Tentative de meurtre du Premier ministre slovaque, dans un état "critique"

Image
Le Premier ministre Robert Fico, le 18 avril 2024 à Bruxelles

Le Premier ministre Robert Fico, le 18 avril 2024 à Bruxelles

AFP/Archives
Partager4 minutes de lecture

Le Premier ministre slovaque Robert Fico, dans un état "critique" après avoir été blessé mercredi par plusieurs balles, a subi une intervention chirurgicale qui s'est bien déroulée, a indiqué un membre du gouvernement de ce pays d'Europe centrale.

"Je pense qu'au bout du compte il survivra", a affirmé le vice-Premier ministre Tomas Taraba à la BBC, selon qui l'intervention chirurgicale s'est bien passée. "Il n'est pas dans une situation qui menace sa survie en ce moment", a-t-il ajouté.

Auparavant, le ministre de l'Intérieur Matus Sutaj Estok avait indiqué, dans une conférence de presse, avoir été informé par par les médecins que le Premier ministre était "dans un état critique".

Robert Fico, âgé de 59 ans, avait été évacué en hélicoptère à Banska Bystrica, une ville du centre de la Slovaquie, a précisé le gouvernement dans un communiqué.

Selon le ministre de la Défense Robert Kaliniak, qui s'est lui rendu à l'hôpital où le Premier ministre a été opéré, cet attentat est "une attaque politique" à laquelle il faudra "réagir en conséquence".

La télévision slovaque a diffusé des images d'un homme en jeans menotté au sol. La personne détenue et suspectée est un homme de 71 ans originaire du centre du pays, identifié par les médias slovaques comme un écrivain local.

"Je pense pouvoir le confirmer, oui", a répondu le ministre de l'Intérieur Matus Sutaj Estok à des journalistes qui l'interrogeaient sur l'identité du tireur.

Le fils du suspect a déclaré au site d'information aktuality.sk que son père avait une arme à feu légalement enregistrée. Interrogé sur les sentiments de son père à l'égard de Robert Fico, il a répondu: "Je vais vous dire une chose: il n'a pas voté pour lui. C'est tout ce que je peux dire".

M. Fico a été touché par balle "plusieurs fois", selon sa page officielle Facebook. La tentative de meurtre est intervenue après une réunion de cabinet à Handlova, dans le centre de la Slovaquie.

"La police a arrêté l'assaillant et donnera davantage d'informations le plus vite possible", a en outre annoncé dans un communiqué la présidente sortante de la Slovaquie, Zuzana Caputova, qualifiant l'agression de son opposant politique d'"attaque contre la démocratie".

Un ex-communiste pro-Poutine

Après être revenu au pouvoir comme Premier ministre en octobre, Robert Fico a mis en doute la souveraineté de l'Ukraine et fait cesser toute aide militaire au pays.

Cette image d'une séquence vidéo montre des agents de sécurité transportant le Premier ministre slovaque Robert Fico vers un véhicule après qu'il a été abattu à Handlova, en Slovaquie, le 15 mai 2024

Cette image d'une séquence vidéo montre des agents de sécurité transportant le Premier ministre slovaque Robert Fico vers un véhicule après qu'il a été abattu à Handlova, en Slovaquie, le 15 mai 2024

RTVS/AFP

Cet ancien membre du parti communiste, qui a fondé sa propre formation et rejette les étiquettes de "populiste" et de "démagogue", s'est opposé aux sanctions contre la Russie.

En avril, il a néanmoins opéré un changement de ton face à la guerre en Ukraine, prônant une solution pacifique qui respecte "l'intégrité territoriale" de ce pays.

Son allié au gouvernement, Peter Pellegrini, a remporté le mois dernier la présidentielle devançant largement un diplomate pro-européen, en faisant de la guerre en Ukraine un élément clé de la campagne dans ce pays de 5,4 millions d'habitants membre de l'Union européenne et de l'Otan.

Sa coalition gouvernementale a notamment adopté un projet de loi controversé sur la radio et la télévision publiques RTVS que le pouvoir en place accuse de manquer d'objectivité

Vive émotion en Europe

Les dirigeants des institutions de l'Union européenne ont vivement réagi à la nouvelle.

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a déploré "l'attaque ignoble" contre le Premier ministre slovaque, jugeant que "de tels actes de violence n'ont pas leur place dans notre société et sapent la démocratie, notre bien commun le plus précieux".

"Rien ne peut jamais justifier la violence ni de telles attaques", a souligné le président du Conseil européen Charles Michel, tandis que le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg s'est déclaré "consterné".

En Hongrie, frontalière avec la Slovaquie, le Premier ministre Viktor Orban s'est dit "profondément choqué par l'attentat odieux perpétré contre mon ami, le Premier ministre Robert Fico".

Le Premier ministre slovaque blessé par balle

Le Premier ministre slovaque blessé par balle

AFP

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a dénoncé l'attaque "épouvantable" contre le Premier ministre slovaque. Et le président russe Vladimir Poutine a parlé d'un "crime odieux", en décrivant Robert Fico "comme un homme courageux et déterminé".

Le président français Emmanuel Macron s'est dit "choqué par les tirs qui ont frappé le Premier ministre slovaque" et a exprimé sa "solidarité" pour le peuple slovaque.

Le chancelier allemand Olaf Scholz s'est pour sa part dit "bouleversé par le lâche attentat" car "la violence ne peut avoir sa place dans la politique européenne".

La cheffe du gouvernement italien Giorgia Meloni a exprimé "la plus ferme condamnation de toute forme de violence et d'attaque aux principes de base de la démocratie et de la liberté". Et le Premier ministre britannique Rishi Sunak s'est dit "choqué d'apprendre cette nouvelle épouvantable".

Enfin le président américain Joe Biden a condamné un "ignoble acte de violence", ajoutant que son épouse Jill et lui "étaient en pensée avec sa famille et le peuple de Slovaquie".