Le club très privé des vaisseaux spatiaux transportant des astronautes

Image
La capsule Starliner de Boeing en Floride en juillet 2021

La capsule Starliner de Boeing en Floride en juillet 2021

AFP
Partager4 minutes de lecture

Depuis les débuts de l'exploration spatiale, seule une poignée de vaisseaux ont eu l'honneur de transporter des humains. Après son décollage mercredi, le vaisseau Starliner de Boeing rejoint ce club très fermé.

La Russie et la Chine disposent chacune d'un vaisseau leur permettant d'envoyer des humains en orbite.

Mais dans l'histoire des vols spatiaux américains, c'est seulement la sixième fois que des astronautes de la Nasa inaugurent un nouveau vaisseau.

Voici un bref retour sur l'évolution de ces véhicules hors du commun.

Mercury

Premier programme spatial américain destiné à envoyer des humains dans l'espace, Mercury est né en 1958 au moment de la création de la Nasa.

Ce premier vaisseau, déjà une capsule en forme de cône, n'était conçu que pour une seule personne.

En mai 1961, Alan Shepard devient le premier Américain à se rendre dans l'espace à son bord, lors d'un vol d'un peu plus de 15 minutes -- environ un mois après le Russe Iouri Gagarine, premier homme dans l'espace.

La sixième et dernière mission habitée du programme Mercury a lieu en 1963, deux ans plus tard.

Le film "Les Figures de l'ombre" (2016) montre notamment comment la mathématicienne noire Katherine Johnson a contribué à faire de ce programme un succès.

Gemini

L'intérieur de la capsule de la mission Gemini VII, sur une image publiée par la Nasa en 1965

L'intérieur de la capsule de la mission Gemini VII, sur une image publiée par la Nasa en 1965

NASA/AFP

Le programme Gemini, qui devait préparer les missions sur la Lune, a fait voler dix missions habitées -- c'est-à-dire avec équipage -- en 1965 et 1966.

La capsule ressemblait à celle de Mercury, en plus grand: elle pouvait accueillir deux personnes (d'où le nom Gemini). Pour la première fois, elle était équipée d'un ordinateur de bord et pouvait changer d'orbite.

La première sortie spatiale d'un Américain a lieu durant ce programme. Des manoeuvres d'amarrage sont également effectuées.

Apollo

Le programme Apollo a compté 11 missions habitées, dont six ayant permis à 12 hommes de marcher sur la Lune, entre 1969 et 1972.

Quoique mythique, il a aussi été marqué par la tragédie: en 1967, lors d'un test au sol avant la première mission, trois astronautes meurent dans un incendie. La mission Apollo 13 manque quant à elle de tourner à la catastrophe après une explosion en vol -- le fameux "Houston, nous avons un problème".

Le vaisseau pouvait accueillir trois astronautes.

"Si vous regardez à l'intérieur de Gemini, Mercury et Apollo, vous voyez littéralement des centaines d'interrupteurs et de boutons", quand aujourd'hui les astronautes se servent d'écrans, décrit à l'AFP Erik Seedhouse, professeur associé à l'université d'aéronautique Embry-Riddle.

Navette spatiale

Les vols de la navette spatiale, dont cinq exemplaires sont allés dans l'espace, s'étendent de 1981 à 2011, avec 135 missions.

La navette spatiale Atlantis décolle le 8 juillet 2011 du Centre spatial Kennedy en Floride, pour la dernière mission des navettes spatiales américaines

La navette spatiale Atlantis décolle le 8 juillet 2011 du Centre spatial Kennedy en Floride, pour la dernière mission des navettes spatiales américaines

AFP

Son innovation principale est qu'elle est, pour la première fois, réutilisable. Elle décolle à la verticale mais atterrit sur une piste comme un avion.

Elle est bien plus grande que ses prédécesseurs, étant notamment utilisée pour emporter les éléments servant à construire la Station spatiale internationale (ISS). Elle a emmené jusqu'à huit personnes d'un coup dans l'espace.

Elle a aussi connu deux accidents dramatiques: en 1986, la navette Challenger explose juste après son décollage, puis en 2003, la navette Columbia se désintègre en rentrant dans l'atmosphère. Chaque fois, les sept passagers sont tués.

Dragon et Starliner

Après la fin de la navette spatiale en 2011, les astronautes de la Nasa utilisent les vaisseaux russes Soyouz pour rejoindre l'ISS.

Pour à nouveau assurer leur transport depuis le sol américain, en 2014, la Nasa passe contrat avec Boeing et SpaceX afin qu'ils construisent chacun un vaisseau.

Une capsule Dragon au sommet d'une fusée Falcon 9 de SpaceX, le 3 mars 2024 au Centre spatial Kennedy en Floride

Une capsule Dragon au sommet d'une fusée Falcon 9 de SpaceX, le 3 mars 2024 au Centre spatial Kennedy en Floride

AFP

SpaceX développe la capsule Dragon et commence les trajets en 2020, battant contre toute attente le géant Boeing. Des dizaines de personnes ont déjà volé avec Dragon, lors de missions de la Nasa mais aussi privées.

Aujourd'hui "presque tous les systèmes sont automatisés", les astronautes "n'ont pas grand chose à faire" et les voyages sont "bien plus confortables", pointe Erik Seedhouse.

Comme Dragon, Starliner doit être réutilisable.

Malgré les retards accumulés par Boeing, Steve Stich, haut responsable à la Nasa, a souligné le caractère exceptionnel de cette nouvelle ère: "Nous avons eu six (de ces vaisseaux) dans l'Histoire, et deux d'entre eux en quatre ans, c'est vraiment une grande première".