Terriennes

Donald Trump : bras de fer et doigt d'honneur d'une actrice porno

(AP photo CBS/ Evan Vucci)

Nouveau rebondissement dans l'affaire qui oppose Donald Trump et Stephanie Clifford, une actrice porno. Dimanche 25 mars 2018, la chaîne CBS diffuse un long entretien avec la jeune femme. Gros malaise à la Maison Blanche. Pour la première fois, le Président rencontre une adversaire aussi impudique que lui. Des féministes applaudissent.

dans

La chaîne américaine CBS devrait battre des records d'audience ce dimanche 25 mars 2018. Pour la première fois, Stephanie Clifford (ou Stormy Daniels, son pseudo artistique)  apparaîtra à la télévision nationale pour "une interview complète".
C'est promis, elle dira tout sur sa liaison avec Donald Trump il y a plus de 10 ans, entre 2006 et 2007. Celui qui était alors magnat de l'immobilier aurait eu une liaison avec elle  à un moment particulier de sa vie : un an après son mariage avec Melania Knauss, sa femme actuelle, et quelques mois après la naissance de leur fils Barron. Une affaire de grandes personnes consentantes ?

Pas si simple.

"Stormy Daniels" avec Anderson Cooper, lors de l'enregistrement qui sera diffusé le 25 mars dans l'émission  "60 Minutes."<br />
<br />
 
"Stormy Daniels" avec Anderson Cooper, lors de l'enregistrement qui sera diffusé le 25 mars dans l'émission  "60 Minutes."

 
(CBS News/60 Minutes via AP)

Un silence à 130 000 dollars

La star du cinéma pour adultes accepte donc de parler malgré les menaces sur sa personne et malgré un accord de confidentialité signé avant l'élection présidentielle de novembre 2016. C'est Michael Cohen, le principal avocat de Trump qui s'est chargé de l'affaire. En échange de son silence, Stéphanie Clifford a  reçu 130 000 $ des mains de l'avocat. Pourquoi, dès lors,  revenir aujourd'hui sur cet accord ?  L'actrice affirme que le contrat est caduque car le milliardaire républicain ne l'a pas signé lui-même.

Elle a ainsi proposé de rembourser Trump dans une une lettre  publiée par le New York  Times
Michael Avenatti, l'avocat de l'actrice, y  précise le pourquoi d'une telle démarche   : "Mme Clifford aurait alors le droit de parler ouvertement et librement de sa relation antérieure avec le président et des tentatives de la réduire au silence, d' utiliser et publier des messages texte, photos et / ou des vidéos relatives au président qu'elle peut avoir en sa possession, le tout sans crainte de représailles et / ou de responsabilité légale pour les dommages. "

Le président Donald Trump, en attendant,  continue de nier toute liaison avec Stormy Daniels.
 
Il me disait que j'étais une femme à ne pas sous-estimer, belle, intelligente, juste comme sa fille...
Stephanie Clifford
 

Cette affaire, une de plus,  embarrasse fortement la Maison Blanche.
Stéphanie Clifford, en 2011, s'était déjà confiée au magazine In Touch. Elle avait alors détaillé sa rencontre avec Donald Trump lors d'un tournoi de golf en juillet 2006, et, en bonne professionnelle de l'amour, elle avait même relaté sans gêne leurs ébats : "C'était une position seulement, un peu ce que vous attendez d'un homme de son âge". Selon elle, Trump lui aurait aussi  fait un étrange compliment "Il me disait que j'étais une femme à ne pas sous-estimer, belle, intelligente, juste comme sa fille (Ivanka, ndlr)."

"Stormy Daniels écrase le président Trump à son propre jeu", titre le magazine The Week.
"Stormy Daniels écrase le président Trump à son propre jeu", titre le magazine The Week.
(capture d'écran)
Tout cela aurait pu rester à une hauteur de caniveau si la chaîne CNN n'avait pas reçu dernièrement l'avocat de Stéphanie Clifford, Michael Avenatti, et l'un des associés de Michael Cohen pour discuter de cet accord de confidentialité et donc mettre au grand jour ce qui aurait dû rester dans l'ombre.

