Côte d’Ivoire : Gradel, une dernière et cinq premières

Samedi, l’amical disputé à Amiens entre la Côte d’Ivoire et le Bénin (2-2) a été marqué par les adieux de Max-Alain Gradel aux Éléphants. Deux fois vainqueur de la CAN, l’attaquant de 36 ans raccroche après une cent-sixième sélection. L’occasion de revenir sur les moments charnière de cette riche carrière internationale.
Image
Côte d’Ivoire : Gradel, une dernière et cinq premières (1)
Icon Sport
Partager5 minutes de lecture
Le secret avait été soigneusement gardé jusqu'au match : samedi soir à Amiens face au Bénin (2-2), Max-Alain Gradel a disputé sa cent-sixième et dernière rencontre sous les couleurs, orangé, de la Côte d'Ivoire. Gratifié d'un imposant bouquet de fleurs, remis par l'attaquant des Guépards, Steve Mounié, le petit ailier a dignement fêté cette dernière en marquant, sur coup franc, le premier but des siens. En pleurs après cette dix-huitième réalisation internationale, l'actuel joueur de Gaziantep FK a cédé sa place à Pépé (81e) et la rencontre a même été arrêtée quelques minutes pour permettre aux joueurs des deux équipes de lui faire une haie d’honneur. Le héros du jour a cédé sa place à Nicolas Pépé (81e) et la rencontre a même été arrêtée quelques minutes pour permettre aux joueurs des deux équipes de lui faire une haie d’honneur.

« J’ai ressenti beaucoup d’émotions sur le terrain. Je quitte la sélection avec le sentiment du devoir accompli, et le trophée. C’est le plus important », a réagi à chaud le champion d'Afrique, qui a soulevé la Coupe d'Afrique, que la Fédération ivoirienne de football avait spécialement fait venir sur l'aire de jeu picarde. « Je tiens à le remercier pour tout ce qu’il a fait pour ce pays. Il sera toujours le bienvenu parmi nous », lui a répondu le sélectionneur, Emerse Faé. Au moment de refermer le livre de la carrière internationale de Max-Alain Gradel, explorons-en les premières fois.

1. Son premier match : Bénin - Côte d'Ivoire (2-6), Cotonou, 5 juin 2011


On n'a pas deux fois l'occasion de faire une bonne première impression, a dû se dire Max-Alain Gradel au moment de remplacer Seydou Doumbia à la 54e minute de jeu, le 5 juin 2011 à Cotonou. Malgré un doublé de Stéphane Sessegnon qui entretient un moment l'illusion, les Éléphants s'imposent largement et celui qui est alors pour quelques semaines encore (avant son transfert à l'AS Saint-Etienne) un joueur de Leeds United. « J’ai démarré en sélection face au Bénin, et je boucle la boucle face à la même équipe, en marquant. C’est le destin », a dit l'intéressé, philosophe.

2. Ses premières stats : Côte d'Ivoire - Israël (4-3), Genève, 10 août 2011


Max-Alain Gradel ne met pas longtemps à se montrer décisif avec la « Selephanto ». Dès sa première titularisation, il délivre une passe décisive pour ce qui sera le seul but de l'oublié Moussa Koné lors de sa seule sélection. Le néo-Stéphanois, lui enchaîne les capes... et les stats. L'été lui réussit : son premier but, le natif d'Abidjan l'inscrit le 15 août 2012 contre la Russie (1-1) en amical sur les installations du Lokomotiv Moscou. Les matchs à enjeu ne lui font pas davantage peur : Gradel y va de son but, pour clôturer le score contre le Sénégal (4-2), dans le cadre des éliminatoires de la CAN 2013.

3. Sa première finale : Zambie - Côte d'Ivoire (0-0 a.p., 8-7 tab), Libreville, 12 février 2012


Un an plus tôt, la Côte d'Ivoire a échoué à remporter la compétition. Sans pourtant encaisser le moindre but durant l'ensemble du tournoi, les Éléphants de François Zahoui cèdent au terme d'une finale étouffante contre la surprenante Zambie. Les Chipolopolo d'Hervé Renard s'inclinent aux tirs au but sur la pelouse du nouveau stade d'Angondjé, à Libreville. Entre à l’heure de jeu à la place de Salomon Kalou, Max-Alain Gradel fait ce qu'il peut pour secouer une défense bien en place et réussit son tir au but. Cela ne suffira pas à éviter une cruelle désillusion.

4. Son premier but à la CAN (et son premier trophée) : Côte d'Ivoire - Mali (1-1), Malabo, 24 janvier 2015


En deux éditions de la CAN, Max-Alain Gradel n'avait jamais fait trembler les filets adverses. Le compteur sera ouvert lors de la deuxième journée de la phase de poules de l'édition 2015. Face au Mali (1-1), à Malabo, l'ailier entré à la place d'Ismaël Diomandé (39e) sauve son équipe d'un faux-pas en égalisant à la 86e minute de la rencontre. Désormais sélectionneur de la Côte d'Ivoire, Hervé Renard lui fait confiance. Il est titulaire contre le Cameroun au poste d'ailier droit et marque l'unique but du match (36e). Encore décisif en quarts de finale contre l'Algérie (3-1), avec un centre pour la tête de Bony sur l'ouverture du score (26e), il est remplacé en finale et ne prend donc pas part à la fatidique séance de tirs au but, qui voit la Côte d'Ivoire terrasser le Ghana (9-8) et ramener à Abidjan sa deuxième CAN. Avec un Max-Alain Gradel fou de joie.

5. Sa première fois avec le brassard : Côte d'Ivoire - Guinée équatoriale (1-0), Malabo, 12 janvier 2022


Devenu peu à peu un grand ancien, Max-Alain Gradel porte pour la première fois le brassard de capitaine, face à la Guinée équatoriale à Douala, pour l'entrée en lice de son équipe dans la CAN 2021. Celui qui évolue alors à Sivasspor, en Süper Lig turque, célèbre ça à sa manière, en ouvrant le score dès la cinquième minute de la partie. Au hasard des indisponibilités, le dribbleur devra attendre le7 février 2024, et une demi-finale de CAN contre la RD Congo, pour avoir de nouveau l'honneur d'être le capitaine des Éléphants. Ce jour-là, Gradel s'en montre une nouvelle fois digne : c'est lui qui trouve Haller sur l'unique but de la rencontre (65e). On connaît la suite.