémonie de commémoration sur le site d'une fosse commune à Boutcha, dans la périphérie de Kiev, Ukraine, vendredi 16 juin 2023.

AP Photo/Efrem Lukatsky
30
nouvelle(s) publication(s)
18h51

Zelensky exclut des négociations avec Moscou après la visite de la délégation africaine.

Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, a exclu à nouveau toute négociation avec la Russie à l'issue de sa rencontre avec des dirigeants africains venus tenter une médiation entre Kiev et Moscou. 

"Aujourd'hui j'ai clairement dit pendant notre rencontre (avec la délégation africaine) que permettre toute négociation avec la Russie maintenant, quand l'occupant est sur notre terre, signifie de geler la guerre, geler la douleur et la souffrance", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse conjointe avec les dirigeants africains. 

Avant de lancer son invasion de l'Ukraine en février 2022, "la Russie a longuement tenté de tromper tout le monde avec (les accords de paix de) Minsk", a-t-il accusé.

"Il est clair que la Russie essaie à nouveau d'utiliser sa vielle tactique de tromperie. Mais la Russie ne réussira plus à tromper le monde. Nous n'allons pas lui donner une seconde chance."

Tweet URL
17h54

Paris exhorte Ankara et Budapest à ratifier l'entrée de la Suède dans l'OTAN.

"Il est temps que le processus aille à son terme (...) et la France souhaite que la Suède soit présente au sommet de Vilnius comme membre à part entière de l'Alliance atlantique, a déclaré la cheffe de la diplomatie française, Catherine Colonna, lors d'une conférence de presse conjointe à l'issue d'une rencontre bilatérale avec son homologue suédois Tibias Malström. Nous ne pouvons pas nous permettre d'attendre plus."

"Nous avons collectivement besoin de revenir aux fondamentaux et aux raisons de cette adhésion", a-t-elle argué. Elle a souligné que cette adhésion va renforcer non seulement la sécurité et la stabilité de la région baltique mais encore de l'Europe dans son ensemble alors que la guerre en Ukraine se poursuit.

Elle a estimé que c'était dans "l'intérêt de tous" d'aller de l'avant. "A l'inverse, retarder cette adhésion (...) créerait une difficulté dont nous ne comprenons pas la raison."

Une réunion tripartite entre la Turquie, la Suède et la Finlande a lieu cette semaine à Ankara afin d'évoquer le projet d'adhésion de la Suède à l'Otan.

"Des progrès ont été réalisés, a affirmé dans la foulée le secrétaire général de l'Organisation du traité de l'Atlantique nord (OTAN), Jens Stoltenberg. Il demeure possible de parvenir à un accord d'ici le sommet" de l'Alliance atlantique prévu à Vilnius (Lituanie) les 11 et 12 juillet.

Mais le président turc Recep Tayyip Erdogan a averti que la Turquie ne "satisfera" pas nécessairement les "attentes" de la Suède lors du prochain sommet de l'Alliance.

Tobias Billström, pour la seconde fois à Paris depuis sa nomination en octobre dernier, a remercié la France de son soutien. Il a rappelé que la guerre en Ukraine aété un tournant pour la Suède, qui a "renoncé à 200 ans de non-alignement. Nous voulons être membre de l'Otan mais la décision est entre dans les mains de la Turquie."

17h47

Les États-Unis ne voient "pas de raison" de changer de posture nucléaire.

Washington n'a "pas de raison" de changer de posture nucléaire malgré le déploiement d'ogives nucléaires russes au Bélarus, affirme le chef de la diplomatie américaine, Antony Blinken.

"Nous n'avons pas de raison d'ajuster notre posture nucléaire. Nous ne voyons aucune indication que la Russie se prépare à utiliser une arme nucléaire", a-t-il affirmé devant la presse.

17h44

Cyril Ramaphosa appelle à une "désescalade des deux côtés."

Lors d'une conférence de presse conjointe avec le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, à Kiev, le président sud-africain, Cyril Ramaphosa, a appelé l'Ukraine et la Russie à la "désescalade des deux côtés."

"Aujourd'hui, alors que nous étions ici, nous avons entendu parler de frappes de missiles et ces types d'hostilités ne sont pas bons pour favoriser la paix", a-t-il ajouté.

Arrivée pour une mission de médiation, la délégation de dirigeants africains a été accueillie dans la matinée par une attaque de missiles russes qui a visé la région de Kiev.