De plus, les avocats de Trump ont menaçé de demander une injonction pour empêcher la diffusion de l'interview sur CBS. La chaîne ne s'est pas privée d'en faire aussitôt état, augmentant ainsi la publicité autour de cette interview qui tient le pays en haleine. CBS a également promis qu'elle couvrira, si cela était nécessaire, les questions juridiques autour du paiement de ces  130 000 $.

Une héroïne féministe  impudique ?

Les avocats de Michael Cohen affirment dans des documents juridiques que Mme Clifford a enfreint plus de 20 fois un accord de confidentialité signé avec M. Cohen et qu'ils sont en droit de réclamer  à la jeune femme  près de 20 millions de dollars de dommages et intérêts.
Réaction au vitriol de l'avocat Michael Avenatti :

"Le fait qu'un président en exercice demande plus de 20 millions de dollars en dommages et intérêts contre un citoyen privé, qui essaie seulement de dire au public ce qui s'est réellement passé, est remarquable. Probablement sans précédent dans notre histoire. Nous ne partirons pas et nous ne serons pas intimidés. #basta"

Une actrice porno peut-elle mettre  dans l'embarras l'homme le plus puissant du monde ? Oui. 
Et dangereusement.
Ces 130 000 dollars pourraient ainsi relever d'une utilisation illégale des fonds de la campagne présidentielle. 

 Stormy Daniels le 6 mai 2009 à la Nouvelle Orléans
 Stormy Daniels le 6 mai 2009 à la Nouvelle Orléans
(AP Photo/Bill Haber, file)
Sur les réseaux sociaux, les avis sont contrastés. Pour les unes, Stormy Daniels est carrément une héroïne féministe. 
" Elle est vraie et son cas contre Trump est vraiment important. Stormy Daniels est une héroïne féministe."
"Clifford  (Stormy Daniels ndlr) n'est pas seulement une héroïne féministe parce qu'elle se bat pour sa propre cause, mais parce que si elle réussit, elle va probablement ouvrir la porte aux femmes qui ont déjà accusé Trump. Sa justice apportera la justice aux autres."

Karen McDougal, la playmate devenue tigresse

Pour d'autres internautes, l'actrice-productrice n'est qu'une personne avide d'argent 
Selon Karen McDougal citée par le <em>New Yorker</em>, la liaison avec Danald Trump était "pleinement consentie" pendant 9 mois.
Selon Karen McDougal citée par le New Yorker, la liaison avec Danald Trump était "pleinement consentie" pendant 9 mois.
(capture d'écran)
et de scandale mais, comme l'analyse le magazine The Week, Trump est-il vraiment si  différent de celle qui le tourmente " Stormy Daniels reconnaît que son motif est l'argent. Tout comme Trump, depuis toujours. Il est tout aussi décontenancé par son impudeur que les autres par la sienne.  (...) Si l'impudeur est l'arme de choix de Trump, c'est aussi son talon d'Achille. Stormy Daniels ne laissera pas tomber cette histoire, elle est assez intelligente pour embaucher de bons avocats et elle a mis en place une énigme juridique qui plonge le président dans un monde de problèmes."

Quelque soit l'épilogue qui sera donné à cette histoire, le président américain n'en aura pas fini avec la justice puisqu'une autre affaire vient d'éclater.

Elle concerne Karen McDougal élue "Playmate de l’année 1998". Elle porte  plainte contre Donald Trump afin d’être libérée, elle aussi, d’une clause de confidentialité sur sa relation avec le président américain. La liaison aurait duré une dizaine de mois entre 2006 et 2007. Une période qui correspond avec celle évoquée par Stormy Daniels.
Chargement du lecteur...
Élisabeth Guédel analyse de l'interview accordée à CBS News par Stormy Daniels | Extrait du journal TV5MONDE de 2h (T.U) • 26|03|18

Melania Trump, femme de Donald, ne s'est pas encore exprimée sur ces affaires.