Terriennes

Droit à l'avortement : comment l'opinion des Français a évolué depuis la loi Veil

La France a fait un premier pas vers l'inscription du droit à l'avortement dans sa Constitution après le vote des députés à l'Assemblée nationale, le 24 novembre 2022. Le texte doit maintenant passer par le Sénat, ou par un vote du Congrès rassemblant les deux chambres parlementaires. 
La France a fait un premier pas vers l'inscription du droit à l'avortement dans sa Constitution après le vote des députés à l'Assemblée nationale, le 24 novembre 2022. Le texte doit maintenant passer par le Sénat, ou par un vote du Congrès rassemblant les deux chambres parlementaires. 
©AP Photo/Aurelien Morissard

Alors que l'Assemblée nationale vient de donner leur feu vert à l'inscription de l'accès à l'IVG dans la Constitution, une enquête montre combien l'opinion des Français-e-s a évolué, quarante-huit ans après la bataille parlementaire qui avait finalement abouti au vote de la loi Veil. Aujourd'hui, huit Français sur dix soutiennent le droit d’avorter librement, contre à peine la moitié des Américains, selon une enquête croisée de l'Ifop. 

Le 29 novembre 1974, une page historique se tourne pour les droits des Françaises. Après des semaines de bataille acharnée et de débats plus que houleux, les députés décident de légaliser l'avortement. 

La société française a donc profondément évolué en une cinquantaine d’années, contrairement à une société américaine qui, elle, reste marquée par un conservatisme moral qui n’affecte pas le seul droit à l’avortement.
Rapport Ifop

A l’occasion du 48ème anniversaire du vote de la loi Veil, l’Ifop publie une grande enquête sur le droit à l’avortement et sa constitutionalisation menée à la fois en France (1506 interviews) et aux États-Unis  (1550 interviews).

Réalisée pour le site d’information et de conseils voyages, Partir à New York, cette étude, qui met les données en perspective historique sur les cinquante dernières années, montre que la large adoption à l’Assemblée nationale du texte transpartisan visant à graver dans le marbre constitutionnel le droit à l’IVG reflète bien le consensus que cette mesure sociétale suscite actuellement au sein de l’opinion française. "Alors que ce sujet étant encore très clivant au moment du vote de la loi Veil, la société française a donc profondément évolué en une cinquantaine d’années, contrairement à une société américaine qui, elle, reste marquée par un conservatisme moral qui n’affecte pas le seul droit à l’avortement", précise le rapport de l'Ifop.

En 50 ans, l'opinion des Français a largement évolué en faveur du droit à l'avortement
©Ifop
L'analyse complète de cette enquête à retrouver ici sur le site de Partir à New York Enquête sur le droit à l’avortement et sa constitutionalisation à l'occasion de l'anniversaire du vote de la loi Veil

3/4 sont favorables à un accès sans restriction

En une cinquantaine d’années, la société française s’est largement ouverte au principe du libre accès à l’IVG : plus des trois quarts des Français (77%) sont aujourd'hui favorables à un accès sans restriction à l’avortement, alors que cette position n’était pas encore majoritaire dans l’opinion au moment du débat sur la loi Veil. Une enquête menée un an après mai 1968 montrait, en effet, des positions semblables sur le sujet des deux côtés de l’Atlantique : une majorité relative de Français (47%) et d’Américains (50%) se disaient alors opposés à ce que "la loi autorise une femme enceinte de moins de trois mois à faire mettre fin à sa grossesse par un médecin". 

Aujourd’hui, les Français expriment ainsi une vision beaucoup plus libérale des conditions d’accès à l’IVG que les Américains… En effet, la position la plus "libérale" en la matière – c'est-à-dire qui soutient "le droit d’avorter librement" – est aujourd’hui partagée par huit Français sur dix (81% des Français soutiennent le droit d’avorter librement) contre à peine la moitié des Américains (50%).

