Terriennes

Entre le Maroc et l'Espagne, "Dames de fraises, doigts de fée" raconte la dure migration des cueilleuses marocaines

Des milliers de travailleuses saisonnières marocaines viennent travailler dans les fermes de la région de Huelva en Espagne dans des conditions extrêmes.
Des milliers de travailleuses saisonnières marocaines viennent travailler dans les fermes de la région de Huelva en Espagne dans des conditions extrêmes.
© Chadia Arab

"Dames de fraises, doigts de fée", enquête menée par Chadia Arab, chercheuse au CNRS, est sortie aux éditions "En toutes lettres", en février 2018. La géographe propose une immersion dans les systèmes de migration saisonnière entre l’Espagne et le Maroc et dans le quotidien des femmes, venues cueillir les fraises, "l'or rouge" des fermes du Sud de l’Espagne. Entre émancipation par le travail, et non respect des droits de base, cette investigation met en lumière des parcours de femmes qu'on ne veut pas voir.

dans

“Quand on y pense, on s’est battues pour aller travailler dans la misère. Et c’est la misère qui nous fait partir.” Saïda, l’une des travailleuses saisonnières que Chadia Arab a rencontrées au fil de ses années d'investigation résume en deux phrases la situation de ces femmes. Issues d’un milieu très pauvre, elles n’avaient pas d’autres solutions pour s’en sortir que d’aller tenter leur chance en Espagne.

"Contrats en origines", un dispositif contre l’immigration clandestine et pour les besoins en main d’oeuvre non qualifiée

Chadia Arab est géographe de formation et chercheuse au CNRS, à l'université d'Angers. Elle est allée à la rencontre de ces femmes pour analyser le système de migration circulaire, et genrée.
Chadia Arab est géographe de formation et chercheuse au CNRS, à l'université d'Angers. Elle est allée à la rencontre de ces femmes pour analyser le système de migration circulaire, et genrée.
(c) En toutes lettres

Tout commence en 2000, quand l’Espagne commence à mettre en place ce qu’on appelle “les contrats en origines”. “Ces contrats permettent le recrutement directement en pays d’origine, d’abord des Roumaines, des Polonaises et des Bulgares, avant de s’intéresser aux Marocaines, une fois que ces pays de l’Europe de l’Est ont intégré l’Union Européenne.” nous explique Chadia Arab, l'auteure du livre.

Mais il n’y avait à l’époque aucun programme pour encadrer ces contrats. En 2004, le programme européen AENEAS voit le jour.

Le but ? Lutter contre l’immigration clandestine et compenser le besoin en main d’oeuvre non qualifiée en Espagne. Ce dispositif est signé entre le Ministère de l’Emploi au Maroc et la mairie de Cartaya en Espagne.

Cette politique migratoire entre l’Espagne et le Maroc est clairement sexuée, puisqu’elle écarte d’office les hommes, et va jusqu’à préciser dans ces conditions discriminantes, que ces travailleuses doivent avoir au moins un enfant de moins 18 ans, afin de s’assurer du retour de ces femmes
Chadia Arab, géographe, chercheuse au CNRS

Le projet est mis en oeuvre dès 2006, d’abord sans réel encadrement. Résultat, la moitié des 1800 marocaines recrutées par les patrons espagnols prennent la fuite à la fin de leur contrat.

La région de Huelva au sud de l'Espagne, celle de l'or rouge des fraises, à quelques dizaines de kms du Maroc, de l'autre côté du détroit de Gibraltar
La région de Huelva au sud de l'Espagne, celle de l'or rouge des fraises, à quelques dizaines de kms du Maroc, de l'autre côté du détroit de Gibraltar
wikicommons

En 2007, la mairie de Cartaya en Espagne et l’ANAPEC (Agence nationale de promotion de l'emploi et des compétences) au Maroc, font venir 5000 saisonnières pour la cueillette des fraises. Le recrutement se fait donc tout d’abord sur le genre, pour la première fois, le choix se porte sur des femmes et non des hommes, dans des conditions très strictes. Le recrutement se fait au Maroc avec l’aide des agents municipaux, de préférence dans les milieux ruraux.

Chadia Arab raconte : “Cette politique migratoire entre l’Espagne et le Maroc est clairement sexuée, puisqu’elle écarte d’office les hommes, et va jusqu’à préciser dans ces conditions discriminantes, que ces femmes doivent avoir au moins un enfant de moins 18 ans, afin de s’assurer du retour de ces femmes. Cela permet à l’Espagne, d’avoir des femmes pendant la période de travail tout en luttant contre l’immigration clandestine. Les attaches familiales de ces femmes, laissant enfants et parfois maris au Maroc, les contraint, une fois le travail terminé à rentrer chez elles.”

"Dames de fraises", une migration genrée, féminine, une première

Il y a donc un aspect nouveau dans cette migration agricole féminine. Elle précise : “Il s’agit à ma connaissance d’une première pour le Maroc. Jusqu’à présent des femmes étaient employées et choisies pour travailler dans le domaine du "care", du soin, en Espagne. On a vu dans le milieu de la santé, la France, employer des infirmières roumaines, etc. Mais dans le travail agricole, l’Espagne avait essentiellement recruté des hommes. Aujourd’hui, ce sont les femmes qui sont à leur tour choisies, car leurs doigts perçus comme doux et dociles, des doigts de fée, leur permettraient de cueillir cette fois-ci l’or rouge de la province de Huelva.”

