CAN 2021 : Toko-Ekambi, l'autre buteur des "Lions indomptables" du Cameroun

Dans le sillage du capitaine du Cameroun Vincent Aboubakar (6 buts), meilleur buteur de la CAN, rôde un autre "Lion Indomptable", Karl Toko-Ekambi (5 buts), presque aussi efficace et avide de croquer les Égyptiens en demi-finale de Coupe d'Afrique, jeudi (20h00) à Yaoundé. Portrait.
 
Image
TOKO EKAMBI
L'attaquant camerounais Toko Ekambi contre la Gambie ce 29 janvier 2022.
AP Photo/Sunday Alamba
Partager4 minutes de lecture

"Toko-Ekambi c'est un joueur différent", expliquait à l'AFP son sélectionneur Toni Conceiçao avant le coup d'envoi de la CAN.

"C'est un joueur très intelligent. Il me fait penser à un chasseur toujours aux aguets. Parfois il passe inaperçu pendant le match et, d'un moment à l'autre, il tue la rencontre", expliquait le technicien au sujet de l'attaquant du club français de Lyon, âgé de 29 ans.

Toko-Ekambi c'est un joueur différent ! Il passe inaperçu pendant le match et, d'un moment à l'autre, il tue la rencontre.
Toni Conceiçao, sélectionneur du Cameroun.

En effet "Toko" a surgi deux fois pour marquer contre la Gambie (2-0) en quarts de finale au stade de Japoma, où il est une idole car son père est de Douala où il était hôtelier.

Lui est né et a grandi à Paris, dans le XIIIe arrondissement, a fait ses gammes à l'école footballistique du Paris FC. Il est même redescendu en amateurs, dans l'équipe de quartier des Gobelins, après une vilaine blessure, avant de reprendre le chemin d'une carrière pro au PFC.
 

TOKO EKAMBI
Toko Ekambi est l'une des nombreuses armes offensives du Cameroun.
AP


Puis il éclate à Angers, où il tape dans l'oeil de Rudi Garcia lors d'un Marseille-Angers (1-1) le 20 août 2017. "Il nous avait mis un but à lui tout seul en partant côté droit, avec une frappe enveloppée", se souvient l'ex-entraîneur de Marseille et de Lyon pour l'AFP.

"Toko a toutes les qualités d'un attaquant moderne, poursuit Rudi Garcia, quelque chose de très recherché: à la fois les appels en profondeur verticaux dans le dos de la défense et la qualité de dribble dans les un contre un, un peu comme un Gervinho", estime Rudi Garcia.

"Quand tu n'as pas les solutions collectives, un joueur comme Karl peut marquer", poursuit le technicien, qui a coaché le Camerounais à Lyon.

"C'est un homme de grande qualité, j'ai beaucoup aimé travailler avec lui, j'avais fait beaucoup pour essayer de le faire venir à l'OM, je l'ai suivi à Villarreal où il a aussi brillé", poursuit Garcia.

Surnommé un temps "Poteau-Ekambi" à Lyon


À l'OL, il a surmonté la période où on le surnommait "Poteau-Ekambi" pour ses frappes sur les montants. "Il a du caractère, il n'est jamais si bon que dans la difficulté, assure Garcia. Il se créé des occasions, c'est le plus important, à un moment il va marquer, tant qu'un attaquant a des occasions, c'est bon signe."

Le "Lyon Indomptable" s'en est créé à la CAN, et a déjà égalé les cinq buts de Samuel Eto'o dans une même Coupe d'Afrique (l'ancien Barcelonais l'a fait deux fois). Mais ces menus records ne valent rien au pays cinq fois champion d'Afrique, seulement devancé au palmarès par son grand rival du soir, l’Égypte (sept CAN).
 

Dans le monde du football, le Cameroun représente vraiment l'Afrique et nous avons à cœur de remettre les Lions indomptables au plus haut niveau.
Karl Toko Ekambi, attaquant inernational camerounais.

"Nous sommes le pays organisateur mais nous sommes aussi l'une des nations majeures du football africain", expliquait à l'AFP le Lyonnais avant le début du tournoi.

"Dans le monde, le Cameroun représente vraiment l'Afrique et nous avons à cœur de remettre les Lions indomptables au plus haut niveau. L'ambition sera d'aller le plus loin possible et pourquoi pas de gagner", ajoutait-il.

"Je l'ai déjà gagnée en 2017", rappelait Toko. "C'était quelque chose d'exceptionnel car nous n'étions vraiment pas favoris. Nous avons réussi à faire les choses ensemble. C'était dur, c'était long. Nous étions restés longtemps là-bas et revenir au Cameroun avec le trophée était vraiment quelque chose d'exceptionnel".

La préparation de cette édition à domicile n'a pas non plus été une partie de plaisir, dans une "tanière" des Lions transformée en bunker pour défendre la bulle sanitaire.

Mais il a pu y perfectionner sa complicité avec Aboubakar. "Vincent c'est plus la puissance physique, Karl la vitesse", synthétise Rudi Garcia. Pour le Cameroun, peu importe le buteur du moment qu'il y a la finale au bout...