Mondialistes : le Cameroun à la poursuite de son glorieux passé

Le Cameroun disputera au Qatar la huitième Coupe du monde de son histoire. Détenteurs du record africain des participations au Mondial, les Lions Indomptables n'ont plus brillé depuis trois décennies. Cette édition 2022 peut-elle leur permettre de renouer avec ce glorieux passé ? Quelques éléments de réponse.
Image
Mondialistes : le Cameroun à la poursuite de son glorieux passé (1)
AI / Reuters / Panoramic
Partager4 minutes de lecture

Que vaut l'équipe ?


Si le bras de fer des équipementiers a éclipsé en partie le suspense relatif à la composition de la liste, Rigobert Song a créé le débat en dévoilant ses 25 pour défendre les couleurs des Lions Indomptables du Cameroun au Qatar. Le principal point d'interrogation se situe dans le secteur défensif, où le sélectionneur a fait le choix extrêmement fort de se passer de Michael Ngadeu. Élément clé de la charnière centrale et vice-capitaine, le joueur de La Gantoise était de tous les combats depuis la CAN 2017 remportée au Gabon sous les ordres d'Hugo Broos. Passeur décisif sur le but de Karl Toko Ekambi à Blida, le joueur de 31 ans paye le retour d'un autre trentenaire, rappelé cet automne dans la tanière après un quinquennat d'absence : Nicolas Nkoulou (Aris Salonique). L'ancien Marseillais devrait être associé à un autre axial droit en la personne de Jean-Charles Castelletto (Nantes). Le seul autre défenseur central de métier de l'escouade étant le prometteur Christopher Wooh, passé cet été de Lens au Stade Rennais.

Alors que le doute avait plané sur sa présence, André-Frank Zambo Anguissa (Naples) est bien là dans l'entrejeu, de même que le très fiable Nicolas Ngamaleu et l'homme en forme Eric Maxim Choupo-Moting (Bayern Munich). Les cadres Karl Toko Ekambi et Vincent Aboubakar complètent un compartiment offensif bien doté. Seule fait un peu jaser l'absence d'Ignatius Ganago (Nantes), qui se voit préférer Jean-Pierre Nsame (Young Boys Berne) ou Christian Bassogog, réfugié en Chine. On conclura sur un paradoxe : alors que le point fort du Cameroun est sa ligne d'attaque, les Lions Indomptables risquent surtout de devoir défendre face à des adversaires potentiellement dominateurs.

La patte du coach : Rigobert Song


Rigobert Song a été nommé sélectionneur du Cameroun en février dernier. Dans la foulée d'une CAN jouée à domicile et terminée à la troisième place, le nouveau président de la Fédération, Samuel Eto'o, obtient la tête du Portugais Antonio Conceiçao et nomme à sa place son ancien coéquipier chez les Lions Indomptables, qui l'avait soutenu lors de sa campagne électorale. Immense joueur mais technicien peu expérimenté, "Rigo" et son adjoint français Sébastien Migné qualifient les Lions à l'issue d'un barrage aller-retour renversant contre l'Algérie. Si nul ne conteste ses qualités de meneur d'hommes, la patte tactique de Rigobert Song peine encore à se faire sentir. L'absence de réelle préparation pour le Mondial ne permettront pas au coach de beaucoup travailler dans ce sens. Il pourra en revanche s'appuyer sur son immense expérience du très haut niveau : Song a participé à 9 matchs de Coupe du monde en tant que joueur. Seuls au Cameroun François Omam-Biyik (11) et Roger Milla (10) ont fait mieux.

La star et la pépite : Vincent Aboubakar et Marou Souaibou


Les hommes en forme du Cameroun sont André Frank Zambo Anguissa et Eric Maxim Choupo-Moting, maillons forts de clubs leaders de leurs championnats, la star de l'équipe nationale reste Vincent Aboubakar. Auteur de 8 buts pour le Cameroun lors de la Coupe d'Afrique des Nations 2021, soit le plus haut total pour un joueur en une seule édition depuis Ndaye Mulamba avec le
Zaïre en 1974 (9), le joueur d'Al-Nassr en Arabie Saoudite s'apprête à disputer sa troisième phase finale de Coupe du monde. L'ancien du FC Porto et de Besiktas devra faire mieux que lors des deux précédentes, durant lesquelles il n'avait pas réussi à cadrer un seul tir en 4 matchs joués (2 en 2010, 2 en 2014).

A jamais le premier ! Marou Souaibou s'est vu décerner fin octobre le premier Ballon d'or camerounais, destiné à récompenser le meilleur joueur du championnat local. Également désigné homme du match de la finale de Coupe du Cameroun remportée par Coton Sport de Garoua, cet ailier gauche polyvalent de 21 ans a quelques arguments à faire valoir. Puissant et percutant, capable de jouer avant-centre ou attaquant de soutien, il fait partie des deux joueurs du cru dans la liste des 25 et peut espérer grappiller un peu de temps de jeu en fin de match. A lui d'en profiter pour se faire remarquer.

Le chiffre clé : 7


Le Cameroun a perdu chacun de ses 7 derniers matchs en Coupe du Monde (entre 2002 et 2014). Seul le Mexique a perdu plus de rencontres d'affilée dans l'histoire de la compétition (9 entre 1930 et 1958). La dernière victoire des Lions Indomptables en phase finale remonte au 6 juin 2002 : ce jour-là, sur la pelouse de Saitama, un but de Samuel Eto'o leur avait permis de battre l'Arabie Saoudite (1-0).

Le programme


24 novembre : Suisse - Cameroun (Al-Wakrah Stadium)
28 novembre : Cameroun - Serbie (Al-Wakrah Stadium)
2 décembre : Cameroun - Brésil (Lusail Stadium)