Terriennes

Donald Trump : son meilleur imitateur est une femme

<p>Sarah Cooper dans une imitation de Donald Trump à la convention démocrate, le 20 août 2020. </p>

Sarah Cooper dans une imitation de Donald Trump à la convention démocrate, le 20 août 2020. 

©Democratic National Convention via AP

Sarah Cooper a le don de reproduire les mimiques faciales et vocales de Donald Trump. Ses imitations en playback récoltent des millions de vues sur Tiktok ou Twitter. Et l'Amérique adore cette approche hilarante des travers du candidat républicain. Une façon, dit la comédienne, de puiser un peu de l'assurance fanfaronne du président - qu'elle aimerait voir chez davantage de femmes.

Tout y est : le regard exorbité, les clins d'oeil en aparté, la bouche en coeur et la feinte décontraction... A 42 ans, Sarah Cooper s'est fait connaître en publiant sur les réseaux sociaux des vidéos filmées chez elle, à Brooklyn, avec un téléphone portable, où elle caricature les tics et travers du président américain. L'humoriste synchronise ses expressions faciales et son langage corporel sur la voix du républicain pendant ses vrais discours. Comme dans ce clip où elle parodie le discours du président sur le public attendu à la convention républicaine, en août 2020 :

En choisissant les phrases les plus moquées de Donald Trump pour les reproduire avec sa touche comique, il semble bien que Sarah Cooper ait trouvé la recette du succès en ces temps de recrudescence de pandémie. "Trump est un auteur comique génial sans même le réaliser", déclare-t-elle au Los Angeles Times. Et le personnage est si caricatural qu'inutile de se teindre les cheveux ou de se déguiser en homme pour l'imiter. "C’est intéressant, parce qu’en tant que comédien, on cherche à accentuer le ridicule des choses. Mais tout ce qu'il dit est déjà si ridicule qu’il est difficile de forcer le trait", explique-t-elle au quotidien The Guardian. Sarah Cooper ne se moque pas de Donald, il lui suffit, dit-elle, de "présenter ce qu'il dit avec le même sérieux que lui".

Et encore, pas toujours... Car Sarah Cooper filtre les dérapages les plus déplacés de Donald Trump, confie-t-elle au magazine Vanity Fair : "Il a confondu les mots à plusieurs reprises lors de son discours en hommage aux victimes du 11 septembre." Mais non, elle ne pouvait pas plaisanter sur ce jour-là. Les attentats du 11 septembre sont encore une blessure à vif, aux Etats-Unis.

Dans un premier temps, les vidéos de l'humoriste d'origine jamaïcaine de 42 ans ont été massivement relayées sur TikTok par les jeunes. Sarah Cooper se décrit elle-même dans l'une de ses videos comme "la raison pour laquelle ton grand-père est sur TikTok". Elle a ensuite séduit un plus large public sur Twitter. Pas le président lui-même, en tout cas, qui l'a bloquée sur les réseaux sociaux. 

How to...

Les titres de ses clips commencent tous par How to..., qui pourrait se traduire par "mode d'emploi" ou "guide pratique" clin d'oeil à la simplification abusive à laquelle le président recourt volontiers. Elle continue, dans ses titres, de moquer ses erreurs grammaticales, ses raccourcis syntaxiques et ses formules évasives, comme How to immigration ("Immigration, mode d'emploi), How to strong death totals ("Beaucoup de morts, mode d'emploi"). 
 


L'appel de Donald Trump à soumettre les candidats à l'élection présidentielle à un test de dépistage de drogues avant les débats qui l'opposent au candidat démocrate Joe Biden, dont le premier a eu lieu fin septembre, ne pouvait pas lui échapper. Voici la vidéo intitulée How do drug ("Drogue, mode d'emploi")

Dans How to cognitive ("Cognitif, mode d'emploi"), elle refait une interview du président sur Fox News, où il explique avoir "cartonné" dans un test cognitif censé montrer qu'il a "l'endurance mentale" nécessaire pour diriger les Etats-Unis. Il met son rival démocrate Joe Biden au défi d'en faire autant, prétendant qu'il en serait incapable. Une interview rapidement été tournée en ridicule sur les réseaux sociaux. Sarah Cooper s'en empare, montrant, la mine satisfaite, la preuve de sa réussite au test : une page d'un livre de coloriage.

