Covid-19 : les cheffes d'entreprise plus impactées par la crise économique

La crise économique générée par le confinement toucherait plus durement les cheffes d'entreprises que leurs alter ego masculins : 50% d'entre elles seraient menacées de faillite. C'est le résultat d'une enquête menée par l'association "Bouge ta Boîte", révélée par Marie Eloy, présidente du réseau à destination des femmes entrepreneures.
Image
femme entrepreneure
©Gerd Altmann/pixabay
Image
Bouge ta boîte
@Bougetaboîte
Partager4 minutes de lecture

A l'heure où le déconfinement se profile, autour du 11 mai a priori selon les régions, Marie Eloy du réseau Bouge ta Boîte tire la sonnette d'alarme : "Après plus d'un mois de confinement, la moitié des entrepreneures sont dans le rouge  et les trois quart sont confinées avec enfant".

Petit rappel d'ordre structurel : en France, les TPE (très petites entreprises) représentent 95% de l'économie française et les femmes en représentent une large part, entre 30% et 40%.  Travailler au mieux quatre heures par jour et maintenir son chiffre d'affaires ? Impossible. Les chiffres en font foi : sur la période de confinement, ces femmes avouent n'avoir sauvegardé en moyenne que 20% de leur activité et près de la moitié, 40%, ont perdu plus de 70% de leur chiffre d’affaires.

Une "bougeuse" très remuante pour soutenir ses adhérentes

Marie Eloy sait de quoi elle parle. Ancienne journaliste à Radio France International, elle a fondé deux réseaux d'entraide réservés aux cheffes d'entreprises : Femmes de Bretagne, région où elle réside - plutôt destiné à celles qui se lancent, le réseau créé en 2014 compte 7 000 membres et organise jusqu'à 500 événements par mois - et Bouge ta Boîte - une start-up de 14 salariés, créée fin 2016, qui s’adresse aux dirigeantes d’entreprise déjà lancées, professions libérales, agricultrices, conjointes et collaboratrices. 

Cette "bougeuse" (nom donné à ses adhérentes, ndlr) résume : "L'étude a été menée entre le 3 et le 10 avril 2020 auprès de quelques 500 dirigeantes. Résultat : après un mois de confinement, 54% d’entre elles considèrent que leur entreprise est aujourd’hui en situation de risque fort ou élevé de dépôt de bilan."

L'analyse est simple, Marie Eloy le rappelle : comme tous les entrepreneurs, les cheffes d'entreprises ne bénéficient ni de la sécurité de l’emploi, ni d’un revenu fixe assuré tous les mois, ni bien souvent d’un droit au chômage. De surcroît, elles ont généralement investi leurs économies dans leur entreprise. Confinées pour la majorité d'entre elles avec leurs enfants, contraintes de jongler entre maternité, entreprise et tâches ménagères, beaucoup voient l'avenir en noir. 

Face à cette situation économique difficile, tout particulièrement pour les femmes entrepreneures, le réseau Bouge ta Boîte formule des propositions très concrètes :
 
  • Aide financière Covid-19 "garde d’enfants" tant que l’école n’aura pas repris de façon normale.
  • Aide financière Covid-19 "aidant.e de personnes âgées".
  • Aide financière pour devenir membre d’un réseau d’entrepreneur.e.s, quel qu’il soit. 
  • Fléchage genré des aides accordées depuis le début de la crise. Quid des dirigeantes d’entreprise ? Quel est le pourcentage des aides reçues par des dirigeantes ? 
  • Fonds de solidarité pour les dirigeantes d’entreprise les plus en difficulté.
  • Encourager la fabrication locale, l’achat local, notamment auprès des TPE qui font vivre nos villes et villages.

Ailleurs dans le monde aussi

Cette situation vécue par les entrepreneures ne concerne pas que la France. L'AFEM, l'Association des femmes chefs d’entreprise au Maroc, forte de 300 entreprises essentiellement dans le commerce et les services, fait la même analyse.

Pour cerner au plus près la situation de ses membres, l'AFEM a dressé un questionnaire pour mesurer leurs préoccupations. Ce qui est remonté est très similaire aux situations des entrepreneures en France : confinement = problèmes organisationnels familiaux, pour ce qui est du présent. Et angoisse de lendemains qui déchantent, une fois le déconfinement arrivé.

Leila Doukkali, présidente de l'AFEM : "Nous sommes mobilisées et à l’écoute de nos membres. Nous les informons des mesures prises, organisons des réunions par vidéoconférence, et faisons des propositions spécifiques aux TPME (très petites et moyennes entreprises) qui sont nos adhérentes. Parmi nos préconisations, la possibilité d’octroyer un trimestre blanc fiscal, et veiller à ce que les agences bancaires apportent le soutien adéquat à la problématique de l’entrepreneure."

Leila Doukkali, AFEM
@AFEM
700 000 salariés au chômage technique sur 1,3 million de personnes affiliées à la Caisse nationale de sécurité sociale marocaine. Le Maroc confiné tente de faire face, comme la plupart des économies mondiales. Plus de 32 milliards de dirhams, soit près de 3 milliards d'euros, ont déjà été injectés pour soutenir l'économie nationale pendant l'épidémie de Covid-19.


En France, les mesures prises par le gouvernement suffiront-elles à sauver toutes les entrepreneures ? Difficile de répondre avec certitude à la question...  Mais il est intéressant de finir avec l'analyse pré-Covid de Marie Eloy. Interrogée fin 2019 par le journal Ouest-France, elle faisait déjà ce constat : "En fondant Femmes de Bretagne, j’ai constaté qu’environ 80 % des femmes ne vivent pas de leur activité. Chez les hommes, c’est 50 %. Et quand on demande à un homme et une femme ce que veut dire 'vivre correctement de son activité', les réponses sont très différentes. Pour une femme, c’est gagner 1 500 euros par mois. Pour un homme, entre 3 000 et 4 000 euros." Au-delà de la reprise économique post-Covid, ce sont aussi ces inégalités qu'il faudra résoudre.