Suisse : une étude scientifique dénonce un millier d'abus sexuels au sein de l'Église catholique suisse

La première étude scientifique sur l'étendue des abus sexuels commis dans l'Église catholique en Suisse a permis de trouver près d'un millier de victimes depuis 1950, mais ce n'est sans doute que la "pointe de l'iceberg".

Image
Le Pape François lors d'une visite pastorale en Suisse s'apprête à célébrer une messe au Palexpo de Genève en juin 2018.

Le Pape François lors d'une visite pastorale en Suisse s'apprête à célébrer une messe au Palexpo de Genève en juin 2018.

© AP Photo/Alessandra Tarantino
Partager2 minutes de lecture

L'Université de Zurich avait été chargée de l'enquête par les principales autorités ecclésiastiques suisses l'année dernière.

Les historiens ont publié le 12 septembre leur premier rapport , un document destiné à faire la lumière sur les abus dans le pays helvétique, à l'instar d'enquêtes similaires menées de longue date ailleurs dans le monde.

Les historiens ont pu trouver 921 victimes depuis 1950, mais "ce n'est sans doute que la pointe de l'iceberg", a expliqué la professeure Marietta Meier, qui a dirigé l'étude avec sa collègue Monika Domman, la plupart des cas n'ayant pas été signalés ou les documents les répertoriant ayant été détruits.

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

Ces premiers résultats -qui vont être complétés par une nouvelle campagne de recherches d'une durée de trois ans - montrent que 74% des victimes identifiées jusque-là sont des mineurs.

Au total, 510 personnes, presque uniquement des hommes, ont commis les abus.
Plus de la moitié (56%) des victimes sont de sexe masculin, 39% de sexe féminin et on ignore le sexe de la victime pour les cas restants, souligne encore le document.

"Honte"

En Suisse comme ailleurs, il "est apparu clairement que les responsables de l'Eglise ignoraient, dissimulaient ou minimisaient la plupart des cas d'abus sexuels analysés jusqu'aux années 2000", notent les chercheurs. "Lorsqu'ils étaient contraints d'agir, ils ne le faisaient souvent pas en se concentrant sur les personnes concernées, mais pour protéger les auteur·e·s, l'institution ou leur propre position", soulignent-ils.

Nous sommes passés à côté du sujet, on a présenté d'innombrables excuses et des actions qui ne sont pas à la hauteur de ce à quoi les victimes ont droit. Renata Asal Steger,présidente de la Conférence centrale catholique romaine de Suisse

Ce sujet "nous préoccupe depuis longtemps déjà, cela nous afflige et nous fait honte", a déclaré la présidente de la Conférence centrale catholique romaine de Suisse, Renata Asal Steger, lors de la conférence de presse de présentation du rapport. "Nous sommes passés à côté du sujet, on a présenté d'innombrables excuses et des actions qui ne sont pas à la hauteur de ce à quoi les victimes ont droit", a-t-elle reconnu.

Soulignant que "c'est un jour important pour l'Église catholique romaine de Suisse", Renata Asal Steger a insisté : "Même si des actes atroces et des manquements innombrables dans les rangs des trois organisations nationales de l'Eglise catholique seront aujourd'hui mis en lumière, nous sommes reconnaissants."

Confession

La grande majorité des abus ont été commis par des prêtres pendant la confession, sur des servants de messe ou encore pendant l'enseignement religieux et des activités avec des groupes d'enfants ou d'adolescents.

Mais dans environ un tiers des cas, ces abus ont été perpétrés dans des foyers, des écoles et des internats catholiques. Si moins de 2% des abus ont été relevés dans les ordres religieux et les communautés nouvelles, c'est sans doute parce que la recherche de sources y a été particulièrement difficile, soulignent les chercheurs.

Il reste beaucoup de terrain à défricher pour les historiens, de nombreuses archives et sources n'ayant pas encore été étudiées et les chercheurs ont pu apporter la preuve de la destruction de documents dans deux diocèses.

Hasard du calendrier, la plus haute autorité de l'Église catholique romaine en Suisse a annoncé dimanche 10 septembre qu'une enquête préliminaire avait été ouverte sur des accusations de dissimulation d'agressions sexuelles au sein de l'Église.

La Conférence des évêques de Suisse avait précisé, dans un communiqué, que l'enquête avait été ouverte à la suite d'"allégations formulées à l'encontre de plusieurs membres émérites et en exercice de la Conférence des évêques suisses, ainsi que d'autres membres du clergé, dans la gestion des cas d'abus sexuels".