Coupe du monde féminine : les stars du tournoi

De Megan Rapinoe, championne du monde en titre, à Kadidiatou Diani, atout offensif de l'équipe de France, le Mondial féminin qui débute ce 20 juillet en Australie et en Nouvelle-Zélande regorge de vedettes. Voici cinq joueuses à suivre.

Image
Coupe du monde de football féminine

Dans cette photo d'archive du 7 juillet 2019, les joueuses des États-Unis tiennent le trophée alors qu'elles célèbrent leur victoire lors du match de football final de la Coupe du monde féminine contre les Pays-Bas au stade de Lyon à Decines, près de Lyon, en France. La Coupe du monde féminine 2023 se déroulera dans neuf villes d'Australie et de Nouvelle-Zélande.

©AP Photo/Francisco Seco
Partager2 minutes de lecture

Kadidiatou Diani, ou "Kadi", l'espoir bleu blanc rouge

Kadidiatou Diani

Kadidiatou Diani lors du match retour du quart de finale de football féminin de la Ligue des champions entre le VfL Wolfsburg et le Paris Saint-Germain à Wolfsburg, en Allemagne, le jeudi 30 mars 2023.

(c) AP Photo/Martin Meissner

L'attaquante qui vient de quitter le Paris SG tient entre ses pieds une bonne partie des espoirs de l'équipe de France pour ce Mondial.

Les absences sur blessure des deux autres principales armes offensives des Bleues (Delphine Cascarino et Marie-Antoinette Katoto) laissent reposer bon nombre de responsabilités sur les épaules de Diani.

Mais à 28 ans, cette dernière n'a pas eu peur de prendre le jeu à son compte cette saison au PSG. Replacée à la pointe de l'attaque, elle a marqué 17 buts en 17 matches de D1 féminine.

Blessée à une épaule fin mars, "Kadi" a néanmoins manqué toute la fin de saison, avant de revenir pour la préparation des Bleues au Mondial, tout en gérant en parallèle la question de son avenir, pressenti à Lyon.

Megan Rapinoe, la "doyenne" et championne en titre

Megan Rapinoe, la championne en titre

Quelques jours avant de se rendre à sa quatrième Coupe du monde, Rapinoe a annoncé qu'elle prendrait sa retraite à la fin de la saison de la National Women's Soccer League. Rapinoe, 38 ans, a fait l'annonce sur Twitter le samedi 8 juillet 2023.

 

(c) AP Photo/Francisco Seco

Même si son impact sur le terrain est déclinant à 38 ans, Megan Rapinoe ne pouvait pas ne pas apparaître dans cette liste des joueuses à suivre, pour sa quatrième et dernière Coupe du monde.

L'attaquante vise un troisième titre d'affilée avec ses partenaires et va atteindre les 200 sélections contre le Vietnam samedi, si elle joue.

Avec 63 buts et 73 passes décisives, l'emblématique joueuse de la franchise d'OL Reign prendra sa retraite en fin de saison.

Figure de proue de la lutte pour les droits LGBTQ+ et pour l'égalité salariale dans son sport, Rapinoe reste à l'heure actuelle le visage le plus reconnaissable du football féminin mondial.

Alexia Putellas, double Ballon d'Or

Alexia Putella

La capitaine de Barcelone, Alexia Putellas, porte le trophée après avoir remporté le match de football final de la Ligue des champions féminine entre le FC Barcelone et le VfL Wolfsburg au PSV Stadion à Eindhoven, aux Pays-Bas, le samedi 3 juin 2023. Barcelone a gagné 3-2.

(c)AP Photo/Martin Meissner

A 29 ans, la meneuse de jeu du FC Barcelone s'impose ces dernières années comme la joueuse la plus fiable du football européen, dans le sillage d'un Barça étincelant dans son Championnat comme en Ligue des champions.

Première double Ballon d'Or de l'histoire de la distinction féminine créée en 2018, son aura est telle qu'elle a soulevé en 2022 son deuxième trophée sans même avoir participé à l'Euro estival en Angleterre, en raison d'une grave blessure à un genou.

L'Espagnole a poursuivi sa rééducation jusqu'à la fin du mois d'avril dernier, trop tard pour jouer un rôle décisif dans le sacre de son club en Ligue des champions début juin. En finale contre Wolfsburg, elle n'a joué qu'une minute.

Mais ses responsabilités vont grandir au sein de la Roja, dont elle a été la première membre à atteindre les 100 sélections.

Contrairement à certaines partenaires en conflit ouvert avec leur sélectionneur, Putellas ne s'est pas mise en retrait de la sélection, même si elle a soutenu ses partenaires "rebelles" au début de la polémique, à l'automne 2022, lorsqu'elle était blessée.

Sam Kerr, chez elle, en Australie

Sam Kerr

L'Australienne Sam Kerr célèbre après avoir marqué contre l'Angleterre lors du match de football amical international féminin entre l'Angleterre et l'Australie au Gtech Community Stadium de Londres, en Angleterre, le mardi 11 avril 2023.

(c)AP Photo/Kin Cheung

Pour le pays co-organisateur de l'épreuve, les chances de victoire finale passeront forcément par Sam Kerr, légende locale de la sélection féminine.

Agée de 29 ans, l'avant-centre de Chelsea évolue déjà depuis une quinzaine d'années avec les "Matildas" australiennes: elle compte 121 sélections pour 63 buts, dont cinq inscrits lors du dernier Mondial.

Avec le club londonien cette saison, celle qui a été porte-drapeau lors du couronnement de Charles III en avril a marqué 29 buts en 38 matches.

Ada Hegerberg, première joueuse Ballon d'Or

Ada Hegerberg

La Norvégienne Ada Hegerberg contrôle le ballon lors du match de football féminin du groupe A de l'Euro 2022 entre l'Angleterre et la Norvège au Brighton & Hove Community Stadium à Brighton, en Angleterre, le lundi 11 juillet 2022.

(c) AP Photo/Alessandra Tarantino

Première lauréate de l'histoire du Ballon d'Or féminin, la Norvégienne s'est longtemps positionnée comme la meilleure avant-centre du monde, avant d'être rattrapée par les blessures ces dernières années.

Talent précoce, la joueuse de l'OL illumine le football européen depuis plus de dix ans mais n'a toujours pas atteint la trentaine (28 ans tout juste).

Elle aussi porte-parole de la lutte pour l'égalité, la Norvégienne n'a pas hésité à se mettre en retrait de sa sélection nationale pendant cinq ans entre 2017 et 2022, dénonçant notamment l'inéquité de traitement entre les équipes masculine et féminine.

Meilleure buteuse de l'histoire de la Ligue des champions (59 buts), Hegerberg semble revenue à son meilleur niveau ces dernières semaines, mais sa sélection de Norvège reste sur un camouflet lors du dernier Euro, avec une élimination en poules et un sévère 8-0 encaissé contre l'Angleterre.

Retrouvez aussi dans Terriennes :