Terriennes

Congé paternité: plus bénéfique pour lutter contre la dépression chez les pères que chez les mères

Les pères bénéficiant de 2 semaines de congé paternité seraient moins à risque de développer une dépression post-partum, selon une étude de l'INSERM en France. 
Les pères bénéficiant de 2 semaines de congé paternité seraient moins à risque de développer une dépression post-partum, selon une étude de l'INSERM en France. 
©pixabay

Dans les semaines qui suivent la naissance d’un enfant, les deux parents risquent de développer une dépression. Pour réduire les risques de cette pathologie, le congé paternité serait plus bénéfique chez les pères que pour les mères, c'est ce que révèle une étude menée en France. 

On ne le sait pas assez et cela relève sans doute du tabou mais la dépression qui peut intervenir à la suite de la naissance d'un enfant n'est pas réservée uniquement aux mères. Les pères peuvent eux aussi souffrir de cette pathologie, elle est qualifiée alors de dépression "post-natale". La dépression post-partum désigne, elle, la souffrance mentale qui peut frapper les mères après l'accouchement jusqu'au retour de leurs règles. 

Car dans les semaines qui suivent la naissance d’un enfant, les deux parents sont bel et bien susceptibles de développer des troubles dépressifs. Chez les personnes en bonne santé, ils peuvent toucher 17 % des mères et plus de 10 % des pères au cours de l’année suivant la naissance de leur enfant. Chez les hommes, cette dépression peut se manifester par de la colère, de l’irritabilité, voire une consommation d’alcool ou de drogue.
 

Le congé paternité pas si bénéfique pour la mère

Une équipe de chercheuses et chercheurs de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) et de Sorbonne Université à l’Institut Pierre-Louis d’épidémiologie et de santé publique s’est intéressée à l’impact de deux semaines de congé paternité sur les risques de dépression chez chacun des parents. Résultat : si ce congé diminue de 25% le risque chez le père, il augmente légèrement celui de la mère ...
Les chercheurs se sont basés sur un échantillon provenant de la cohorte Elfe (l'Étude longitudinale française depuis l’enfance est une cohorte nationale française d’enfants suivis de la naissance à l’âge adulte pour étudier les facteurs familiaux, économiques et socioculturels pouvant influencer le développement des enfants, soit 18 000 enfants nés en 2011 en France, et leurs parents, ndlr).
 
Nos résultats soulignent l’importance que peuvent avoir les politiques familiales ciblées sur les pères en matière de santé mentale des parents car elles peuvent faire progresser l’égalité des sexes sur le marché du travail et accroître la participation des pères à la sphère familiale.
Maria Melchior, directrice de recherche INSERM
Selon les scientifiques, cette association négative chez les mères pourrait être due à la répartition inégale du temps alloué à la garde des enfants et/ou à un biais de sélection. Une corrélation bien plus complexe qu’il n’y paraît, tant les facteurs de risque de la dépression post-partum sont multiples. Un effet qui pourrait aussi s'expliquer par une durée trop courte, laquelle est désormais de 28 jours.

"En effet, même si nous avons pris en compte de nombreux facteurs de confusion possibles, nous n’avons pas pu évaluer suffisamment la préexistence de troubles dépressifs en dehors d’une autre grossesse chez les mères. Il est ainsi possible que les pères dont la compagne est plus à risque de dépression, prennent plus volontiers un congé paternité", précise Maria Melchior, directrice de recherche à l’Inserm, qui a dirigé les travaux de cette enquête. "Nos résultats soulignent cependant l’importance que peuvent avoir les politiques familiales ciblées sur les pères en matière de santé mentale des parents, car elles peuvent faire progresser l’égalité des sexes sur le marché du travail et accroître la participation des pères à la sphère familiale", ajoute la chercheuse. 

Un congé paternité encore trop court en France ?

L'étude révèle que "deux mois après la naissance, 5% des pères et 15% des mères présentaient des symptômes correspondant à une dépression post-partum", bien qu’il n’y ait pas eu de diagnostic officiel, explique Maria Melchior. 

En revanche l’association négative observée chez les mères pourrait suggérer qu’une durée de 2 semaines de congé paternité n’est a contrario pas suffisante pour prévenir la dépression post-partum des mères.
Katharine Barry, doctorante Inserm à la Sorbonne

"Outre les avantages que le congé paternité peut conférer en matière de dynamique familiale et de développement des enfants, il pourrait donc également avoir des effets positifs en matière de santé mentale des pères, commente Katharine Barry, doctorante Inserm à Sorbonne Université et première autrice de ces travaux. En revanche l’association négative observée chez les mères pourrait suggérer qu’une durée de 2 semaines de congé paternité n’est a contrario pas suffisante pour prévenir la dépression post-partum des mères".

Deux mois après la naissance de l’enfant, les participantes et participants ont renseigné un questionnaire. Plus de 64 % des pères avaient déjà pris un congé paternité, 17 % ont déclaré avoir l’intention d’en prendre un et près de 19 % n’en avaient pas pris et ne projetaient pas d’en prendre.

4,5 % des pères ayant pris un congé paternité et 4,8 % de ceux ayant l’intention de l’utiliser présentaient une dépression contre 5,7 % de ceux ne l’ayant pas utilisé. Cependant, une tendance inverse a été observée chez les mères : 16,1 % des mères dont le partenaire a utilisé le congé paternité présentaient une dépression post-partum contre 15,1 % de celles dont le partenaire avait l’intention d’utiliser le congé paternité, et 15,3 % de celles dont le partenaire n’avait pas pris de congé paternité.

Le site de l'INSERM annonce que de futures recherches devraient permettre d'étudier  l’impact que la durée et le moment du congé paternité peuvent avoir sur la santé mentale des parents et sur le développement des enfants, y compris depuis l’allongement de la période de ce congé en 2021. La France avait alors décidé de rattraper son retard en doublant la durée de son congé paternité, le faisant passer à 28 jours dont une semaine obligatoire. Le record est détenu par la Corée du Sud, avec 54 jours. La Norvège est le premier pays au monde à avoir instauré le congé paternité, le 1er avril 1993. Près d'une centaine de pays dans le monde n'ont toujours pas adopté de mesure de congé paternité.