Aurélie Clémente-Ruiz, une femme pour diriger le musée de l'Homme

Aurélie Clémente-Ruiz est la première femme directrice du musée de l'Homme, un joli pied de nez symbolique à cette institution baptisée depuis sa création, au début du XXe siècle. Pour cette Femme de Culture 2022, il est plus que temps de rendre plus visible le rôle des femmes dans l'histoire de l'humanité.
Image
Aurélie clémente ruiz
Aurélie Clémente-Ruiz est la première femme à prendre les rênes du Musée de l'Homme à Paris. Elle fait partie des 100 Femmes de Culture honorées en 2022. 
©IM
Partager5 minutes de lecture
Aurélie Clémente-Ruiz, 43 ans, première femme à diriger le musée de l'Homme... Enfin ! Nommée en janvier 2022 à la tête de cet illustre établissement, situé près de la Seine, juste en face de la Tour Eiffel en plein coeur de Paris, elle y occupait depuis janvier 2021 le poste de directrice des expositions. 

Diplômée de muséologie à l’École du Louvre en 2001, Aurélie Clemente-Ruiz a commencé sa carrière en tant que chargée de collections et d’expositions à l’Institut du monde arabe, avant d’en diriger le département des expositions de 2012 à 2020.

De Lucy à aujourd'hui

Lucy
Une réplique du squelette de Lucy, jeune australopithèque découverte par Yves Coppens en 1974.
©MHNH
Le musée de l'Homme se veut ethnographique et citoyen, comme l'a montré l'exposition Portraits de France, en 2021, qui mettait en avant 58 personnalités étrangères qui ont contribué à faire la France, comme le fait aussi, jusqu'au printemps 2023, l'exposition Aux frontières de l'humain

Avec cette nomination, l'attente était forte, certain-e-s la voyant comme un nouveau souffle à l’établissement, né dans l'entre-deux guerres et réouvert après six ans de travaux de rénovation en 2015. On y trouve des Vénus préhistoriques, des animaux fossilisés ou empaillés, une série de crânes, et bien sûr une réplique du squelette de notre incontournable aïeule Lucy


Quelle place donner aux femmes dans ce musée ? Comment les resituer dans notre société post-metoo, revisibiliser leur rôle dans la préhistoire jusqu'à aujourd'hui?

Élue parmi les 100 Femmes de Culture 2022, nous l'avons rencontrée lors de la cérémonie de cet évènement, dont TV5monde et Terriennes sont partenaires, qui a eu lieu lundi 17 octobre au Palais de Tokyo.

C'est une vieille institution, et on ne change pas les choses comme ça, mais en effet, il y a une vraie réflexion à avoir aujourd'hui sur ce titre, ce musée de l'Homme qui existe depuis 1938.
Aurélie Clémente-Ruiz, directrice du Musée de l'Homme

Terriennes : une femme directrice du musée de l'Homme, il serait temps de changer de nom, non ? 

Aurélie Clémente-Ruiz : (rires) Le musée de l'Humanité, ce serait intéressant, effectivement ! C'est une vieille institution, et on ne change pas les choses comme ça, mais en effet, il y a une vraie réflexion à avoir aujourd'hui sur ce titre, ce musée de l'Homme qui existe depuis 1938. Les débats qui agitent la société contemporaine autour de la visibilité des femmes sont, c'est vrai, des sujets à mettre sur la table. 

Vous faites partie des Femmes de culture 2022, comment accueillez-vous cette récompense ? 

C'est toujours valorisant d'avoir cette reconnaissance, mais aussi d'être plusieurs. C'est un moment d'échange, de partage, c'est ça aussi. On peut aussi partager entre personnalités de la culture d'univers très différents. C'est un réseau, ça compte beaucoup dans nos métiers, on ne travaille pas toute seule, et ce sont de ces rencontres que peuvent naître de beaux projets. 

Le fossile de Lucy, extrêmement populaire et que tout le monde connait, nous aide à raconter à travers son histoire, celles de toutes les femmes. 
Aurélie Clémente-Ruiz

Notre ancêtre Lucy est au musée de l'Homme, et c'est une femme, comment rendre plus visible le rôle des femmes dans l'histoire de l'humanité ? 

C'est un vrai sujet, globalement, la place des femmes dans l'histoire de l'humanité. L'idée, c'est à travers un certain nombre de projets, d'arriver à montrer qu'elles ont leur place, partout, quelles que soient les époques, quels que soient les sujets. Actuellement, nous présentons une exposition photo intitulée Les femmes portent le monde, ce qui veut bien dire ce que ça veut dire ! C'est aussi une manière de dire de manière plus pérenne que cette humanité, elle est faite d'hommes et de femmes, et d'arriver, à travers un vocable générique, de tirer les fils pour comprendre quels étaient les rôles des femmes dans notre évolution. Le fossile de Lucy, extrêmement populaire et que tout le monde connait nous aide à raconter à travers son histoire, celles de toutes les femmes. 

Ces femmes qui "portent le monde" 

Le musée de l’Homme présente, dans le Foyer Germaine Tillion, une cinquantaine de portraits inédits de femmes qui "portent le monde", que Lekha Singh a photographiées au cours de ses voyages. Ces clichés, qui nous transportent en Inde, en Tanzanie, au Maroc, aux États-Unis, en Mongolie, au Bhoutan, au Japon, au Kenya, au Rwanda ou en Namibie, célèbrent la femme en la représentant dans toute sa force et son courage.

 
femmes qui portent le monde
Une des photos de l'exposition de la photographe américaine Lekha Singh rendant hommage aux femmes de la planète. Ici au Kenya en 2006.
©MNHN

Parmi les prochaines expositions, les femmes sont au programme ? 

venuq de lespugue
La Vénus de Lespugue, découverte en 1922 en France, date du gravettien, durant le Paléolithique supérieur. Sculptée dans de l’ivoire de mammouth, elle a été partiellement dégradée lors de sa découverte sous les coups de pioche des fouilleurs, mais conserve la trace de fines ciselures gravées au niveau de la tête et des pieds, à peine esquissés.
© MNHN - J.-C. Domenech

Justement, à partir de novembre, nous aurons une grande exposition autour des arts de la préhistoire.

À cette occasion, nous allons mettre en avant peut-être l'oeuvre la plus symbolique du musée de l'Homme, qui est la Vénus de Lespugue. Cette petite statuette féminine, qui a 28 000 ans, est l'une des statuettes et l'une des traces artistiques les plus anciennes de l'humanité. On a décidé de lui rendre hommage puisqu'elle a été découverte il y a tout juste 100 ans. Depuis un siècle, des artistes se sont inspirés de cette Vénus, image icônique de la féminité, de la maternité. On va donc présenter un certain nombre d'oeuvres du XXe et XXIe siècle pour saluer cette femme "sortie du fond des âges", comme disait Picasso.