Elle doit ensuite se rendre en Russie pour y rencontrer, samedi 17 juin, Vladimir Poutine.

Tweet URL
16h50

Zelensky invité au premier sommet Ukraine-OTAN.

L'Ukraine ne sera pas invitée à adhérer à l'Organisation du traité de l'Atlantique nord (OTAN) lors du sommet de Vilnius (11 et 12 juillet prochains). Mais l'Alliance souhaite tenir à cette occasion la première réunion du nouveau conseil OTAN-Ukraine avec le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, a indiqué le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg.

"Nous travaillons à la création d'un nouveau Conseil Otan-Ukraine au sein duquel l'Ukraine sera sur un pied d'égalité avec les Alliés de l'Otan", a-t-il déclaré à l'issue d'une réunion des ministres de la Défense de l'Alliance à Bruxelles. Notre ambition est de tenir la première réunion du nouveau Conseil à Vilnius, avec le président Zelensky."

Ce nouveau conseil permettra des consultations et la prise des décisions sur des questions de sécurité d'intérêt mutuel, a expliqué le responsable otanien. Les relations entre l'Alliance et l'Ukraine se traitent actuellement au sein d'une commission créée en 1997, qui est un organe de consultations.

Tweet URL

"L'Ukraine deviendra membre de l'Otan à un moment donné, a-t-il répété. Mais elle ne recevra pas d'invitation à Vilnius [...] Nous ne savons pas quand cette guerre prendra fin. Mais lorsque ce sera le cas, nous devrons mettre en place un cadre garantissant la sécurité future de l'Ukraine. Et veiller à ce que l'histoire ne se répète pas."

"Certains alliés envisagent des arrangements bilatéraux et multilatéraux" pour aider l'Ukraine à se rapprocher de l'OTAN jusqu'à l'adhésion, a-t-il expliqué.

Le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, a refusé de donner la position de Washington. "Je ne veux pas parler d'arrangements de sécurité à ce stade."

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

 

16h31

Vladimir Poutine annonce le transfert des premières ogives nucléaires transférées au Bélarus.

Le président russe, Vladimir Poutine, a indiqué que de premières armes nucléaires ont été transférées au Bélarus.

"Les premières ogives nucléaires ont été livrées sur le territoire du Bélarus. Ce ne sont que les premières, d'ici la fin de l'été, la fin de l'année, nous achèverons totalement, entièrement ce travail", a-t-il fait savoir lors d'un forum économique à Saint-Pétersbourg.

Tweet URL

Il a rappelé que le "déploiement d'armes nucléaires tactiques" au Bélarus était le fruit d'un accord annoncé en mars dernier avec le président bélarusse, Alexandre Loukachenko.

Selon lui, il s'agit d'un élément de dissuasion pour "ceux qui pense à infliger à la Russie une défaite stratégique."

Ces premières livraisons semblent avoir été accélérées. Le 9 juin, Vladimir Poutine expliquait que le déploiement se ferait en juillet. Il avait alors contredit son homologue bélarusse qui affirmait au contraire le 25 mai que les premières ogives étaient arrivées dans son pays.

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

 

16h28

"Le système international néocolonial" est mort, avance Vladimir Poutine.

Le président russe, Vladimir Poutine, a déclaré, lors d'un discours au Forum économique international de Saint-Pétersbourg, que le "système international néocolonial" était mort, remplacé par un "monde multipolaire" de plus en plus fort.

"Le système international néocolonial, d'une laideur inhérente, a cessé d'exister et le monde multipolaire, au contraire, se renforce", a-t-il lancé à l'ouverture de la session plénière de ce forum.

Une déclaration qui rappelle la rhétorique des dirigeants soviétiques pendant la Guerre froide.

Il s'est également félicité du renforcement des relations entre Moscou et les pays d'autres continents que l'Europe ou l'Amérique du Nord. Il estimant que "les leaders économiques du monde sont en train de changer. Nous avons de bonnes relations avec la Chine, l'Inde, d'autres pays. La Malaisie se développe, l'Amérique latine, l'Afrique. Il y a beaucoup de problèmes là-bas, mais tous connaissent une ascension."

Le dirigeant a aussi estimé que l'économie russe avait tenu le coup face aux sanctions occidentales massives liées au conflit en Ukraine. "On peut dire avec confiance que la stratégie choisie par le gouvernement et les entreprises en Russie a fonctionné." Il a même assuré que la croissance du Produit intérieur brut devrait se situer en 2023 entre 1,5% et 2%, après une contraction de 2,1% en 2022, selon les chiffres officiels.

