Terriennes

Agnès Varda : " Dans les rapports sexués, l’humiliation est toujours du côté des femmes"

<p>Agnes Varda à la Berlinale Film de Berlin le 13 février 2019<br />
 </p>

Agnes Varda à la Berlinale Film de Berlin le 13 février 2019
 

( Joerg Carstensen/dpa via AP)

Initiatrice de la Nouvelle Vague, Agnès Varda est décédée aux premières heures de ce 29 mars 2019 à l'âge de 90 ans. Libre, curieuse et souvent fantasque, elle reste un modèle pour plusieurs générations de cinéastes et de femmes. Agnès Varda fut aussi la première marraine de notre site Terriennes, lors de sa création en juin 2011.

"Elle est décédée cette nuit, confirme Cécilia Rose, la productrice des films d'Agnès Varda depuis 17 ans. Elle devait inaugurer ce soir une exposition à Chaumont-sur-Loire qui s'ouvrira donc sans elle". D'Agnès Varda, celles et ceux qui l'ont connue se souviennent de son inextingible goût pour la nouveauté, son insatiable curiosité, son inventivité intacte jusqu'au dernier jour.

Celle qui fut pendant trente ans la compagne du cinéaste Jacques Demy, son grand amour, était restée attentive à l'évolution du monde, avec générosité et facécie. "Pétillante,  confiante, elle allait à l'aventure, se souvient Jackie Buet, directrice du Festival de films de femmes de Créteil depuis 41 ans. Elle ne s'enfermait pas dans des attitudes. Elle était toujours prête à innover et partante pour de nouvelles rencontres, avec une grande fraîcheur." 

Agnès Varda recevant la Légion d'Honneur le 9 octobre 2014.
Agnès Varda recevant la Légion d'Honneur le 9 octobre 2014.
(AP Photo/Remy de la Mauviniere)

​Un modèle pour les plus jeunes

Demandez à des passants pris au hasard dans la rue quelles réalisatrices françaises ils connaissent, et vous aurez de très fortes chances de les entendre citer le nom d'Agnès Varda en premier. Avec son éternelle coupe au bol, son regard malicieux et son franc-parler, Agnès Varda n'était pas de celles qui passent inaperçues. Mais au-delà de sa personnalité, elle a marqué l'histoire du cinéma et des générations de réalisatrices.

"Il est toujours difficile d'évaluer l'influence d'une cinéaste sur d'autres", explique Brigitte Rollet, spécialiste du cinéma et de la télévision, "mais ce qui est sûr, c'est que son nom est resté dans l'histoire." Et ne serait-ce que pour cela, elle reste un modèle : "Parce que des femmes se sont dit : "c'est un métier qui peut se faire au féminin, la preuve : il y en a une". Elle n'était peut-être ni la première, ni la seule, mais elle reste celle que de jeunes femmes pouvaient voir comme un possible modèle pour leurs carrières."

Jackie Buet se souvient d'une femme "très soutenante pour les jeunes réalisatrices. Elle a beaucoup aidé Patricia Mazuy, par exemple. Elle a donné à nombre de jeunes réalisatrices l'envie de faire du cinéma. Elle était aussi proche des actrices et est longtemps restée très complice de Delphine Seyrig."

Une pionnière

<p>Agnès Varda en 1981 à Paris. Elle était née Arlette Varda le 30 mai 1928 à Ixelles, en Belgique.</p>

Agnès Varda en 1981 à Paris. Elle était née Arlette Varda le 30 mai 1928 à Ixelles, en Belgique.

©AP Photo/Herve Merliac

Avec Agnès Varda, le cinéma perd une réalisatrice audacieuse, engagée et magnifiquement originale.  "C'est une photographe au départ et cela se sent beaucoup dans son cinéma, dans ses choix de plans", explique Brigitte Rollet
Reconnue dans le monde entier, elle fut la pionnière d'une Nouvelle Vague très masculine, qui ne l'a jamais vraiment acceptée. "Pour nous, c'est une pionnière de l'après-guerre. Elle est la première, et la seule, réalisatrice de la Nouvelle Vague," explique Jackie Buet.

Quatre ans avant François Truffaut et ses "400 coups", elle réalise, en 1956, "La pointe courte, un film entièrement en décors naturels, qui révèle les premiers frémissements de la Nouvelle Vague. Et pourtant, elle ne sera jamais vraiment admise parmi ces "jeunes turcs" qui entendent tout bouleverser. Qu'importe. Ni dogme, ni condamnation, ni mot d'ordre. Agnès Varda est une femme libre, qui continue son chemin, avec pour GPS son inextinguible curiosité.

Histoires de femmes 

Agnès Varda a bâti une oeuvre originale, souvent pionnière, à la frontière entre documentaire et fiction. Des histoires de femmes, souvent, intimes et audacieuses. "Son inspiration ? Elle la tirait de la vie", dit Nurith Aviv, qui fut sa cheffe opératrice.

En 1962, elle réalise "Cléo de 5 à 7", où une chanteuse qui craint d'être atteinte d'un cancer déambule dans Paris pour tromper sa peur. Elle se rend compte tout à coup de la vacuité de son existence. "Mon pari c'était de montrer que cette fille très coquette, narcissique, se transforme en 90 minutes puisqu'il est filmé en temps réel. Sa peur d'avoir un cancer la réveille", résumait-elle.



En 1977 sort L'une chante l’autre pas, un film sur l'avortement. En 1985, Sans toit ni loi suit les errances de Mona, incarnée par Sandrine Bonnaire, une zonarde qui finira morte de froid, d'avoir trop voulu vivre hors de la société et de ses règles. Elle réalisa aussi Les Glaneurs et la Glaneuse, en 2000, un film sur celles et ceux qui se nourrissent en récupérant les aliments aux rebus. "Elle laissait entrer le monde dans ses films, s'intéressait à toutes les minorités, non seulement les femmes, mais aussi noirs et les petites gens... dit Jackie Buet. C'était une passeuse des problèmes de notre temps à travers une pensée vigoureuse."

Elle signa aussi Les plages d'Agnès en 2009 et puis, en 2017, Visages, villages. Son dernier documentaire, Varda par Agnès, a été présenté en février au Festival du film de Berlin et diffusé récemment sur Arte.

De tous les festivals

Pour le  Festival de films de femmes de Créteil, Agnès Varda a toujours été un soutien inébranlable "depuis le début, en 1979". Par la suite, elle est venue au festival présenter les films qu'elle a fait avec Jane Birkin, dont Jane B par Agnès V - ce fut "une rencontre incroyable", se souvient Jackie Buet.

Le Festival du court-métrage de Clermont-Ferrand lui rend hommage :

"Elle était une pionnière du cinéma. Une artiste qui nous a enchantés. Une féministe engagée. Merci mademoiselle Agnès Varda," a twitté la porte-parole du groupe La République en Marche (LRM) à l'Assemblée Aurore Bergé, tandis que Laurence Rossignol, ancienne ministre des Familles, de l'Enfance et des Droits des femmes s'en souvient avec ces mots : "Agnès Varda a fait de notre engagement féministe un art. Ses films nous ont accompagnées, soutenues, enchantées. Merci Madame Varda."

Agnès Varda était la première marraine de notre site Terriennes, lors de sa création en juin 2011.

Le ministre de la Culture Franck Riester témoigne son admiration :

"Elle a fait de l'engagement féministe un art"

"Généreuse, joyeuse, profondément humaine, Agnès Varda a illuminé nos vies par ses films d'une folle inventivité",  déclare la présidente du Centre national du cinéma Frédérique Bredin, ajoutant que "ce qu'elle a apporté à travers ses oeuvres, ses combats pour la condition des femmes, est inestimable". De fait, son indomptable tempérament libertaire épousait la cause féministe. "Dans les années 1970, Agnès Varda a pris sa part de la lutte féministe. Que ce soit à la télévision avec Paroles de femmes ou au cinéma, avec L'une chante l’autre pas qui, même si ce n'est pas un film féministe au sens classique du terme,  a contribué à sa façon aux luttes des femmes. C'est un combat qui ne l'a jamais quittée," explique Brigitte Rollet, spécialiste du cinéma et de la télévision.

En 1971, Agnès Varda signait le  "Manifeste des 343 salopes" - des femmes qui admettaient avoir avorté à une époque où l'IVG était illégale : "C’était un acte politique, qui avait du sens, qui a fait bouger les choses", expliquait la réalisatrice.  

Pour lui rendre hommage, l'Institut national de l'audiovisuel  propose un florilège de ses quarante années d'engagement pour les droits des femmes et leur place dans la société :


Au sujet de l’affaire Weinstein, elle déclarait au journal Le Monde : "C’est bien qu’elle éclate, parce qu’elle autorise les femmes à parler, et parce que les hommes sont secoués. (...) Ce type-là me débecte. Je n’ai jamais voulu le rencontrer. Autour de lui, les gens savaient, mais on ne l’a jamais freiné. Pourquoi ? Car c’était le patron. Tout le temps, c’est une histoire de pouvoir. (...) Dans les rapports sexués, l’humiliation est toujours du côté des femmes. Ça ne changera que si on fait bouger les opinions des hommes. On peut crier, mais il faut convaincre, cela commence par l’éducation, l’école, les mères… Je suis d’une nature révoltée et radicale. Sans cela, il n’y a guère de salut. "

En 2018, à Cannes, bras dessus, bras dessous avec Cate Blanchett, entourées de 80 actrices, productrices, elle avait plaidé pour l'égalité salariale dans le 7e art. Une image forte, qui confortait son statut d'icône et doyenne du cinéma.

De gauche à droite : Kristen Stewart, Léa Seydoux, Khadja Nin, Ava Duvernay, Cate Blanchett et Agnes Varda sur le tapis rouge à Cannes, en mai 2018.
De gauche à droite : Kristen Stewart, Léa Seydoux, Khadja Nin, Ava Duvernay, Cate Blanchett et Agnes Varda sur le tapis rouge à Cannes, en mai 2018.
@Joel C Ryan/AP