Terriennes

Ces héroïnes de l’histoire qui, elles aussi, avaient leurs règles

Derrière le mot dièse #mightymenstruation, l'illustratrice américaine Ariella Elovic veut démontrer qu'avoir ses règles contrairement aux idées reçues, n'affaiblit pas mais donne de la force, à l'image de ces femmes puissantes de l'histoire.<br />
 
Derrière le mot dièse #mightymenstruation, l'illustratrice américaine Ariella Elovic veut démontrer qu'avoir ses règles contrairement aux idées reçues, n'affaiblit pas mais donne de la force, à l'image de ces femmes puissantes de l'histoire.
 
Capture d'écrant/Ariella Elovic

Cléopâtre, Jeanne d’Arc, Elizabeth 1er… Les voici dessinées non pas en plein exercice de leur pouvoir mais dans une position qui pourraient en choquer certains (et certaines ?). Voilà comment une dessinatrice américaine a choisi de battre en brèche ce dernier tabou, celui des menstruations, ces périodes dont les hommes se servent parfois encore, comme prétexte pour souligner une certaine faiblesse voire nervosité des femmes au travail ou ailleurs.

dans
Quelle est la femme qui n’a pas entendu un jour quelqu’un lui dire « Tu m’as l’air fatiguée aujourd’hui, énervée, t’as tes règles ? ». Ce quelqu’un étant le plus souvent un homme, faut-il le préciser.

Comme nous le disait la journaliste Elise Thiébaut, lors d'une rencontre dans Terriennes (retrouvez ici l’article > "Ceci est mon sang, un livre d'Elise Thiébaut pulvérise le tabou des règles) : « Je réfléchissais à un livre sur la condition féminine. Je butais à chaque fois sur un frein intérieur des femmes. Ce frein me ramenait toujours à la question des règles qui vous désignent comme femme et dont on a honte.
(.../...) Derrière l'injonction à ne pas parler des règles, se cache aussi une perception fascinée des règles et du sang menstruel. »

« Les règles ont été un prétexte pour écarter les femmes de la place publique, soi-disant parce que le cycle affectait leur jugement », ajoutait encore Elise Thiebaut dans 20 minutes.

Règles, tabou ultime ?

De tout temps, les menstruations ont été un tabou. Ce flux de sang mensuel draîne avec lui nombre de croyances, superstitions, peurs, et le plus souvent est synonyme d’impur et sale. Aujourd’hui encore, la seule évocation des menstrues fait rougir les plus jeunes dans les classes lors des cours dits "d'éducation sexuelle", on les excuse, mais aussi gêne aux entournures, les plus adultes soi-disant matures.

Au cours de ces dernières décennies, nombreuses sont celles qui cherchent à faire voler en éclat ce « dernier » tabou, écrivaines, chercheures, scientifiques et aussi artistes. Comme ce fut le cas via l’exposition Hic Est Sanguis Meus, lancée en 2016, elle continue son aventure à travers les continents. D’autres se sont essayées à s’attaquer à des personnalités comme Donald Trump, comme cette artiste qui a utilisé son sang menstruel pour lui brosser le portrait. Riposte en version sanguine à celui qui s'était illustré par un « On pouvait voir du sang sortir de ses yeux, du sang sortir de son... où que ce soit », sur CNN au sujet du débat musclé avec la journaliste de Fox News, Megyn Kelly, durant la campagne électorale américaine.  
 

#mightymenstruation ou la puissance des règles

Début mars 2018, à l’occasion du mois de l’histoire de la femme (Women’s History Month), une dessinatrice américaine a voulu à sa manière détrôner ce mythe aux relents machistes. Ariella Elovic lance son projet baptisé #mightymenstruation (puissantes menstruations, ndlr). Derrière ce hashtag, la jeune femme de 27 ans décide de rendre hommage à toutes ces femmes qui ont fait l’histoire, ces grandes héroïnes en les dessinant, dans une position encore jamais vue, lorsqu’elles étaient, comme chacune d’entre-nous pendant ses règles, coincées, crampes au ventre ou pas, sur la cuvette des toilettes. Ariella Elovic ne se moque pas, mais s’amuse de cette situation et surtout interpelle. Alors, il est où le problème avec « nos » règles ?  

A chaque dessin, Ariella Elovic propose un petit résumé des faits et actes de l’héroïne ainsi représentée. Un texte, qu’elle conclut systématiquement par ces quelques mots : « And she got her period » (traduction 'Et elle a eu ses règles').