Le maître du Kremlin a même fait un appel du pied aux entreprises étrangères qui ont massivement quitté la Russie après le début du conflit. "Notre porte n'est fermée à personne."

Tweet URL
16h11

Les avions F-16 des Occidentaux "brûleront", affirment Vladimir Poutine.

Les avions de combat F-16 qui seraient envoyés à l'Ukraine par ses alliés "brûleront", a affirmé le président russe, Vladimir Poutine.

"Les chars (livrés par l'Otan à l'Ukraine) brûlent. Il en ira de même pour les F-16", a déclaré M. Poutine lors d'un forum économique à Saint-Pétersbourg.

Si les appareils livrés à Kiev "se trouvent sur des bases situées en dehors de l'Ukraine, nous verrons que faire au sujet de ces bases, comment les frapper, a-t-il encore menacé. Il y a un risque important pour l'Otan d'être entraînée plus encore dans le conflit."

Le mois dernier, les États-Unis, après avoir longtemps refusé de livrer des avions de chasse pour éviter une aggravation du conflit, ont donné leur feu vert pour autoriser la livraison de F-16.

Le calendrier de livraison de ces avions de fabrication américaine et leur nombre ne sont à ce stade pas arrêtés. Bruxelles a annoncé, fin mai, que la Pologne avait déjà commencé à former des pilotes ukrainiens en attendant.

Un chasseur militaire F-16 de l'armée de l'air portugaise et un chasseur militaire F-16 de l'armée de l'air roumaine participant à la mission de police aérienne de l'OTAN dans la région de la Baltique opèrent dans l'espace aérien lituanien, le lundi 22 mai 2023.

Un chasseur F-16 de l'armée de l'air portugaise et un autre de l'armée de l'air roumaine, lors d'une mission de police aérienne de l'OTAN, dans la région de la mer Baltique, dans l'espace aérien lituanien, le 22 mai 2023.

Mindaugas Kulbis (AP)
15h59

Une nouvelle enveloppe américaine de 205 millions de dollars d'aide humanitaire à l'Ukraine.

Washington annonce une nouvelle tranche d'aide humanitaire à l'Ukraine d'un montant de 205 millions de dollars.

L'aide doit servir à apporter des biens de première nécessité comme de la nourriture ou de l'eau potable ou encore dans le domaine de l'éducation et de la santé, selon un communiqué du secrétaire d'État américain, Antony Blinken.

Tweet URL

Cette aide, qui sera distribuée par le biais d'ONG partenaires dans la région, doit aussi permettre aux victimes du conflit de rester en contact avec leurs familles dans le cas des nombreuses séparations dues à la guerre.

Cette nouvelle enveloppe porte à deux milliards de dollars le total de l'aide humanitaire américaine à l'Ukraine depuis le début de l'invasion, rappelle le texte.

15h29

La mission africaine saluée par l'OTAN.

L'Organisation du traité de l'Atlantique nord (OTAN) a salué la mission de paix menée par des dirigeants africains en Ukraine et en Russie. Elle a toutefois averti que seule une solution "juste" considérant la Russie comme l'agresseur fonctionnerait.

"Je me réjouis que des dirigeants africains se soient rendus à Kiev et je pense qu'il est important de savoir que différents efforts sont déployés pour trouver une solution", a déclaré le secrétaire général de l'Alliance, Jens Stoltenberg, à l'issue d'une réunion des ministres de la Défense de l'Organisation. Mais toute solution doit être une paix juste et durable." 

"Nous avons un agresseur, le président (Vladimir) Poutine, Moscou et les forces russes, et nous avons une victime de l'agression, l'Ukraine, a-t-il rappelé. Tout effort visant à trouver une solution pacifique doit partir de là, car c'est la raison pour laquelle nous nous trouvons dans la situation actuelle."

Tweet URL
15h00

Zelensky est "une honte pour le peuple juif" selon Poutine.

Le président russe, Vladimir Poutine, a qualifié son homologue ukrainien, Volodymyr Zelensky, de confession juive, de "honte pour le peuple juif". Il a réitéré ses accusations selon lesquelles l'Ukraine serait aux mains de néonazis pour y justifier son opération armée. 

"J'ai beaucoup d'amis juifs depuis l'enfance. Et ils disent que Zelensky n'est pas juif, mais la honte pour le peuple juif. Ce n'est pas une blague", a-t-il lancé lors d'un forum économique à Saint-Pétersbourg. 

