Terriennes

Blanka Nagy, la lycéenne hongroise qui veut mettre Viktor Orban face à ses responsabilités

©
©
© @j_lepavous pour Le Temps

Viktor Orban se trouve face à une contestation sans précédent. En Hongrie, de nouvelles manifestations de l'opposition ont salué à leur manière, ce dimanche, son discours annuel sur l'état de la nation, tandis que le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo le met en garde contre sa politique étrangère. Parmi ses adversaires, une lycéenne qui ne mâche pas ses mots...

Blanka Nagy veut être metteuse en scène, mais elle ne s’attendait certainement pas à se retrouver aussi jeune en pleine lumière. Quatre jours avant Noël, cette jeune femme de 19 ans en fin d'études secondaires au lycée Ferenc Mora de Kiskunfelegyhaza (à 120 kilomètres au sud de Budapest) est sortie de l’anonymat en prononçant un discours corsé contre le gouvernement de Viktor Orban sur la place principale de Kecskemet, la ville de son enfance.

Dans ses harangues, celle qui est devenue le nouveau visage de la contestation n'hésite pas à défier l’hégémonie tenace du patriarcat au sein de la société hongroise. Il faut dire que gouvernement Orban compte dix hommes sur dix ministres et propose des primes et avantages fiscaux pour inciter les femmes à faire plus d'enfants et à rester au foyer...

Elle s'attaque également à la loi sur les heures supplémentaires votée le 12 décembre. Jugé "esclavagiste" par ses détracteurs, ce texte controversé permet aux employeurs du public et du privé de demander jusqu’à 400 heures de plus par an à chacun de leurs salariés (contre 250 ou 300 jusqu’à présent en cas de convention collective) et suscite, depuis son adoption sous les huées de l’opposition, une vague de protestations dans les rues de Budapest et des grandes localités régionales.

<p>Budapest, le 10 février 2019, devant les bureaux du Premier Ministre Viktor Orban.</p>

Budapest, le 10 février 2019, devant les bureaux du Premier Ministre Viktor Orban.

© Balazs Mohai/MTI via AP

Le 19 janvier, date des derniers rassemblements de grande ampleur, une vingtaine de villes se sont mobilisées contre la réforme, érodant légèrement la popularité toujours élevée de Viktor Orban. Champion du camp eurosceptique animé par le groupe de Visegrad (Hongrie, République tchèque, Pologne, Slovaquie), le patron du parti Fidesz a perdu trois points en décembre-janvier, mais continue d’écraser les sondages et reste en position de force à un peu plus de trois mois des élections européennes.

<p>Le Premier ministre hongrois Viktor Orban à Budapest, le 10 février 2019. "Pour nous, la Hongrie est la première !"</p>

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban à Budapest, le 10 février 2019. "Pour nous, la Hongrie est la première !"

© AP

Misérable petite prolétaire ?

Dans l’allocution qui l’a rendue célèbre et l’a transformée en symbole d’une certaine jeunesse excédée par la dérive autoritaire de Viktor Orban, Blanka Nagy a qualifié le parti au pouvoir d’"épidémie perfide et contagieuse" tout en invitant le président Janos Ader, traité de "bite à moustache", et les députés de la majorité à "aller se faire foutre". Blanka assume son coup d’éclat et dit garder la tête froide malgré l’essaim de critiques et d’insultes émanant des défenseurs de l’exécutif.

"Quand Zsolt Bayer [un polémiste réputé, ndlr] me traite de "misérable petite prolétaire" dans son show télévisé, ce n’est pas moi qu’il insulte mais l’ensemble de la classe ouvrière qui cravache pour faire tourner ce pays confisqué par Orban et ses compères", rétorque l’étudiante remontée dont la mère et le beau-père pointent à l’usine Mercedes de Kecskemet. "Je ne regrette en rien la teneur de mes propos et dirais la même chose au mot près si je devais revivre la situation de fin décembre", précise Blanka.

<p>Bernadett Szel à Budapest, le 4 avril 2018. </p>

Bernadett Szel à Budapest, le 4 avril 2018. 

© Zoltan Balogh/MTI via AP

Ancienne militante lycéenne, la jeune femme dénonce la faiblesse du système local de santé publique où les bakchichs sont rois, s’indigne des salaires largement inférieurs aux standards ouest-européens (qui ont conduit 600 000 Hongrois à s’exiler ces dix dernières années) et fustige l’hégémonie tenace du patriarcat au sein d’une société fermée aux idées féministes.

Son tout premier vote national est allé à la tête de liste centriste-verte du parti LMP, Bernadett Szel, la seule candidate de poids au poste de premier ministre lors des législatives d’avril 2018. Une manière pour Blanka d’affirmer son désir d’une Hongrie où les femmes ne serviraient pas qu’à pouponner, alors que le gouvernement Orban, qui compte dix hommes sur dix ministres de plein exercice, favorise financièrement les naissances et les familles nombreuses afin de réveiller une démographie assoupie.

Imperméable à la haine de ses détracteurs

"Le gouvernement veut me discréditer et diffuse de fausses informations sur mon compte car j’ose critiquer le pouvoir et le mettre face à ses responsabilités", souligne Blanka en démentant le penchant pour l’école buissonnière et les résultats scolaires médiocres que lui prêtent les médias pro-Fidesz.  "Mes parents étaient contrariés au début, puis ils ont vu que j’affrontais cela calmement et me soutiennent, poursuit-elle. Je reçois souvent des messages haineux sur Facebook, mais les trolls ne m’affectent pas."

Aînée de six frères et sœurs, Blanka s’est inscrite dans une université de théâtre qu’elle espère intégrer en septembre. D’ici là, elle continue à prendre le micro en marge des manifestations anti-Orban et anti-loi travail qui se poursuivent en Hongrie, même, ce dimanche 10 février, elles semblaient marquer le pas.

► Retrouvez l'intégralité de l'article de Joël Le Pavous sur le site de nos partenaires suisses Le temps