Nouvelle-Calédonie : des renforts supplémentaires envoyés face à une situation qui reste "très tendue"

La situation "reste très tendue" en Nouvelle-Calédonie selon Gabriel Attal. Le Premier ministre a annoncé l'envoi de forces de sécurité supplémentaires. La Nouvelle-Calédonie est plongé dans une révolte contre une réforme électorale controversée.

Image
Nouvelle-Calédonie fumée

De la fumée s'élève lors des manifestations à Nouméa, en Nouvelle-Calédonie, le mercredi 15 mai 2024.

AP Photo/Nicolas Job
Partager3 minutes de lecture

"A la demande du président de la République, nous allons renforcer encore le pont aérien de rétablissement de l'ordre qui a été mis en place, pour déployer un millier d'effectifs de sécurité intérieure supplémentaires, en plus des 1700 effectifs qui sont déjà sur place", a détaillé le Premier ministre dans l'après-midi, à l'issue d'un nouveau Conseil de défense.

L'armée s'est également déployée pour "sécuriser" les ports et l'aéroport du territoire, désormais sous le régime de l'état d'urgence décrété par le gouvernement mercredi soir.

Une nuit "moins violente" que les deux précédentes

Ce matin, un deuxième gendarme a été tué à la suite d'un "tir ami accidentel", a annoncé le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin. Les faits ont eu lieu alors que ce militaire, un adjudant-chef de 45 ans, partait en mission, selon la gendarmerie.

Un premier gendarme de 22 ans avait été tué mercredi, touché par une balle à la tête. Au total, cinq personnes sont décédées depuis le début des émeutes lundi sur le Caillou : deux hommes de 20 et 36 ans, une adolescente de 17 ans et les deux gendarmes.

En outre trois policiers ont été blessés par balle sans que leur pronostic vital ne soit engagé, selon une source  policière

Gérald Darmanin a précisé qu'une personne "responsable de deux morts kanak" avait été arrêtée.

Dans l'ensemble, la nuit de mercredi à jeudi a "été moins violente" que les deux précédentes, a estimé le représentant de l'Etat dans l'archipel, Louis Le Franc. Mais la situation sur l'archipel "reste très tendue, avec des pillages, des émeutes, des incendies, des agressions qui sont évidemment insupportables et inqualifiables", a estimé Gabriel Attal.

Le chef du gouvernement a indiqué qu'"une circulaire pénale" serait publiée par le garde des Sceaux dans les prochaines heures pour "garantir les sanctions les plus lourdes contre les émeutiers et les pillards".

Gabriel Attal va en outre convier à Matignon avec Gérald Darmanin, "dans les prochaines heures", le président du Sénat Gérard Larcher, la présidente de l'Assemblée nationale Yaël Braun-Pivet, ainsi que les comités de liaison parlementaires sur la Nouvelle-Calédonie pour un "échange" sur la crise.

Le président Emmanuel Macron avait lui proposé une visioconférence aux élus calédoniens qui n'a pas pu se tenir jeudi, les "différents acteurs ne souhaitant pas dialoguer les uns avec les autres pour le moment", selon l'Elysée. Le chef de l'Etat échangera "directement avec les élus", séparément, a ajouté la présidence.

Barricades de fortune

Dans l'agglomération de Nouméa, les riverains ont commencé à organiser la défense de leurs quartiers et érigé des barricades de fortune faites de palettes de bois, bidons et autres brouettes, sur lesquelles ils ont planté des drapeaux blancs.

Habitants Nouméa

Des habitants se rassemblent dans une rue de Nouméa, en Nouvelle-Calédonie, le mercredi 15 mai 2024.

AP Photo/Nicolas Job

Selon Gérald Darmanin, les forces de l'ordre ont procédé à "plus de 206 interpellations" et "dix leaders mafieux" de la CCAT, la mouvance indépendantiste la plus radicale, ont été assignés à résidence.

Le ministre a par ailleurs dénoncé l'ingérence de l'Azerbaïdjan où plusieurs leaders indépendantistes calédoniens se sont déplacés ces derniers mois. Bakou a cependant réfuté toute ingérence, jugeant les accusations de Paris "infondées".

Gabriel Attal a également annoncé l'interdiction du réseau social Tik Tok, utilisé par les émeutiers.

Le quartier pauvre d'Auteuil était très endommagé selon les correspondants sur place : supermarché incendié, commerces et restaurants brûlés et pillés. "Nous venons ramasser ce qu'il y a dans les magasins pour manger (...). On a besoin de lait pour les enfants. Je ne considère pas que ce soit du pillage", a affirmé à nos confrères de l'AFP une habitante qui a requis l'anonymat.

La violence, "on est obligé de passer par là, de tout péter parce qu'on n'est pas entendus", a assumé un jeune émeutier vivant dans la commune de Houaïlou (côte Est), qui a également refusé d'être nommé.

"Sentiment d'être exclus"

C'est essentiellement l'agglomération de Nouméa qui a été la proie des violences. Ailleurs sur le territoire, la situation, bien que tendue, est plus calme, même si l'opérateur minier SLN (Société Le Nickel) a annoncé qu'un "incendie s'est déclaré" sur son site de Kouaoua (côte est) après une intrusion.

Les émeutiers "vivent avec le sentiment d'être exclus, la colère, l'échec" et sont "sans conscience politique", a estimé Daniel Goa, le président du parti indépendantiste Union calédonienne (UC).

Les principaux partis politiques du territoire et les autorités avaient appelé au calme mercredi face à cette vague de violences, la plus grave depuis les années 1980. Ces émeutes ont déjà causé pour 200 millions d'euros de dégâts, selon le président de la chambre de commerce et d'industrie (CCI) de Nouvelle-Calédonie.

En métropole, les députés ont adopté dans la nuit de mardi à mercredi la réforme constitutionnelle qui a mis le feu aux poudres. Ce texte devra encore être voté par les parlementaires réunis en Congrès, sauf si un accord sur un texte global entre indépendantistes et loyalistes intervient avant.

Le texte voté vise à élargir le corps électoral aux élections provinciales, enjeu crucial dans l'archipel. Les partisans de l'indépendance estiment que cette modification risque de réduire leur poids électoral et marginaliser "encore plus le peuple autochtone kanak".

Jordan Bardella, président du RN, a dit tenir "pour responsable le gouvernement d'avoir engagé un calendrier, une méthode qui n'était pas la bonne" pour cette réforme.

Pénuries alimentaires

Faute d'approvisionnement des commerces, les pénuries alimentaires continuent de provoquer de très longues files d'attente devant les magasins.

Jeudi, les autorités ont annoncé un "pont aérien" entre l'Hexagone et le territoire calédonien, où l'aéroport international reste fermé. Le haut-commissaire a également évoqué la mise en place de convois sécurisés pour approvisionner les points de distribution alimentaire.

"Si la situation ne (revient) pas rapidement à la normale, les établissements vont être confrontés (...) à une pénurie de médicaments", a alerté la fédération des établissements d'accueil des personnes âgées.