Risque sanitaire

Enceintes et adolescentes : un phénomène qui inquiète les autorités sanitaires en Guyane française

Image
Test grossesse Guyane

Chaque année, une cinquantaine de filles de moins de 15 ans mènent une grossesse à terme, selon les statistiques du centre hospitalier de Cayenne en Guyane. L'âge des premiers rapports sexuels est en moyenne de 15,6 ans contre 17,5 ans dans l'Hexagone, selon l'Agence régionale de santé. 

DR
Partager2 minutes de lecture

Le département de la Guyane est celui qui compte le plus fort taux de grossesses précoces en France. Ce phénomène de société aggrave encore plus les inégalités sociales et de genre dans ce territoire. Ces grossesses ont souvent pour dénominateur commun le manque de perspectives et une grande précarité. 

"Sur les 8.100 naissances comptabilisées en 2019, 1.059 proviennent de mères âgées de moins de 20 ans. C'est dix fois plus que dans l'Hexagone et 40 fois plus chez les moins de 15 ans". Voilà le constat du Dr Nadia Thomas, gynécologue-obstétricienne au Centre hospitalier de Cayenne.

Chaque année, une cinquantaine de filles de moins de 15 ans mènent une grossesse à terme, selon les statistiques du centre. L'âge des premiers rapports sexuels est en moyenne de 15,6 ans en Guyane contre 17,5 ans dans l'Hexagone, selon l'Agence régionale de santé.

A Maripasoula (...) il n'y a pas de lycée ! Ça veut dire qu'après 15 ans, on ne propose rien aux jeunes. Dr Nadia Thomas, gynécologue-obstétricienne à Cayenne

"Le rapport à la contraception, vécue comme une contrainte, est compliqué", complète Adrien Guilleau, sage-femme de la Protection maternelle et infantile (PMI), qui cite également "la pauvreté, le faible niveau d'éducation, les inégalités entre les sexes, les normes communautaires" pour expliquer ce phénomène. 

Pour la Dr Nadia Thomas, l'explication, "c'est surtout le manque de perspectives". "A Maripasoula (sud-ouest de la Guyane, ndlr), un bassin de vie de 20.000 habitants dont la moitié a moins de 25 ans, il n'y a pas de lycée ! Ça veut dire qu'après 15 ans, on ne propose rien aux jeunes", s'insurge-t-elle. 

Tweet URL

Ados en quête du statut de mère

"Ado en échec, c'est un statut pourri, alors que mère c'est valorisé socialement et culturellement", assure la gynécologue.

La grossesse permettrait ainsi aux adolescentes désireuses de s'émanciper de leur famille d'acquérir un statut symbolique voire matériel, avec les aides sociales, car avoir un enfant offre une position dans la société guyanaise où l'organisation familiale est centrée sur la mère.

Malgré un recours très important à l'interruption volontaire de grossesse, en particulier chez les 15-17 ans qui ont le plus fort taux national (18,3 pour 1.000 femmes contre 4,5 dans l'Hexagone et 12,2 dans les territoires ultramarins), toutes les adolescentes enceintes n'avortent pas et elles ne bénéficient pas toujours d'un bon suivi médical. 

On observe plus de prématurité et davantage de nourrissons de petit poids. La mortalité infantile est plus importante puisque 2,4% des bébés vont mourir. Nadia Thomas, gynécologue à Cayenne

Or être enceinte avant 15 ans génère des complications. "On observe plus de prématurité et davantage de nourrissons de petit poids. La mortalité infantile est plus importante puisque 2,4% des bébés vont mourir. C'est autant que pour les femmes âgées de plus de 40 ans", déplore Nadia Thomas.

Tweet URL

10% des adolescentes enceintes suites à un viol

Les chiffres du Réseau Périnat, une association médico-sociale, attestent d'un environnement peu propice à un bon suivi médical : 10% des 240 jeunes filles accompagnées par l'association en 2022-2023 portent des enfants issus d'un viol, 35% ont subi des violences, 50% n'ont pas de papiers et vivent en état de précarité économique (logement insalubre, manque de nourriture) et psychologique.

90% des filles que je suis ont des problèmes sociaux et une vulnérabilité économique. 0% sont en formation, 0% sont en emploi. Audrey Gonneau, éducatrice spécialisée

Ces fragilités sont souvent aggravées par la grossesse, estime Audrey Gonneau, du Réseau Périnat. "90% des filles que je suis ont des problèmes sociaux et une vulnérabilité économique. 0% sont en formation, 0% sont en emploi", observe cette éducatrice spécialisée de formation. Ainsi, de nombreuses jeunes filles ne retournent jamais à l'école après avoir eu un enfant. En 2017-2018, 20% des collégiennes en situation de grossesse ont été déscolarisées.

(Re)lire notre article ► Campagne choc au Venezuela pour combattre les grossesses précoces

La maternité ou l'école

Plus les femmes font des études, plus l'âge du premier enfant recule, souligne le démographe Claude Conan, qui met en exergue le lien entre le niveau d'instruction des femmes et leurs intentions de fécondité, dans sa thèse en 2018. 

Il y a une incidence sur l'accès à l'emploi. Le taux régional du chômage des femmes est de 44%". C'est le plus important de France. Isabelle Hidair-Krivsky, déléguée régionale aux droits des femmes

À l'inverse, avec un enfant à charge, difficile de retourner dans le système scolaire et ensuite d'obtenir un diplôme ou un emploi, observe Isabelle Hidair-Krivsky, maître de conférences en Anthropologie de l’éducation à l’université de Guyane. D'après ses recherches, "il y a une incidence sur l'accès à l'emploi. Le taux régional du chômage des femmes est de 44%". "C'est le plus important de France, ce qui induit une grande précarité et des difficultés de transmission dans l'éducation." Les femmes représentent 51% de la population guyanaise mais 57% d'entre elles ne sont titulaires d'aucun diplôme, ajoute la sociologue, également déléguée régionale aux droits des femmes.

Tweet URL

 

Lire aussi dans Terriennes :