Terriennes

Des voix de femmes s'élèvent : "le projet israélien d'annexer la Cisjordanie ne doit pas rester sans réponse"

Des femmes israéliennes et arabes bloquent une route lors d'une manifestation organisée par le mouvement "Women Wage Peace" contre l'annexion prévue par Israël de la vallée du Jourdain, à Tel Aviv, Israël, le jeudi 18 juin 2020. 
Des femmes israéliennes et arabes bloquent une route lors d'une manifestation organisée par le mouvement "Women Wage Peace" contre l'annexion prévue par Israël de la vallée du Jourdain, à Tel Aviv, Israël, le jeudi 18 juin 2020. 
©AP / Oded Balilty
Des femmes israéliennes et arabes bloquent une route lors d'une manifestation organisée par le mouvement "Women Wage Peace" contre l'annexion prévue par Israël de la vallée du Jourdain, à Tel Aviv, Israël, le jeudi 18 juin 2020. 
Micheline Calmy-Rey, ancienne présidente de la Confédération suisse, Christiane Taubira, ex-ministre française, Shirin Ebadin, Prix Nobel de la Paix, font partie des 40 signataires de cette tribune. 

Anciennes-ministres, militantes... Au total ce sont près d'une quarantaine de femmes politiques internationales qui unissent leur voix. Elles appellent à s'opposer au projet israélien d'annexion de pans de la Cisjordanie. Pour elles, ce projet «aura des conséquences considérables (...) et ne doit pas rester sans réponse».

Des voix de femmes qui s'élèvent à l'unisson pour la paix.. Femmes politiques, engagées, elles sont près de quarante à avoir signé cette tribune pour s'opposer au projet de plan d'annexion par Israël de plusieurs parties de la Cisjordanie. 

Une telle mesure détruira un demi-siècle d'efforts pour la paix dans la région et aura des conséquences considérables.
Extrait de la tribune 

Le gouvernement israélien doit en principe se prononcer, à partir de ce mercredi 1er juillet, sur la mise en œuvre du plan du président américain Donald Trump pour le Proche-Orient, qui prévoit notamment l'annexion par Israël des colonies et de la vallée du Jourdain en Cisjordanie, territoire palestinien occupé par l'armée israélienne depuis 1967.

«Une telle mesure détruira un demi-siècle d'efforts pour la paix dans la région et aura des conséquences considérables», préviennent les signataires de ce texte, parmi lesquelles l'ex-présidente suisse Micheline Calmy-Rey, l'ancienne ministre de la Justice française Christiane Taubira, l'avocate iranienne et lauréate du prix Nobel de la paix Shirin Ebadi ou l'ancienne ministre sud-africaine Barbara Hogan.

Une quarantaine de femmes politiques internationales ont appelé mercredi à s'opposer au projet israélien d'annexion de...

Publiée par RTL Info sur Mercredi 1 juillet 2020

«L'annexion ne peut pas rester sans réponse»

«Nous avons reçu des appels urgents de la part de femmes palestiniennes et israéliennes. (...) Nous devons être guidés par l'humanité et la résolution des femmes courageuses qui ont grandement souffert du conflit et refusent pourtant d'être aveuglées par la haine. Leurs mots représentent le futur dont la région a besoin», écrivent-elles dans ce texte envoyé à l'AFP.

De gauche à droite, Micheline Calmy Rey, Christiane Taubira et Shirin Ebadi, trois des quarante femmes signataires de cette tribune. 
De gauche à droite, Micheline Calmy Rey, Christiane Taubira et Shirin Ebadi, trois des quarante femmes signataires de cette tribune. 
©captures d ecran/ fb/rts/wikipedia

«L'annexion ne peut pas rester sans réponse et un engagement international ferme est plus que jamais nécessaire, et cela passe par des mesures efficaces pour empêcher des actions unilatérales illégales et parvenir à une paix juste et durable», ajoutent-elles.

Nous devons être guidés par l'humanité et la résolution des femmes courageuses qui ont grandement souffert du conflit et refusent pourtant d'être aveuglées par la haine.
Extrait tribune

Rejeté en bloc par les Palestiniens, le plan américain a été salué par le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou comme une «opportunité historique» de faire valoir la «souveraineté» d'Israël sur des pans de la «Judée-Samarie», nom biblique et officiel utilisé par l'État hébreu pour désigner la Cisjordanie.
 

Plus de 2,8 millions de Palestiniens vivent aujourd'hui en Cisjordanie, où habitent également plus de 450.000 Israéliens dans des colonies jugées illégales par le droit international.

Manifestation de femmes de l'organisation Women Wage Peace, le 19 juin 2020 à Tel Aviv, Israël. 
Manifestation de femmes de l'organisation Women Wage Peace, le 19 juin 2020 à Tel Aviv, Israël. 
©AP Photo/Oded Balilty

Le 19 juin dernier, quelque 200 personnes ont bloqué une jonction principale de Tel Aviv, appelant le gouvernement à suspendre l'annexion partielle de la Cisjordanie, rapportait le quotidien israélien Haaretz. Le rassemblement, organisé par Women Wage Peace, a eu lieu près de l'échangeur Hashalom de l'autoroute Ayalon. Les manifestantes portaient des affiches sur lesquelles on pouvait lire : «Arrêter l'annexion, faire la paix» et scandaient: «La mise en œuvre de la souveraineté mènera à la violence» et «Arrêtez l'annexion, nous voulons un avenir sûr».