Deux astronautes en attente de retour sur Terre confiants dans le vaisseau de Boeing

Image
Les astronautes Butch Wilmore et Suni Williams dans la Station spatiale internationale, sur une photo publiée par la Nasa le 2 juillet 2024

Les astronautes Butch Wilmore et Suni Williams dans la Station spatiale internationale, sur une photo publiée par la Nasa le 2 juillet 2024

NASA/AFP
Partager2 minutes de lecture

Les deux astronautes de la première mission avec équipage du vaisseau Starliner de Boeing, arrivés dans la Station spatiale internationale il y a plus d'un mois, ont affiché mercredi leur confiance dans leur véhicule pour les ramener sur Terre, malgré les problèmes rencontrés en vol et une date de retour encore inconnue.

Les deux astronautes américains Butch Wilmore et Suni Williams devaient initialement ne passer qu'un peu plus d'une semaine dans le laboratoire volant, mais des problèmes sur le système de propulsion de la capsule alors qu'elle approchait de la Station spatiale internationale (ISS) ont conduit la Nasa à repousser leur départ, le temps de conduire des tests.

"J'ai un très bon pressentiment que le vaisseau spatial nous ramènera à la maison, sans problème", a déclaré Suni Williams lors d'une conférence de presse réalisée depuis l'espace.

"Nous passons un très bon moment ici dans l'ISS", a-t-elle ajouté.

Butch Wilmore a quant à lui loué les capacités du vaisseau, qu'il a piloté manuellement en route vers l'ISS, notamment sa précision, même avec certains propulseurs défectueux.

Plusieurs d'entre eux avaient fait défaut au moment de l'amarrage du vaisseau avec la station, et la Nasa essaie depuis de comprendre exactement pourquoi -- même si elle assure que les astronautes pourraient utiliser la capsule à n'importe quel moment pour rentrer en cas d'urgence.

Il y a près de deux semaines, la Nasa avait annoncé prévoir des tests au sol sur des propulseurs similaires pour mieux comprendre la cause du problème. Une conférence de presse de responsables de la Nasa et de Boeing est prévue mercredi en milieu de journée, dans la foulée de celle des astronautes.

Butch Wilmore, pilote d'essai, a pour sa part relativisé les défis rencontrés: "C'est le monde des tests. C'est un secteur difficile", a-t-il dit. "Tous les vaisseaux spatiaux jamais conçus ont connu de multiples problèmes. C'est la nature même de notre travail."

Cette mission, menée par Boeing avec des années de retard sur le calendrier initial, doit permettre à Starliner d'obtenir la certification de la Nasa pour ensuite commencer ses opérations régulières de taxi spatial pour astronautes.

En attendant, les astronautes de la Nasa rejoignent déjà l'ISS grâce aux vaisseaux de SpaceX depuis quatre ans. L'agence spatiale américaine souhaite toutefois disposer d'un deuxième moyen de transport afin de mieux pouvoir faire face à d'éventuels problèmes sur l'une des capsules ou situations d'urgence.