Ainsi la belle Cléopâtre, se montre, menton levé et fière, parée des ors royaux, et de profil comme le veut la tradition picturale égyptienne, mais sur un trône qui n’est pas vraiment celui auquel l’histoire nous a habitué. Imaginez cette fresque colorée à l'intérieur d'une pyramide…
Capture d'écran/blog Ariella Elovic
« Impitoyable et intelligente, Cléopâtre est la dernière pharaonne indépendante d’Egypte, un titre pour lequel elle combattit frères et sœurs, forgea de puissantes alliances, elle parlait 12 langues, mena une flotte navale à la bataille, et détenait des connaissances en maths, philosophie et astrologie et … elle avait ses règles », comme la présente l'illustratrice sur son site.
 
Je cherchais un moyen de dire la vérité sur les femmes - que nous avions toutes nos règles et que cela ne nous rendait pas moins productives, fiables ou respectables.
Ariella Elovic
« J'ai lancé #mightymenstruation en l'honneur du mois de l'histoire des femmes. Je cherchais un moyen de dire la vérité sur les femmes - que nous avions toutes nos règles et que cela ne nous rendait pas moins productives, fiables ou respectables. Je voulais montrer que lorsque vous avez vos règles, vous vous joignez à ce groupe de femmes puissantes, célébrez-le! Et je me suis dit que commencer avec des femmes historiquement éminentes ramènerait vraiment ce sujet à l’essentiel, énumérant tous leurs accomplissements et jetant à la fin, 'et elles ont eu leurs règles' », explique-t-elle dans un entretien à Buzzfeed.
Capture d'écran/blog Ariella Elovic
Autre reine, autre continent... Voici donc la femme célibataire ultime en la personne d'Elizabeth 1er. Elle aussi, représentée sur un trône plus intime que celui plus connu de la couronne d'Angleterre, robe relevée et cuisses dénudées.
« Elle refusa de se marier pendant les 45 ans de son règne, pour ne pas mettre en danger son autorité. Elle écrivait elle-même ses discours, mis en place la séparation de l'église anglicane avec celle de Rome. Elle offrit à l'Angleterre, son âge d'or, avec des arts florissant et la paix pour son peuple. Et elle avait ses règles. », peut-on lire dans la légende.
 
Je veux contrer toute affirmation selon laquelle les règles rendent les femmes improductives, déséquilibrées ou peu fiables.
Ariella Elovic
« Je veux permettre aux femmes et aux filles de ressentir plus de fierté lorsqu'elles ont leurs règles et de dissiper et de contrer toute affirmation selon laquelle les menstruations rendent les femmes improductives, déséquilibrées ou peu fiables », revendique l'artiste-militante.

Improductive, déséquilibrée, peu fiable,, Eleanor Roosevelt ? Celle qui donna ses lettres de noblesse au titre de "Première Dame", aux Etats-Unis. Egale à elle-même, digne, droite comme un i, affichant un léger et néammoins ostensible sourire (comme se moquant d'elle-même ou de ceux l'imaginant dans cette posture), les fesses  rougies et dénudées. Celle qui « participa à la réalisation de la Déclaration des droits humains, qui est la base de la plupart des Constitutions des pays », lit-on.
Capture d'écran/ blog Ariella Elovic

Jeanne d'Arc, Frida Kahlo, Rosa Parks, Nina Simone, etc, etc, un projet joyeux et sans fin... 

Jeanne d'Arc, Frida Kahlo, Rosa Parks, Nina Simone, ou encore, moins connues hors Etats-Unis, Ruth Bader Ginsburg, "rock star de la Cour suprême et icône féministe", Gloria Steinem, écrivaine et militante à l'origine de mouvements féministes américains et aussi la vétérante d'Irak, Tammy Duckworth ont l'honneur de trôner dans cette galerie de portraits. Elles aussi ont, ou ont eu leurs règles ...
 
Tammy Duckworth, vétérante de la guerre en Irak, sénatrice et activiste américaine., vue par Ariella Elovic.
Tammy Duckworth, vétérante de la guerre en Irak, sénatrice et activiste américaine., vue par Ariella Elovic.

« Je m'amuse tellement à les faire, alors il y en a d'autres à venir, ce projet ne se termine pas après le mois de l'histoire des femmes ! Je reconnais également que les personnes transgenres (...) saignent aussi et je prévoie d'ajouter des exemples à cette série. », conclut Ariella Elovic. La liste des femmes sur le trône peut donc encore s'allonger...