Autre grand moment de Sarah Cooper : son imitation du discours où Donald Trump explique qu'il lui est déjà arrivé de porter un masque pour se protéger du nouveau coronavirus - et qu'il lui allait même fort bien : 

Dans How to medical ("Soigner, mode d'emploi"), elle reprend la conférence de presse lors de laquelle Donald Trump, en avril dernier, au plus fort de la pandémie de Covid-19, suggérait que des injections de désinfectant ou des UV pourraient être utiles pour lutter contre le coronavirus. En plein confinement, entre une mère asmathique et une soeur infirmière, elle s'est sentie particulièrement concernée par l'actualité médicale. et s'est mise à se filmer par désoeuvrement, comme beaucoup d'entre nous. C'est ce clip qui l'a fait connaître : plus de 18 millions de vues sur Twitter et des milliers de partages sur Facebook.


En quelques mois, elle deviet l'une des comiques les plus en vue du pays. Les humoristes américains Jerry Seinfeld ou Ben Stiller comptent parmi ses fans de la première heure, tout comme Mark Hamill (Luke Skywalker dans Star Wars), l'une des figures de proue de l'anti-trumpisme sur les réseaux sociaux. Il explique qu'imaginer une imitation de Sarah Cooper pendant un discours l'aide à supporter les paroles de Donald Trump.

L'assurance qui manque aux femmes

L'acteur américain Alec Balwin "a toujours dit qu'il détestait jouer Trump", rappellle Sarah Cooper lors d'une session de questions-réponses en ligne. "Mais moi, en tant que personne qui a moins de pouvoir et un statut moindre, je me dis 'oui, Trump est répugnant et je le hais', mais en même temps j'aimerais bien pouvoir compter sur le  même bénéfice du doute que lui... Et il y a un peu de ça dans l'interprétation que je fais de lui, avoue-t-elle. "De manière égoïste, j'ai toujours voulu être quelqu'un qui pouvait avancer dans la vie en pipeautant tout le monde. Vous savez, Trump a dupé tout le monde pour devenir l'homme le plus puissant du monde". L'imiter lui donne, dit-elle, "l'impression d'avoir un peu de cette assurance" qu'elle aimerait voir chez "plus de femmes". A commencer par elle-même.

Etant une femme noire, je ne pourrais jamais m'en tirer en parlant comme lui en réunion. Encore moins si j'étais présidente des Etats-Unis.
Sarah Cooper dans Vanity Fair

Parallèlement à sa carrière de comédienne de stand-up, Sarah Cooper a travaillé pour Google et écrit des livres dans le domaine du développement personnel, avec une bonne dose de second degré, dont Comment réussir dans un monde (un peu) machiste - "parce que les femmes ambitieuses font peur, parce qu'elles peuvent paraître arrogantes quand leurs homologues masculins ont juste l'air d'avoir confiance en eux et elles peuvent passer pour des hystériques quand les hommes semblent passionnés et impliqués."

Dans les colonnes du magazine InStyle, Sarah Cooper imagine Donald Trump évoluant dans le monde du travail : "quelqu'un qui entre en réunion, se répète beaucoup, sort des mots qui font bien et en ressort en se prenant pour quelqu'un d'important, alors que personne n'a vraiment compris ce qu'il venait de dire".

Elle se revoit dans l'univers de la Silicon Valley et lâche cette remarque : "Etant une femme noire, je ne pourrais jamais m'en tirer comme ça en parlant comme lui en réunion", explique-t-elle dans Vanity Fair. "Encore moins si j'étais présidente des Etats-Unis".  Massivement relayée sur TikTok, sa vidéo "How to medical" (Médecine, mode d'emploi) dans laquelle elle rejoue la fameuse conférence de presse lors de laquelle Donald Trump avait suggéré que des injections de désinfectant pourraient être utiles pour lutter contre le coronavirus, a été vue plus de 20 millions de fois. 

Sarah Cooper, qui a plus 2 millions d'abonnés sur Twitter, est en train de passer à la vitesse supérieure - du petit écran mobile au petit écran cathodique traditionnel, où elle est apparue dans des émissions à succès comme les late-night shows de Ellen DeGeneres ou Jimmy Fallon . 

L'humoriste américaine aura sa propre émission spéciale sur Netflix, a annoncé le groupe mi-août. Baptisée Sarah Cooper: Everything's Fine ("Sarah Cooper : tout va bien"), l'émission composée de sketchs satiriques sur la politique américaine devrait bientôt être diffusée sur la plateforme. Elle sera réalisée par l'actrice de la série Orange is the New Black, Natasha Lyonne, et produit par l'humoriste Maya Rudolph, du Saturday Night Live