Live démarré le 22 mai à 09H00 (TU)

Guerre en Ukraine : le groupe Wagner dit se retirer de Bakhmout d'ici le 1er juin

Le groupe paramilitaire russe Wagner a affirmé lundi que ses forces se retireraient de Bakhmout du 25 mai au 1er juin et cèderaient leurs positions à l'armée régulière, après avoir revendiqué la capture de cette ville-symbole dans l'est de l'Ukraine. Les horaires sont affichés en temps universel.
 

Partager
Image
Samedi 20 mai 2023, Evguéni Prigojine, le chef du groupe Wagner parle tenant un drapeau national russe à Bakhmout, en Ukraine. Service de presse de Prigojine via AP.
9
nouvelle(s) publication(s)
19h03
POLITIQUE

V. Zelensky souhaite poursuivre les discussions avec les dirigeants étrangers

Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky indique dans une vidéo publiée sur son compte Twitter souhaiter "poursuivre ses dissussions" avec  les dirigeants du monde entier alors qu'il a rencontré les membres du G7 le week-end dernier au Japon. Le chef de l'Etat y affirme également que "25 drones" russes ont été abattus. 

 

16h03
UE- CORÉE DU SUD

coopération et programme d'armement

Les chaînes d'approvisionnement, le programme d'armement nord-coréen et l'Ukraine ont figuré lundi au menu d'entretiens à Séoul entre le président sud-coréen Yoon Suk Yeol et les dirigeants européens Charles Michel et Ursula von der Leyen.

Le président du Conseil européen et la présidente de la Commission européenne effectuaient leur première visite dans ce pays d'Asie de l'Est, au lendemain de leur participation au G7 d'Hiroshima.
La Corée du Sud et l'Union européenne "partagent les valeurs universelles que sont la liberté, les droits de l'homme et l'Etat de droit", s'est félicité M. Yoon lors d'une conférence de presse commune après les discussions.

 

17h52
RUSSIE

la région de Belgorod placée sous le "régime légal de zone d'opération antiterroriste"

Moscou place la région de Belgorod, frontalière de l'Ukraine et théâtre d'une incursion armée de "saboteurs", sous le "régime légal de zone d'opération antiterroriste", annonce le gouverneur, Viatcheslav Gladkov.
Ce régime, décidé par les services de sécurité (FSB), accorde des pouvoirs spéciaux aux forces de l'ordre et armées, selon un communiqué diffusé par le gouverneur.


Ainsi, il permet d'évacuer les civils des zones concernées, le contrôle accrus des télécommunications, des interventions facilitées des forces "antiterroristes" ou encore des contrôles d'identités et des véhicules renforcés.

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...
15h07
RUSSIE

au moins 6 blessées dans des bombardements dans la région de Belgorod

Belgorod Russie

Dans la région de Belgorod, une rue a fait les frais d'une explosion, en Russie, le vendredi 21 avril 2023.

AP

Au moins six personnes ont été blessées lundi dans des bombardements dans la région russe de Belgorod, où se déroule une incursion de combattants venus d'Ukraine, a annoncé le gouverneur régional sur son compte Telegram. Selon Viatcheslav Gladkov, deux personnes ont été blessées dans le bombardement du village de Glotovo, trois autres dans le district de Graïvoron et une dernière dans le village de Zamostié.


Toutes ces localités sont situées près de la frontière ukrainienne et dans la zone où l'incursion de combattants est en cours, selon les autorités russes.
Selon le gouverneur, un obus est tombé sur un jardin d'enfant, qui a pris feu à Zamostié, blessant une femme aux mains. A Graïvoron, le chef-lieu du district, l'administration locale a été touchée et trois maisons ont également été endommagées. Toujours d'après la même source, un drone a été abattu par la défense antiaérienne russe.

13h37
DÉMENTI

L'Ukraine nie l'incursion de combattants sur le territoire russe

Selon la présidence ukrainienne, Kiev, n'a "rien à voir" avec l'incursion de combattants en Russie. "L'Ukraine suit avec intérêt les événements dans la région de Belgorod en Russie et étudie la situation, mais elle n'a rien à voir avec cela", a assuré sur Twitter Mykhaïlo Podoliak, conseiller à la présidence ukrainienne.

13h19
RUSSIE

Moscou accuse Kiev d'incursion

Poutine

 

Le président russe Vladimir Poutine s'adresse aux médias lors du sommet UE-Russie à Bruxelles, le vendredi 21 décembre 2012.

(AP Photo/Geert Vanden Wijngaert)

Selon le responsable du Kremlin, l'Ukraine a lancé cette attaque sur la région de Belgorod, frontalière du territoire ukrainien, pour "détourner l'attention" de la situation à Bakhmout, épicentre des combats russo-ukrainiens depuis des mois et ville que Moscou a affirmé avoir conquise ce weekend.

"Le ministère de la défense, le FSB et les gardes-frontières ont informé le président (...), le travail est en cours pour chasser ce groupe de sabotage du territoire russe et pour l'éliminer", a déclaré aux agences russes Dmitri Peskov, porte-parole du Kremlin.

