Terriennes

Combien de femmes à la tête d'organisations internationales ?

<p>De gauche à droite, en haut : Christine Lagarde (BCE) ; Ursula von der Leyen (Commission européenne) ; Winnie Byanyima (Onusida)<br />
En bas : Kristalina Georgieva (FMI) ; Louise Mushikiwabo (OIF) ; Audrey Azoulay (Unesco)</p>

De gauche à droite, en haut : Christine Lagarde (BCE) ; Ursula von der Leyen (Commission européenne) ; Winnie Byanyima (Onusida)
En bas : Kristalina Georgieva (FMI) ; Louise Mushikiwabo (OIF) ; Audrey Azoulay (Unesco)

Ngozi Okonjo-Iweala est la nouvelle patronne de l'Organisation mondiale du commerce. La Nigériane rejoint ainsi le cercle encore restreint des femmes à la tête d'institutions internationales. Petit à petit, le fameux plafond de verre s'effrite... De Louise Mushikiwabo à Kristalina Georgieva en passant par Audrey Azoulay, qui sont-elles ?

En 2021, on qualifie encore d'"historique" la nomination d'une femme aux commandes d'une institution internationale, et c'est peut-être cela qui interpelle. C'est donc ainsi que l'Organisation mondiale du commerce a elle-même commenté la nomination de Ngozi Okonjo-Iweala à sa tête, la qualifiant de "moment historique". 

Historique sans doute à plus d'un titre, parce qu'à 66 ans, elle devient non seulement la première femme à diriger l'OMC mais aussi la première Africaine. Ajouté à l'arrivée d'une femme noire à la vice-présidence des Etats-Unis, l'impact d'une telle nomination sera sans nul doute sans précédent pour toutes les petites filles en quête de modèle, démontrant enfin que oui, c'est possible. 

Cette ancienne ministre nigériane rejoint donc le club restreint des femmes de "pouvoir" dans le monde. Mais si elles sont de plus en plus nombreuses, elles restent encore trop rares, ces dirigeantes qui tiennent les rênes de grandes instances internationales. Tour d'horizon.

Christine Lagarde à la tête de la BCE 

La Française Christine Lagarde a pris officiellement la présidence de la Banque centrale européenne (BCE) le 1er novembre 2019, nommée par le Conseil européen du 18 octobre 2019 pour un mandat de huit ans. Première femme à prendre la présidence de l'institution depuis sa création, en 1998, Christine Lagarde a été avocate d'affaires aux Etats-Unis avant de devenir ministre de l'Economie (2007-2011) sous la présidence de Nicolas Sarkozy, puis directrice générale du Fonds monétaire international (2011-2019).

La présidente de la Banque centrale européenne, Christine Lagarde, s'adresse aux législateurs européens à Bruxelles, le 8 février 2021, afin d'évaluer l'impact de la crise sanitaires sur l'économie et les mesures envisageables pour atténuer les effets du pire ralentissement économique de l'histoire de l'Union européenne. 
La présidente de la Banque centrale européenne, Christine Lagarde, s'adresse aux législateurs européens à Bruxelles, le 8 février 2021, afin d'évaluer l'impact de la crise sanitaires sur l'économie et les mesures envisageables pour atténuer les effets du pire ralentissement économique de l'histoire de l'Union européenne. 
©AP Photo/Olivier Matthys, Pool

Selon une étude de mars 2020 de l’OMFIF (Forum officiel des institutions monétaires et financières), seules 14 femmes dirigent des banques centrales, alors qu’il en existe 173 dans le monde. En 2013, l'Américaine Janet Yellen était entrée dans l'histoire en devenant la première femme à la tête de la plus puissante Banque centrale du monde, la Réserve fédérale américaine, avant d'être écartée par Donald Trump quatre ans plus tard. Après l'élection de Joe Biden, Janet Yellen devient la première femme à diriger le Trésor américain.

Kristalina Georgieva, directrice du FMI 

Après Christine Lagarde, la Bulgare Kristalina Georgieva est la seconde femme à diriger le Fonds monétaire international (FMI), depuis sa nomination le 25 septembre 2019. Cette économiste de formation a effectué l'essentiel de sa carrière à la Banque mondiale, avant d'en devenir directrice générale en 2017, après un passage à la Commission européenne. Elue en 2009, elle est confirmée en 2014 au sein de l'exécutif communautaire, où elle occupe le poste de troisième vice-présidente de la Commission européenne, déléguée au Budget et aux Ressources humaines jusqu'en 2016.

