Sénégal-Cameroun, la CAN est déjà lancée

Futurs adversaires à la CAN, le Sénégal et le Cameroun avaient avant le tirage au sort programmé un match amical. La rencontre a eu lieu le 16 octobre à Lens. Retour sur ce choc des Lions en forme de répétition générale.
Image
Sénégal-Cameroun, la CAN est déjà lancée (1)
Laurent Sanson / Panoramic
Partager4 minutes de lecture
Le 18 janvier prochain, le Sénégal et le Cameroun s'affronteront dans le cadre de la deuxième journée de la CAN 2023. Avant ce sommet annoncé du premier tour du tournoi, les deux équipes se retrouvaient lundi soir à Lens pour un match amical. Ce sont les Lions de la Teranga, au collectif mieux huilé, qui ont logiquement pris le dessus sur les Lions Indomptables (1-0), sur la pelouse du stade Bollaert-Delelis. Et si la partie, amicale, n'a pas atteint des sommets d'engagement, elle fut néanmoins riche en enseignements.

Disposés en 4-3-3, les vainqueurs du soir présentaient un onze de départ proche de leur équipe type, avec pour seule innovation le milieu de terrain excentré Krépin Diatta aligné un cran plus bas, au poste d'arrière droit. Dominateurs dans l'entrejeu, les  champions d'Afrique ont pu manœuvrer à leur guise durant le plus clair du match. Alors qu'ils n'ont pas marqué dans le jeu mais sur un penalty de Sadio Mané (35e), ils auraient pu et dû pousser cet avantage, si Ismaïla Sarr n'avait pas loupé le cadre sur une frappe croisée alors qu'une passe en retrait était également possible (66e), et si Boulaye Dia, entré en jeu, n'avait pas vu sa reprise de la tête s'écraser sur la barre transversale (85e).

Le Sénégal en confiance

Le manque d'efficacité offensive sera l'un des axes de progrès du Sénégal, déjà inefficace en septembre quand il subit chez lui la loi de l'Algérie (0-1). Après la rencontre, Aliou Cissé était heureux et soulagé d'avoir vu ses joueurs réagir après la défaite du mois précédent dans leur antre de Diamniadio. « Beaucoup nous considèrent comme une grande équipe, nous nous considérons comme une grande équipe, et une grande équipe ne perd pas deux fois, a lâché le coach champion d'Afrique. Le contenu était très intéressant. On a bien débuté, on a respecté la philosophie de jeu que nous avions mis en place en se créant pas mal d'occasions... Il y a aura un deuxième match, qui sera un match officiel à la CAN, et comme vous les savez entre octobre et janvier il peut se passer beaucoup de choses... Nous avons su mettre les individualités au service du collectif, et au final ce sont les individualités qui nous font gagner. On arrive petit à petit trouver des solutions contre les blocs bas. »

Satisfait de la prestation de ses cadres (Edouard Mendy, Kalidou Koulibaly, Sadio Mané, Habib Diallo) partis jouer en Arabie Saoudite, "El tactico" affichait une assurance en total décalage avec la mine éteinte de son homologue camerounais. Après cette deuxième défaite consécutive sur le même score, puisque les Lions s'étaient inclinés en Russie quatre jours plus, Rigobert Song s'efforçait malgré tout à positiver. « En première mi-temps, c'était un peu difficile. Mais nous avons été présents en deuxième mi-temps. J'ai espoir. Je pense que d'ici la CAN nous allons trouver les ingrédients nécessaires », assurait le sélectionneur, heureux d'avoir pu, absences obligent, procéder à une vaste revue d'effectif.

Le Cameroun se cherche encore

Certes, mais les satisfactions furent plutôt rares. Au rang de celles-ci, on peut citer le très bon match du jeune latéral gauche de Lorient Darlin Yongwa contre le Sénégal, face auquel Bryan Mbeumo surnagea également. Mais peu de motifs de satisfaction pour le reste : aligné au poste de latéral droit, Jean-Charles Castelletto a rappelé qu'il était un défenseur axial, tandis que la charnière composée d'Oumar Gonzalez et Harold Moukoudi affichait toutes ses limites. Ce ne fut guère mieux dans l'entrejeu, avec un trio Pierre Kunde-Oliver Ntcham-Gaël Ondoua qui a fait regretter les indisponibilités conjuguées d'André-Frank Zambo Anguissa et Olivier Kemen. Et que dire de l'inefficacité de Vincent Aboubakar et des mauvais choix de Karl Toko Ekambi dans le compartiment offensif ? Là encore, les absents n'ont pas forcément eu tort...

Le mois prochain, Sénégalais et Camerounais entameront leur campagne des éliminatoires du Mondial 2026. Les Lions de la Teranga recevront le Soudan du Sud avant d'aller défier le Togo. Les Lions Indomptables accueilleront l'île Maurice puis se déplaceront en Libye. Deux matchs qui serviront autant à jeter les premières bases d'une nouvelle participation à la Coupe du monde qu'à effectuer les derniers réglages avant la CAN en Côte d'Ivoire.