10h54
incident terminé

Ukraine: incident terminé à la centrale nucléaire de Zaporijjia après des frappes nocturnes

La centrale nucléaire de Zaporijjia en Ukraine, occupée par la Russie, était, selon les autorités ukrainiennes, de nouveau reliée au réseau électrique lundi midi, après une coupure entraînée par des frappes nocturnes russes.
Ukrenergo "a rétabli l'alimentation de la centrale nucléaire à partir du système électrique ukrainien", a déclaré l'opérateur publique ukrainien dans un nouveau communiqué publié sur Telegram.
Plus tôt lundi, l'agence atomique ukrainienne Energoatom avait elle affirmé qu'une "attaque" nocturne des forces russes avait coupé la liaison avec la dernière ligne électrique à haute tension reliant la centrale au réseau ukrainien.
De son côté, l'administration d'occupation russe de la centrale de Zaporijjia avait simplement déclaré que le site "a perdu son alimentation extérieure en électricité" en "raison de la coupure de la ligne à haute tension Dnieprovskaïa (connectée à une centrale dans la région de Dnipro, NDLR)", sans donner plus de détails.
 

09H45
Déclaration

Bakhmout - retrait du groupe Wagner

Le groupe paramilitaire russe Wagner a affirmé lundi que ses forces se retireraient de Bakhmout du 25 mai au 1er juin et cèderaient leurs positions à l'armée régulière, après avoir revendiqué la capture de cette ville-symbole dans l'est de l'Ukraine.
"Dans la périphérie ouest (de Bakhmout), les lignes de défense sont en place. Donc le groupe Wagner quitte Artiomovsk (nom soviétique de la ville, NDLR) entre le 25 mai et le 1er juin", a indiqué Evguéni Prigojine, le chef des forces Wagner, dans un enregistrement audio publié par son service de presse.

La capture de Bakhmout a été revendiquée samedi par Evguéni Prigojine, qui avait alors assuré qu'il remettrait le contrôle de la ville aux troupes régulières russes le 25 mai.

"S'il n'y a pas assez d'unités du ministère de la Défense (pour occuper Bakhmout), il y a des milliers de généraux (pour le faire), il faut former un régiment de généraux, leur donner à tous des fusils, et tout ira bien", a raillé lundi Evguéni Prigojine, dans une nouvelle pique envoyée au haut commandement militaire russe qu'il critique assidûment.

Kiev n'a pas confirmé la perte de Bakhmout. Le commandant des forces terrestres ukrainiennes, Oleksandre Syrsky, a affirmé dimanche que ses troupes ne contrôlaient plus qu'une partie "insignifiante" de la cité, mais continuaient d'avancer sur ses flancs.

09H03

Nouveaux bombardements

.L'Ukraine a affirmé lundi avoir contré dans la nuit une attaque russe d'une ampleur inédite visant la ville de Dnipro, dans le centre-est du pays, avec des missiles et des drones explosifs.
Selon les autorités régionales, sept personnes ont été blessés.
Au cours de cette "attaque nocturne", la Russie a lancé "16 missiles de différents types et 20 drones Shahed", a indiqué l'armée ukrainienne dans un communiqué publié sur Facebook.

Au total, quatre "missiles de croisière Kh-101/Kh-555" et l'ensemble des 20 drones "ont été détruits par la défense antiaérienne", a-t-elle affirmé.

L'armée ukrainienne n'a toutefois pas donné de détails sur les conséquences engendrées par les 12 missiles qui sont passés à travers ses défenses.
Plus tôt lundi matin, elle avait dit que les Russes avaient lancé "une attaque massive de missiles et de drones", sans dire où exactement et ajoutant que des "précisions seront publiées après clarification".

Selon le maire de Dnipro, Borys Filatov, "il n'y a jamais eu de bombardements (sur la ville) d'une telle ampleur depuis le début de la guerre".
Dnipro, ville de près d'un million d'habitants avant l'invasion russe, se situe à 125 km de la ligne de front actuelle.

"Les habitants de Dnipro n'ont pas dormi et ont prié pour leurs parents et leurs amis"
Borys Filatov, maire de Dnipro. 

De son côté, Serguï Lissak, le gouverneur de la région de Dnipropetrovsk, où se situe Dnipro, a affirmé que les troupes de Kiev avaient "abattu" dans la nuit "15 drones et 4 missiles de croisière au-dessus de la région".
"Plusieurs bâtiments d'une unité de secours ont été endommagés", a-t-il dit.

Avant de préciser: "Deux incendies se sont déclarés, qui ont déjà été éteints. Plus de 10 camions et voitures ont été détruits (et) 25 voitures et 2 bus ont également été endommagés".
Selon M. Lissak, "sept personnes ont été blessées. Des femmes âgées de 52 et 70 ans sont hospitalisées", a-t-il déclaré.
Depuis le début du mois de mai, la Russie a multiplié les bombardements nocturnes, en particulier sur Kiev.
L'Ukraine assure que sa défense anti-aérienne, renforcée par l'aide militaire occidentale, abat l'essentiel des drones et missiles.

48.5894123, 38.0020994

Qui anime ce direct ?

AFP