Tweet URL

Il a par ailleurs affirmé que Kiev n'avait "aucune chance" de succès dans sa contre-offensive.

14h50

Les Occidentaux pourraient fournir des avions F-16 et des chars Leopard supplémentaires à Kiev.

Dans son dernier rapport, l'Institut pour l'étude de la guerre (ISW) rapporte que, selon le secrétaire général de l'Organisation du traité de l'Atlantique nord (OTAN), Jens Stoltenberg, les Occidentaux pourraient livrer des chars Leopard supplémentaires à l'Ukraine ainsi que des avions de combats F-16 dans les mois à venir. 

En outre, le cabinet américain "estime que les opérations offensives ukrainiennes en cours sont susceptibles de créer les conditions pour des objectifs plus larges de la contre-offensive ukrainienne qui ne sont pas immédiatement clairs et représentent donc la phase initiale d'une contre-offensive en cours."

Tweet URL
14h46

Joe Biden exhorte Jens Stoltenberg à rester secrétaire général de l'OTAN, selon des médias norvégiens.

Le président américain, Joe Biden, a demandé au secrétaire général de l'Organisation du traité de l'Atlantique nord (OTAN), Jens Stoltenberg, de rester à son poste une année supplémentaire, rapportent des médias norvégiens.

Nommé le 1er octobre 2014 pour un mandat de quatre ans, il a déjà effectué deux mandats et a été prolongé dans ses fonctions jusqu'au 30 septembre 2023. 

Les 31 pays membres de l'Alliance lui cherchent un successeur mais ne parviennent pas à trouver un consensus, indispensable, sur un candidat.

Selon deux médias norvégiens, la radiotélévision publique NRK et le journal Dagens Naeringsliv (DN), citant des sources anonymes, cela plaide pour une nouvelle reconduction jusqu'à un sommet prévu à Washington l'an prochain, qui marquera les 75 ans de l'Alliance.

"La guerre en Ukraine et l'adhésion encore inaboutie de la Suède (à l'Otan) sont des arguments de poids pour ne pas changer de secrétaire général maintenant", écrit DN.

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

Selon ces médias, Joe Biden, dont le pays a une voix prépondérante sur cette question, a donc exhorté, lors d'une rencontre à la Maison Blanche cette semaine, Jens Stoltenberg de rester en poste. Ce dernier aurait refusé une première fois en février, d'après DN.

Mardi, "le plus puissant pays de l'Alliance a été encore plus clair : cette fois-ci, le président américain n'acceptera pas un non", précise le même média.

Ces informations confirment les dires de responsables de l'Alliance, selon lesquels l'Otan s'achemine vers une reconduction du Norvégien. Donnée parmi les favoris, la Première ministre danoise, Mette Fredriksen, serait, elle, hors course à ce stade. Mais elle pourrait prendre le relais l'an prochain, précise DN.

14h04

La délégation africaine à Boutcha, des missiles russes sur Kiev.

Au premier rang à partir de la droite, le Premier ministre égyptien Mustafa Madbuly, le président sud-africain Cyril Ramaphosa, le président de l'Union des Comores Azali Assoumani, le président sénégalais Macky Sall et le président zambien Hakainde Hichilema assistent à une cérémonie de commémoration sur le site d'une fosse commune à Bucha, dans la banlieue de Kiev, en Ukraine, le vendredi 16 juin 2023.  Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Au premier rang à partir de la droite, le Premier ministre égyptien, Mustafa Madbuly, le président sud-africain, Cyril Ramaphosa, le président de l'Union des Comores, Azali Assoumani, le président sénégalais, Macky Sall, et le président zambien, Hakainde Hichilema, assistent à une cérémonie de commémoration sur le site d'une fosse commune à Boutcha, dans la banlieue de Kiev, le 16 juin 2023.

Efrem Lukatsky (AP)

 

Selon Reuters, les dirigeants africains se sont réfugiés dans des bunkers au moment où des missiles russes se sont abattus sur Kiev.

Tweet URL

 

13h59

L'armée ukrainienne nettoie les zones minées par les Russes.

Dans leur contre-offensive et face aux lignes fortifiées par les Russes, les forces ukrainiennes ciblent les positions ennemies et déminent les champs de mines afin de créer des chemins sûrs pour l'infanterie.

Tweet URL

Qui anime ce direct ?

avec AFP