Terriennes

Elections législatives 2018 au Liban : les Libanaises à la conquête de leur Parlement

Des Libanaises défilent lors des célébrations de la journée internationale des droits des femmes à Beyrouth, le 11 mars 2018, réclamant "Le pouvoir aux femmes" © AP Photo/Bilal Hussein
Des Libanaises défilent lors des célébrations de la journée internationale des droits des femmes à Beyrouth, le 11 mars 2018, réclamant "Le pouvoir aux femmes" © AP Photo/Bilal Hussein

77 femmes figurent sur les listes des élections législatives au Liban prévues le 6 mai 2018. Un record. En 2009, lors du précédent scrutin, elles n’étaient que 12. Seulement 4 d’entre elles avaient alors été élues. Seront-elles plus nombreuses à entrer au Parlement lors du prochain scrutin ? Rien n’est moins sûr dans ce pays qui reste l’un des plus mauvais élèves au monde en matière de parité politique.

dans
Elles étaient 113 candidates au départ. Elles sont désormais 77 à briguer l’un des 128 sièges du Parlement. Certaines femmes n’ont pas été retenues sur les listes. D’autres ont finalement renoncé à se présenter. Mais c’est bien la première fois dans l’histoire du pays qu’autant de Libanaises se présentent aux élections législatives.

Même si, sur 976 candidats, ces femmes, majoritairement issues de la société civile, ne représentent qu’un peu plus de 7 % des candidatures. Encore bien trop loin du quota de 30 % prévue dans la Déclaration de Pékin adoptée par le Liban lors de la Quatrième conférence mondiale sur les femmes en 1995. Un quota que le Conseil des ministres, à majorité masculine, a omis d’intégrer dans sa nouvelle loi électorale en juin 2017. Une omission en forme de fin de non recevoir ? 
 
 
Nous (les femmes) constituons plus de la moitié de la population et la situation du Liban ne s’améliorera pas sans nous.
Véra el-Khoury Lacoeuilhe, diplomate, intervenante à l'Université Paris-Sorbonne
« Cela fait maintenant plus de 30 ans que l’on nous dit que les droits de la femme ne sont pas une priorité. Nous ne pouvons plus accepter ce type d’argument. Nous constituons plus de la moitié de la population et la situation du Liban ne s’améliorera pas sans nous. Le changement, c’est pour maintenant », déclare Véra el-Khoury Lacoeuilhe, diplomate, intervenante à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne, dans une tribune publiée sur L’Orient-Le jour.

 150 ONG féministes mobilisées
© Patricia Elias
© Patricia Elias

Une coalition inédite de 150 ONG féministes, comme Women in Front, s’est fortement mobilisée pendant la campagne pour réclamer plus de participation des femmes à la vie politique. Patricia Elias, avocate et fondatrice du laboratoire de réflexion « Avenir Liban » dans la coalition, est l'une de ces militantes : « A 17 ans, lors de ma première heure de cours au Liban, la doyenne nous a cité toutes les lois discriminatoires vis-à-vis des femmes dans le pays. J’ai tout de suite eu envie de faire changer ces lois. Et pour y arriver, il ne suffirait pas que je devienne une avocate brillante, mais que je sois aussi élue députée, » confie-t-elle à Terriennes.

Depuis, elle n’a cessé de lutter pour les droits des femmes partout où elle a vécu, notamment en Afrique, avant de finalement rentrer au Liban en 2012 « et de continuer le combat avec mon ONG sur le terrain ». Elle est l’une des 77 candidates à se présenter à ces élections, dans la région de Keserwan, au centre du pays.

Sa circonscription est d’ailleurs la seule région à compter plusieurs femmes sur les listes proposées. Tandis qu'il existe aussi une province où ne figure aucune femme : celle du président, Michel Aoun.
 
Autre exemple marquant de cette campagne : la liste 100 % féminine, les « Femmes du Akkar » (femmes du Nord) issues de la communauté musulmane et chrétienne dans une région conservatrice où aucune femme n’a été retenue dans les autres listes à majorité sunnite. 

Quasiment aucune chance

© Zeina el Tibi
© Zeina el Tibi
Les chances de voir ces femmes candidates pousser la porte du Parlement semblent cependant quasi nulles. Sauf peut-être pour les 4 élues de la mandature sortante… toutes issues du sérail. « Je pense que le jour J, les trois-quarts des Libanais vont voter pour un homme », indique à Terriennes Zeina el Tibi, essayiste et journaliste libanaise.