Très logiquement, le soutien à la constitutionalisation du droit à l'avortement fait quasiment l’unanimité en France – 86% des Français y sont favorables – alors que les Américains restent très partagés sur sa récente "déconstitutionalisation" aux Etats-Unis  : 61% des habitants y désapprouvent la décision de la Cour suprême de révoquer le droit constitutionnel d’avorter, contre 39% qui l’approuvent.

Politiquement, tous les électeurs représentés à l’Assemblée nationale soutiennent massivement cette idée, que ce soient des sympathisants de la gauche (85% des sympathisants LFI, 99% des sympathisants EELV, 91% des sympathisants socialistes) et du centre (90%), mais aussi ceux situés plus à la droite de l’échiquier politique (82% des sympathisants LR, 86% des sympathisants RN). Le fait que la quasi-totalité des électeurs lepénistes (90%) soutiennent cette démarche est d’ailleurs sans doute un élément à prendre en compte pour expliquer la décision finale de Marine Le Pen de soutenir cette initiative : l’ex-présidente du RN ayant finalement – après divers atermoiements – déposé elle aussi un amendement visant à constitutionnaliser le droit à l’IVG.

Avortement : L'écart se creuse entre la France et les Etats-Unis
©Ifop

L'écart se creuse avec les Etats-Unis

Cet écart avec les Etats-Unis est d’autant plus large que le soutien des Français à la constitutionalisation du droit à l'IVG s’est renforcé depuis l’arrêt de la Cour suprême – la proportion de Français soutenant cette démarche constitutionnelle est encore plus forte aujourd'hui (86%) qu’il y a six mois (81%). 

Le fossé qui sépare les deux rives de l’Atlantique sur l’avortement tient à des visions très différentes des questions de genre et de féminisme. Ainsi la proportion de personnes qui condamnent moralement l’avortement est trois fois plus élevée aux Etats-Unis (45%) qu’en France (15%). Et ce plus grand conservatisme moral aux Etats-Unis se retrouve sur les relations sexuelles entre adolescents (55%, contre 35% en France), les relations entre homosexuel(le)s (39% contre 19% en France) ou le changement de sexe (54%, contre 38% en France).

Depuis vingt ans, la mise en perspective historique de la position des Américain-e-s sur les enjeux de genre et de sexualité montre une certaine inflexion sur des enjeux comme les relations sexuelles en dehors du mariage (-14 points depuis 2001), les aventures extraconjugales (-9 points depuis 2001), la pornographie (-10 points depuis 2011) ou les relations entre personnes du même sexe (-18 points depuis 2001). Le degré de réprobation morale de l’avortement est finalement un de ceux qui évolue le moins nettement (-7 points depuis 2001), oscillant autour du seuil symbolique de 50% en fonction de l’actualité...

Un petit groupe est assis sur les marches du Capitole de l'État de Géorgie pour protester contre l'annulation de Roe v. Wade, le 26 juin 2022. La Cour suprême de Géorgie a rétabli le mercredi 23 novembre l'interdiction de l'avortement après environ six semaines de grossesse.
Un petit groupe est assis sur les marches du Capitole de l'État de Géorgie pour protester contre l'annulation de Roe v. Wade, le 26 juin 2022. La Cour suprême de Géorgie a rétabli le mercredi 23 novembre l'interdiction de l'avortement après environ six semaines de grossesse.
©AP Photo/Ben Gray

2/3 des Français s'affirment féministes

"Le débat sur la constitutionnalisation de l’IVG a le mérite de mettre en exergue le 'gap' culturel entre les deux nations : la société française est aujourd'hui tellement plus sécularisée que les discours pro-Life n’impriment pas au-delà des milieux religieux catholiques, évangéliques et musulmans. Contrairement aux États-Unis, où les positions des partisans et opposants à l’IVG sont plus ou moins figées depuis cinquante ans, l'opinion publique française est, elle, massivement attachée à l'avortement, aussi bien dans son principe que dans le détail de ses conditions d'utilisation", analyse François Kraus, directeur du pôle Genre, sexualités et santé sexuelle de l’Ifop. 