La directrice générale du Fonds monétaire international, Kristalina Georgieva, au Forum de la paix de Paris, Palais de l'Élysée, le 12 novembre 2020. 
La directrice générale du Fonds monétaire international, Kristalina Georgieva, au Forum de la paix de Paris, Palais de l'Élysée, le 12 novembre 2020. 
©Ludovic Marin, Pool via AP

Audrey Azoulay à la tête de l'Unesco

Ancienne ministre française de la Culture, en 2016 et 2017, Audrey Azoulay a été élue à l'automne 2017 directrice générale de l'Unesco. Elle est la deuxième femme à la tête de l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture, après Irina Bokova, à qui elle a succédé.

En février 2018 Audrey Azoulay accordait à TV5MONDE son premier entretien télévisuel en tant que Directrice générale de l'UNESCO :

Chargement du lecteur...

Louise Mushikiwabo à la tête de la Francophonie

Succédant à la Canadienne Michaëlle Jean, la Rwandaise Louise Mushikiwabo a été nommée fin 2018 Secrétaire générale de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF). Parlant le français, l'anglais et le kinyarwanda, Louise Mushikiwabo était ministre des Affaires étrangères du Rwanda depuis décembre 2009. Elle a pris officiellement ses fonctions à l'OIF début 2019.

3 janvier 2019 : la nouvelle Secrétaire générale de la Francophonie, Louise Mushikiwabo entre en fonction lors d’une cérémonie de passation avec la Secrétaire générale sortante, Michaelle Jean, au siège de l’Organisation internationale de la Francophonie à Paris.
3 janvier 2019 : la nouvelle Secrétaire générale de la Francophonie, Louise Mushikiwabo entre en fonction lors d’une cérémonie de passation avec la Secrétaire générale sortante, Michaelle Jean, au siège de l’Organisation internationale de la Francophonie à Paris.
©OIF

Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne

L'Allemande Ursula von der Leyen a pris ses fonctions le 1er décembre 2019 à la présidence de la Commission européenne. Celle qui a fait ses débuts professionnels sous une blouse blanche de médecin devenait la première femme à présider la plus haute instance européenne. Mère de sept enfants, elle a été la première ministre de l'armée allemande et occupa ce poste pendant près de six ans. Elle a également été ministre fédérale de la famille, ministre des affaires sociales et ministre du Travail. Elle fut un temps considérée comme la dauphine toute désignée de la chancelière Angela Merkel, qui l'a nommée ministre dans chacun de ses quatre gouvernements de 2005 à 2019.

La chancelière allemande Angela Merkel accueille la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen avant les entretiens à la Chancellerie, à Berlin, le 18 septembre 2020. <br />
 
La chancelière allemande Angela Merkel accueille la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen avant les entretiens à la Chancellerie, à Berlin, le 18 septembre 2020. 
 
©Odd Andersen/Pool Photo via AP

Winnie Byanyima, directrice d'Onusida

Winnie Byanyima
Winnie Byanyima
©Oxfam

L'Ougandaise Winnie Byanyima a été nommée en août 2019 directrice exécutive de l'agence des Nations unies de lutte contre le sida (Onusida), et est entrée en fonction en novembre. Elle est la première femme nommée à la tête de cette organisation créée en 1995. Cette ancienne ingénieure aéronautique a rejoint la résistance de la NRA en Ouganda, avant d'être nommée ambassadrice en France. Elle a ensuite dirigé l'ONG Oxfam International et été une des responsables du Programme des Nations unies pour le développement (Pnud).

Aucune femme, en revanche, n’a jamais dirigé l’ONU...

Combien de femmes dirigeantes aux Nations unies ?

Au cours de l’année 2020, le Secrétaire général de l'ONU a nommé 20 femmes à des postes de haute direction. Neuf d’entre elles ont été nommées à des postes dans des missions politiques ou de paix sur le terrain. Sur ces 20 femmes, neuf sont originaires d’Afrique, sept des Amériques et des Caraïbes, trois d’Europe et une d’Asie. 

 Découvrez ces femmes dirigeantes sur ONU Info.