Terriennes

A la une

Nathalie Sarraute, Marguerite Duras, Elfriede Jelinek, de gauche à droite, trois auteures majeures pour le théâtre du 20ème et 21ème siècle, trois relations différentes à l'écriture et à la "féminitude", présentées avec passion à l'occasion du Festival international des écrits de femmes de Saint-Sauveur-en-Puisaye
Pour sa 7ème édition, le Festival international des écrits de femmes proposait d'aller à la rencontre de dramaturges contemporaines ou oubliées, bien au delà des frontières hexagonales. Avec des découvertes stimulantes comme ces autrices suédoises célèbres en leur temps, effacées depuis, invisibles derrière August Strindberg ; ou des analyses décoiffantes, en particulier sur l'autrichienne Elfriede Jelinek. Reportage et rencontres à Saint-Sauveur-en-Puisaye, pays natal de Colette
Partager: 
13 femmes ministres, 13 hommes ministres : François Legault, le nouveau Premier ministre du Québec, a tenu sa promesse de...
Partager: 
Norvégiennes, ici à Elverum en 1945 au sud-est du pays, avec leurs enfants nés d'une liaison avec des Allemands durant l'occupation. Beaucoup, comme en France et ailleurs, furent accusées de collaboration, et tondues après la Libération en 1944.
La Norvège présente ses excuses aux femmes qui furent tondues après la Seconde Guerre mondiale parce que la population les...
Partager: 
En Afrique du Sud, le viol est un fléau. Les statistiques officielles donnent le vertige. 110 viols sont commis par jour. Pour...
Partager: 
L'illustration choisie pour accompagner une "Enquête sur l’état des lieux d’un mouvement féministe multiforme" publiée par Les Ourses à plumes 
En France comme à l’étranger, on constate depuis quelques années une floraison de web magazines féminins (webzines) en...
Partager: 
Shushanna Gaboyan, 23 ans, youtubeuse arménienne francophone, lauréate du prix 2018 "Et moi, je parle français!" nous reçoit chez sa grand-mère à Erevan.
Shushanna Gaboyan a été recompensée par le prix 2018 "Et en plus je parle le français en Arménie". Une première consécration pour...
Partager: 
Migrantes asiatiques et africaines manifestant le 8 mars 2015, journée internationnale des droits des femmes, à Rabat capitale du Maroc, contre les conditions du travail domestique dans le pays.  
Pour les 60 000 à 80 000 « petites bonnes » travailleuses domestiques au Maroc, il y a désormais une loi protectrice. Deux ans...
Partager: