Terriennes

Assassinat de Tara Farès, icône des femmes libres en Irak

Chargement du lecteur...
Par nos partenaires de France 3

L'assassinat à Bagdad d'une "influenceuse", mannequin et star sur les réseaux sociaux, met l'Irak en émoi. Les internautes dénoncent un crime dont la victime a payé le prix fort pour avoir assumé son choix de ton, son choix de vie.

dans

Ce jeudi 27 septembre à Camp Sarah, un quartier du centre de Bagdad, Tara Farès se trouve au volant de sa Porsche blanche décapotable aux fauteuils rouges. Deux motocyclistes ralentissent à sa hauteur, et soudain retentissent les coups de feu - "trois tirs mortels".

Tara s'écroule. Transférée à l'hôpital, elle ne survivra pas à ses blessures, dont deux à la tête. L'ex première dauphine de la « Reine de beauté de Bagdad » élue en 2014 - et non pas Miss Irak comme cela a souvent été écrit - n'avait que 22 ans. Icône des femmes libres en Irak, elle vient d'être assassinée en pleine rue à Bagdad. Star des réseaux sociaux, elle menait ostensiblement un style de vie qui détonait en Irak. Pour l’heure, aucune revendication. Mais pour  les internautes, qui trouvent sur Instagram, Twitter et consorts un espace de liberté salutaire dans un pays très conservateur, Tara a été punie pour son mode de vie.

Destin de femme kurde

Né d'un père kurde irakien et d'une mère chrétienne libanaise, Tara vivait à Erbil, mais elle séjournait aussi régulièrement en Turquie et travaillait dernièrement aux Emirats. Elle avait vécu en Europe, où elle avait adopté tous les codes des jeunes occidentales.

Souvent en voyage, la blogueuse, qui se signalait rarement à Bagdad, sa ville natale, postait régulièrement pour ses 2,7 millions d'abonnés sur Instagram des photos d'elle en  blonde, rousse ou brune. Au restaurant, dans les magasins ou ailleurs, elle se mettait en scène dans des tenues et des poses sages ou plus glamour, voire osées. Ces clichés, qui récoltaient des dizaines de milliers de "likes", révélaient ses tatouages, manucures et tenues exubérantes. Ils faisaient débat au sein de la société irakienne. 

"Ce jeudi, c'était Tara (...) Jeudi prochain, qui est-ce que ce sera ? Où va l'Irak ?" s'inquiétait un internaute.  Ahmad al-Basheer, satiriste exilé en Jordanie dont l'émission qui tourne en dérision la politique irakienne est très suivie et lui a valu des menaces de mort, appelait, lui, à la vigilance. "Celui qui trouve une excuse à ceux qui tuent une fille uniquement parce qu'elle a décidé de vivre comme la plupart des filles de la planète est complice de son meurtre", écrivait-il.

L'assassinat de Tara Fares a ému bien au delà de l'Irak. Les réseaux sociaux ont bruissé d'hommages avec les mots dièses #TaraFares ou #TaraFaris... A commencer par l'ancienne Miss France (2001) Elodie Gossuin-Lacherie

 

Son seul crime, c'était d'avoir choisi la vie, au mauvais endroit.Un internaute sur Twitter

L'assassinat de Tara Farès s'inscrit dans une vague de mystérieux décès de célébrités du monde de la mode et de la beauté à Bagdad. Deux célébrités ont disparu dans d'étranges circonstances en août dernier. La première, Rafeef al-Yaseri, symbolisait à la fois la réussite et le culte de l’apparence puisqu’elle était chirurgien plasticien et organisait des programmes nationaux spécialisés dans les affaires médicales dédiées aux femmes. Elle a été tuée à son domicile mi-août. Une semaine plus tard, c’est Rasha al-Hassan, propriétaire et directrice d'un grand centre de soins esthétiques à Bagdad, qui était retrouvée morte chez elle.

Mercredi soir, la mission de l'ONU en Irak (Unami) s'était déjà alarmée de la mort - également par balles - d'une autre femme, la militante des droits humains Souad al-Ali, à Bassora à la pointe sud du pays. Selon la police, cette Irakienne de 46 ans a été assassinée par son ex-mari pour un différend familial. L'Unami a toutefois rappelé "condamner tout acte de violence, en particulier contre les femmes, dont le meurtre, les menaces et l'intimidation, comme des actes totalement inacceptables". 

A 4000 kms de là, au Kirghizistan, Zere Asylbek, jeune chanteuse de 19 ans adepte et star des réseaux sociaux elle aussi, fait face aux menaces de mort et à la haine depuis la mise en ligne de son dernier clip le 18 septembre 2018. Et doit désormais vivre cachée pour ne pas subir le même sort que Tara Farès.