Terriennes

Egalité entre les sexes : mais comment donc fait l'Islande, championne du genre

Chargement du lecteur...
La fabrique d'une parité obligatoire en Islande, un reportage de L de la Mornais, E.Dherbomez, M. Russel, réalisé à Reykjavik, pour notre partenaire France Télévisions, 2'51

L'Islande s'affirme depuis quelques années comme le pays champion de l'égalité entre femmes et hommes. Mais comment font-ils ? Par une politique résolument active de prévention, de lois, et de pénalisation, soutenue par l'ensemble de la population, depuis qu'un certain jour d'octobre 1975, le petit Etat insulaire fut paralysé par une grève générale... de femmes. 

dans
C'était il y a plus de 40 ans, et pourtant même les jeunes Islandaises pensent avoir vécu ce jour, celui du 24 octobre 1975, lorsque 95% des femmes de cette île européenne septentrionale se mirent en grève générale de leur journée de travail, à la maison et chez leurs employeurs. Ce jour le plus long pour elles, et surtout pour les hommes qui surent enfin ce qu'était faire une double, voire triple journée, alors qu'ils devaient travailler, garder les enfants, faire les courses... 
Depuis ce jour unique, l'égalité entre les sexes est devenue un Graal, la clé de la richesse et de la tranquilité... 
 
A relire sur cette journée particulière en Islande, dans Terriennes : 
Octobre 1975, le jour où les Islandaises se mirent en grève

L'un des bons effets de la crise

Cette quête, les Islandais l'ont mise en place à marche forcée, surtout depuis que la crise économique a frappé ce petit pays à la maigre population (320 000 habitants, à peine 1/6ème de la ville de Paris) et au climat austère. L'Islande fut frappée de plein fouet en 2008 par la déferlante des "emprunts pourris". Echaudé.es par des dirigeants au mieux incompétents, au pire corrompus, des hommes presque toujours, ils/elles mirent en place de nouvelles pratiques politiques et balayèrent leurs gouvernants pour les remplacer... par des femmes.

En 2012, malgré la défaite de la journaliste Thóra Arnórsdóttir face à l'irrévocable Ólafur Ragnar Grímsson, réélu pour un cinquième mandat à la présidence de l'Islande, tous les postes clés de l'administration du pays sont alors aux mains d'Islandaises : la fonction de Premier ministre, la présidence du Parlement et la charge de premier évêque de l’Église protestante. 

A relire sur ce sujet dans Terriennes : 
Islande 2012 : vers l’Etat des femmes ?

Mais le pouvoir économique, celui qui selon certains soumet le politique, reste alors la chasse gardée des hommes. En 2013, il manquait toujours 211 femmes dans les conseils d’administration des entreprises pour que soit respecté le quota de 40% prévu par une loi. Moins de la moitié des 285 conseils concernés respectent  la règle. Tandis que les écarts de salaire entre les hommes et les femmes restaient en moyenne de 20 % au profit de la gent masculine. A peine mieux que dans toute l'Europe, en ces temps-là. 

A relire sur ce sujet dans Terriennes 
En Islande, les femmes travaillent gratis dès 14h38 (octobre 2016)

Quelques désillusions et scandales de corruption plus tard, il fallait donc donner un coup de fouet, l'acte décisif qui permettrait de basculer dans une nouvelle ère. Même si depuis 9 ans, et malgré les réserves indiquées plus haut, les Islandais.es caracolaient en tête du classement mondial établi par le Forum économique mondial (WEF), The Global Gender Gap Report, qui mesure l’égalité des genres en matière, notamment, de participation économique, d’influence politique, de santé et d’éducation.

2022, année faste

En 2017, l'Islande figurait ainsi comme l’une des nations les plus respectueuses des droits des femmes, affichant l’un des plus faibles écarts de salaire entre les femmes et les hommes, entre 14% et 16 % en 2017. Mais cela ne suffisait manifestement pas, le Graal restait à quérir encore. Et depuis le 1er janvier 2018, toute entreprise de plus de 250 employées et employés qui paie un homme d'avantage qu'une femme pour un même emploi peut se voir infliger une lourde amende. 
Mais l'égalité parfaite prendra un peu de temps, et une année butoir a été fixée : 2022.

A relire sur ce sujet dans Terriennes : 
> L'Islande impose l'égalité salariale entre femmes et hommes

Je suis d’origine américaine, et je voulais venir en Islande parce que j’aime vraiment cette culture de la parité. 
Un programmateur de jeux vidéos

Dans le reportage de France Télévison proposé en ouverture de cette page, l'approbation et l'enthousiasme sont unanimes. Tant de la part des nationaux que de celle des étrangers résidants en Islande, heureux de braver les frimas pour participer à cette aventure moderne. On y voit ainsi un programmateur de jeux vidéos, né aux Etats-Unis, travaillant aux côtés de sa collègue islandaise, pour une identique rémunération. Le sourire aux lèvres, il explique pourquoi il a enfin trouvé la terre promise : "Je suis d’origine américaine, et je voulais venir en Islande parce que j’aime vraiment cette culture de la parité."
#yaduboulot mais #yaaussibeaucoupdespoir !

Suivez Sylvie Braibant sur Twitter > @braibant1