Il faut dire que le féminisme bénéficie d’un soutien plus élevé dans la société française que dans une société américaine beaucoup plus polarisée sur ce sujet. En effet, ces clivages France / Etats-Unis tirent une part de leur explication dans le rejet plus fort dont fait l’objet le féminisme dans le pays de l’Oncle Sam : à peine un Américain sur deux (52%) s’affirme féministe, contre les deux tiers des Français (67%).

La volonté des Français de graver le droit à l’avortement dans le marbre de la Constitution n’est donc pas qu’une réaction à l’actualité états-unienne, mais reflète une tendance de fond au respect de l’autonomie individuelle et de maîtrise de sa sexualité qui passent par la garantie du droit des femmes à contrôler leur corps.
François Kraus, directeur du pôle genre à l'Ifop

"Ce consensus autour d’un des principaux droits sexuels et reproductifs des femmes explique le soutien massif à la démarche actuelle de constitutionnalisation, qui rencontre d’ailleurs peu de freins dans les électorats conservateurs : seul le zémmourisme, expression de la fraction la plus traditionaliste et réactionnaire de la droite radicale, émet une certaine résistance. La volonté des Français de graver le droit à l’avortement dans le marbre de la Constitution n’est donc pas qu’une réaction à l’actualité états-unienne mais reflète une tendance de fond au respect de l’autonomie individuelle et de maîtrise de sa sexualité qui passent par la garantie du droit des femmes à contrôler leur corps", ajoute l'expert.

Hommage à Simone Veil

Le buste de Simone Veil de l'artiste Sissi Piana, installé au Parlement européen de Strasbourg, en juillet 2022.
Le buste de Simone Veil de l'artiste Sissi Piana, installé au Parlement européen de Strasbourg, en juillet 2022.
©capture ecran

Une évolution des mentalités qui ne peut que réjouir celle à qui l'on doit la loi de légalisation à l'avortement en France. Quarante-huit ans, jour pour jour, après ce vote historique, l’Assemblée nationale a décidé de rendre hommage à Simone Veil en accueillant un buste à son effigie dans le jardin des Quatre-Colonnes, une œuvre signée de l’artiste franco-grecque Sissy Piana. C’est là que le ministre de la Santé de l'époque, Valéry Giscard d’Estaing, a défendu la loi relative à l’interruption volontaire de grossesse, avant sa promulgation en janvier 1975. 

Comme le précise le quotidien Le Monde, c'est la Fondation pour Strasbourg qui est à l'origine de ce projet en faisant réaliser huit sculptures, toutes destinées à être placées dans des lieux phares de la vie de Simone Veil : à Nice, son lieu de naissance, au mémorial de la Shoah, à l’Académie française, au Panthéon où elle est enterrée, au Parlement européen à Strasbourg, et aujourd'hui à l'Assemblée nationale à Paris. "La sculpture ressemble tellement à ce qu’elle étaitLe buste est conforme à ses traits physiques et à son caractère. J’étais fier de me dire que c’était ma mère", confie, ému, aux Dernières Nouvelles d'Alsace, son fils Jean Veil. 
 

[Ces résultats sont issus d'une étude Ifop pour Partir à New York réalisée en ligne du 25 octobre au 21 novembre 2022 auprès d’un échantillon de 1550 Américains, représentatif de la population américaine âgée de 18 ans et plus, et d’un échantillon de 1506 Français, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus​.]

À lire aussi dans Terriennes :
« Simone Veil un héritage humaniste », livre monument pour une femme hors du commun
L'hommage de la Nation française à Simone Veil, une femme au Panthéon, dans le temple des grands hommes
Il y a 50 ans, le procès de Bobigny ouvrait la voie au droit à l'avortement en France
Avortement : un droit fondamental bientôt inscrit dans la Charte de l'Union européenne ?
Procès de Bobigny : Marie-Claire Chevalier, héroïne du combat pour l'avortement