Des Jeux paralympiques 2022 de Pékin marqués par les performances des athlètes ukrainiens malgré le conflit

Au revoir Pékin, à bientôt Milan-Cortina : la flamme paralympique s'est éteint ce 13 mars sur les Jeux d'hiver, après dix jours de performances exceptionnelles des sportifs du pays hôte et des Ukrainiens confrontés à l'invasion de leur pays.
Image
Andrew Parsons remet le drapeau olympique à la maire de Cortina
© AP Photo/Shuji Kajiyama
Andrew Parsons, président du Comité international paralympique, remet le drapeau olympique à la vice-maire de Milan, Anna Scavuzzo et au maire de Cortina d'Ampezzo, Gianpietro Ghedina. Pékin le 13 mars 2022.
Image
Cérémonie de clôture des Jeux paralympiques d'hiver de Pékin
© AP Photo/Shuji Kajiyama
Cérémonie de clôture des Jeux paralympiques d'hiver de Pékin.
Partager4 minutes de lecture
Comme à l'ouverture, c'est le stade olympique de la capitale chinoise, l'emblématique "Nid d'oiseau", qui accueille une cérémonie concoctée par le célèbre réalisateur Zhang Yimou.
 
Une image de la cérémonie de clôture des Jeux paralympiques de Pékin
Une image de la cérémonie de clôture des Jeux paralympiques de Pékin, orchestrée par le réalisateur chinois Zhang Yimou, 13 mars 2022.
© AP Photo/Dita Alangkara

Le drapeau paralympique a été abaissé et transmis aux organisateurs de la prochaine édition hivernale des Jeux qui aura lieu en 2026 à Milan et dans la station de ski de Cortina d'Ampezzo, dans les Dolomites.

Andrew Parsons, président du Comité international paralympique (CIP), a qualifié les sportifs participants de "lueur d'espoir" et de "champions de la paix", mais sans mentionner spécifiquement la situation en Ukraine.

Lors de la cérémonie d'ouverture, son discours anti-guerre, référence à l'invasion russe, avait été partiellement censuré durant sa diffusion par la télévision publique chinoise CCTV.

Cette fois encore, une partie de son discours n'a pas été traduite en chinois pour le public local. Les expressions "champions de la paix" et "espoirs de paix" ont ainsi été omises.

Andrew Parsons
Andrew Parsons, président du Comité international paralympique prononce le discours de clôture des jeux. Pékin, 13 mars 2022
© AP Photo/Shuji Kajiyama

L'Ukraine s'était invitée au menu des organisateurs juste avant le début des Jeux, avec une difficile question autour de l'exclusion, ou non, des athlètes de Russie et de la Biélorussie - pays qui coopère à l'invasion russe.

Le Comité international olympique (CIO) avait appelé à les bannir des compétitions sportives jusqu'à nouvel ordre.

(RE)voir : Jeux Paralympiques de Pékin : la Russie persona non grata
TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...
Après avoir autorisé les sportifs concernés à concourir sous bannière "neutre", le CIP avait inversé sa décision le lendemain, citant l'opposition de nombreux comités paralympiques nationaux, des menaces de boycott et des tensions au village des athlètes.

Des athlètes ukrainiens au bout d'eux-mêmes

Toute cette agitation n'a pas perturbé les performances sportives des Ukrainiens. Arrivés in extremis à Pékin après un périple dantesque en bus à travers l'Europe, ils sont allés au bout d'eux-mêmes.

L'Ukraine a décroché au total 29 médailles (dont 11 en or), en biathlon et en ski de fond.
 
L'ukrainien Oleksander Kazik remporte l'or au biathlon
L'ukrainien Oleksander Kazik (au centre) remporte l'or au biathlon le 11 mars 2022 à  Zhangjiakou.
© AP Photo/Shuji Kajiyama

Durant les Jeux, une sportive ukrainienne a appris que son père, soldat, avait été fait prisonnier par les Russes. Une autre a remporté une médaille d'or quelques jours après avoir découvert que son logement à Kharkiv avait été bombardé.

"Concourir ici à un tel niveau, tout en sachant que sa famille et son pays sont attaqués, c'est tout simplement incroyable", déclarait le 12 mars Andrew Parsons, président du Comité  international paralympique.

"C'est l'une des plus incroyables démonstrations de résilience que j'ai pu voir dans ma vie. Dans le sport et en dehors." 

Enseignement de ces Jeux : la Chine, pays hôte, s'est affirmée comme une nouvelle puissance des para-sports d'hiver. Avec 61 médailles au total (dont 18 en or), elle est première au classement devant l'Ukraine et le Canada.

Engagé aux Paralympiques d'hiver dès Salt Lake City (2002), le géant asiatique n'avait remporté sa première médaille qu'à Pyeongchang (2018) avec l'or du curling. Son succès à Pékin étonne même ses propres athlètes.

Peu de cas de Covid

"On n'était pas vraiment conscients de notre niveau (...) parce qu'on n'a pas participé à beaucoup de compétitions à l'étranger ces temps derniers", Covid oblige, a déclaré à l'AFP Liu Sitong, lauréate de quatre médailles en ski alpin.

Des compétitions avaient encore lieu dimanche.

Les Français ont décroché l'argent en ski de fond (relais) et le jeune skieur Arthur Bauchet, porte-drapeau à la cérémonie de clôture, a remporté sur le slalom (catégorie debout) sa quatrième médaille des Jeux, la troisième en or.

La France, avec 12 médailles (dont 7 en or) termine à la quatrième place du classement.

Les Américains ont sèchement battu les Canadiens (5-0) dans la finale du hockey sur luge. 

"J'ai le coeur lourd pour le moment. Je pense qu'il va falloir un certain temps pour passer outre. Il faut déjà être fier d'être arrivé ici", a déclaré le joueur canadien Tyler McGregor. 

En ski alpin, le prodige norvégien Jesper Pedersen, 22 ans, a décroché sur le slalom (catégorie assis) sa quatrième médaille d'or de ces Paralympiques. Il avait déjà remporté l'argent en descente.

Autre satisfaction : très peu de cas positifs au coronavirus ont été recensés dans la bulle sanitaire, déjà en place pour les Jeux olympiques et qui isolait athlètes, officiels et personnel du reste de la population chinoise.