La raison ? « La mentalité orientale, un peu machiste, qui gangrène la société libanaise. Le Liban, c’est un pays plein de contradictions : nous sommes très ouverts, proches des mentalités européennes occidentales… Mais le jour où l’on doit prendre une décision politique importante, on revient à nos coutumes, toujours dirigées par les partis politiques traditionnels et confessionnels », explique-t-elle. Avant d’ajouter : « mais que l’on soit chrétien, musulman ou druze, peu importe, toute la société est imprégnée de la même mentalité. »
 
La mentalité orientale, un peu machiste, gangrène la société libanaiseZeina el Tibi, essayiste et journaliste libanaise
Faire changer les mentalités ? Pas impossible pour la candidate Patricia Elias qui a cependant bien conscience de faire campagne dans une région « chrétienne assez ouverte ». Mais même dans les villages reculés de sa circonscription, où la tradition patriarcale est plus ancrée, tout ne semble pas perdu. Dans les réunions politiques, face à ses homologues masculins, « lorsque j’ai démontré mes compétences et mes capacités, les hommes ne voient plus une femme, mais une candidate qui peut les représenter au Parlement », affirme-t-elle.

De leurs côtés, les électrices libanaises, elles, sont déjà convaincues : « Les femmes sont ravies ! Elles me disent : vous dites tout haut ce que l’on pense tout bas. Elles sont dans cette attente. Mais pour cela, il faut pouvoir être plus visibles », souligne la fondatrice d'Avenir Liban.

Traitement médiatique inégal

Le premier frein à l’élection des femmes pour la candidate : l’inégalité dans le traitement médiatique. Une étude menée par Maharat, ONG qui suit le déroulement des élections, montre que les femmes bénéficient de beaucoup moins de temps d'antenne que les hommes, estimé à 5,89 %. « Les hommes politiques actuels se font un nom dans les médias depuis 30 ans ! » raconte l'avocate qui précise que sa couverture médiatique, elle, se limite essentiellement aux émissions féminines, le matin.
 
Les hommes politiques actuels se font un nom dans les médias depuis 30 ans !
Patricia Elias, avocate et candidate aux élections législatives
Sans oublier qu’au Liban, les passages dans les médias pour les candidats aux législatives sont payants. « 1000 dollars… la minute ! Certaines émissions quotent même à 100 000 dollars ! » s’offense la candidate. Si elle pense que les femmes sont les premières discriminées, moins aisées que les hommes, Patricia Elias reconnaît que ce système est également discriminatoire pour les candidats masculins qui n’ont pas tous les mêmes moyens financiers.

Jeune génération de militants, un espoir pour la parité

De manière générale, avec des frais de candidature s’élevant à 5 000 dollars, entrer en campagne peut s’avérer un véritable gouffre financier pour les candidat.es. « Des frais non remboursables même si on renonce à se présenter », précise Patricia Elias.

Face au manque de moyens, certain.es font campagne autrement. « Le parti de jeunes Kelna Beirut (Nous sommes tous Beyrouth) par exemple », cite Zeina El Tibi. Se présentant comme indépendant, de toute confession confondue, Kelna Beirut est également paritaire : 4 femmes pour 4 hommes. « Ils font du porte-à-porte pour échanger avec les familles, leur expliquer pourquoi le changement est important selon eux», poursuit l’essayiste et journaliste libanaise.

Patricia Elias est, elle aussi, déterminée à réaliser son ambition de jeunesse d’être élue députée et d’enfin pouvoir faire bouger les lignes. Tout comme ces centaines de personnes qui ont participé le 22 avril 2018 à la 5ème édition du marathon pour les droits des femmes à Beyrouth, à quelques jours du scrutin.

Manal Kortam, candidate des minorités

L'égalite homme femme et les minorités au Liban sont les fondamentaux du programme de Manal Kortam. Ehercheuse diplômée en droit international, elle est candidate dans la 3ème circonscription de Beyrouth. Une candidate symbolique, car il n'y a pas de 3eme circonscription à Beyrouth, et surtout aucun siège de députés pour les réfugiés palestiniens au Liban. Or fille d'un Palestinien marié à une libanaise, Manal Kortam est elle même toujours considérée comme une réfugiée au Liban.

Chargement du lecteur...
TV5MONDE