La France était déjà venue chercher des hommes dans leurs anciennes colonies, et en particulier dans le Sud marocain, grâce à un recruteur, Mora, pour le travail dans les mines de charbon du Nord Pas De Calais.Chadia Arab

La chercheuse du CNRS fait également un parallèle avec le recrutement de travailleurs marocains dans les années 1950 partis travailler dans les mines du Nord-Pas-de-Calais, et dans les années 1960, dans les usines automobiles ou à la SNCF (société nationale des chemins de fer français) notamment : “ La France était déjà venue chercher des hommes dans leurs anciennes colonies, et en particulier dans le sud marocain, grâce à un recruteur, le groupe Mora, pour le travail dans les mines de charbon du Nord/Pas De Calais. L’objectif recherché était les muscles des hommes, mais aussi des hommes dociles. Un ancien mineur témoigne dans l’ouvrage de l’anthropologue Marie Cegarra, (auteure de "La Mémoire confisquée. Les mineurs marocains dans le nord de la France", Lille, éd. Septentrion, 1999, 150 p.) : « Il ne fallait surtout pas montrer que tu parlais français, sinon ça voulait dire que tu allais comprendre. » Les formes de recrutement de Mora sont à mettre en parallèle avec celles faites dans le cadre des "contrats en origine". Beaucoup de similitudes existent : le choix sous conditions, le fait que des Marocains accompagnent la sélection, l’encadrement d’institutions officielles marocaines, la recherche de la docilité et des compétences requises pour le travail, la discrimination par le sexe, le physique, la race, l’âge, l’annonce du recrutement par le ticket ou le tampon rouge ou vert, etc.” 
Le recrutement de ces “dames de fraises” se déroule quasiment de la même manière...

Pour revenir l’année suivante, elles doivent travailler de la manière la plus consciencieuse, docile et soumise possible, tout en restant silencieuses.Chadia Arab

En 2008, elles sont 13 000 à venir travailler pour quelques mois. En 2009, il y a plus de 17 000 saisonnières marocaines qui sont embauchées. Chadia Arab raconte dans son ouvrage que les Marocaines sont alors très appréciées dans leur travail par les patrons espagnols. Le principe de ces contrats saisonniers était que si tout se passait bien entre les ouvrières et les patrons, ils pouvaient alors les rappeler les années suivantes. Pour Chadia Arab, il s’agit alors d’une “migration de survie” pour reprendre la formule de la sociologue et économiste néerlando-américaine Saskia Sassen (2010). “Pour revenir l’année suivante, elles doivent travailler de la manière la plus consciencieuse, docile et soumise possible tout en restant silencieuses. Taire leurs conditions de travail, taire leurs revendications syndicales, taire leur douleur de la séparation avec leurs enfants.”

L’espoir de devenir “répétitrice”, c’est à dire d'être rappelée et revenir tous les ans pour travailler, leur fait tout accepter. L’enquête met l’accent sur les parcours de vie brisée de ces femmes. Veuves, ou divorcées, pour la plupart (certaines femmes mariées sont aussi recrutées), avec un ou plusieurs enfants à charge, elles ont toutes une vie difficile au Maroc. La migration saisonnière ou circulaire est leur dernier recours. Chadia Arab a suivi Saïda, Zohra, Halima et plusieurs autres dans la province de Huelva et ensuite au Maroc, d’abord en 2009, puis en 2010.

Le concept idéalisé de migration circulaire

En 2012, elle réalise une soixantaine d’entretiens par questionnaire auprès de femmes de la province de Ksar El Kebir au Maroc. Elle s’intéresse aussi aux médiateurs présents dans ce programme. Ils sont employés par la Fondation pour les travailleurs étrangers à Huelva (FUTEH) qui voit le jour en 2008, comme nous l'explique Chadia Arab : "Le financement de l’Union européenne est opérationnel entre 2007 et 2011 : deux ans avec le projet AENEAS sur « le programme éthique de gestion migratoire des saisonnières », puis le « Système pour la mobilité des flux migratoires des travailleurs dans la province de Huelva », dans la continuité du premier. Sont pris en charge la gestion du transport, le logement et l’accompagnement par des médiateurs interculturels. Ces 12 médiateurs sont majoritairement d’origine marocaine. Ce projet a été désigné par l’Union européenne comme un modèle à suivre, comme une bonne pratique de l’immigration à travers la migration circulaire de ces femmes. C’est ainsi que le présente le responsable de la FUTEH (Fondation pour les travailleurs étrangers à Huelvaque j’ai rencontré. Le maire de Cartaya a reçu la visite de plusieurs provinces agricoles espagnoles qui voulaient dupliquer ce modèle, ainsi que plusieurs délégations marocaines avec des ministres et leurs représentants. Or cette idée de projet éthique, magnifique sur le papier, est, sur le terrain, difficile à tenir, à mettre en pratique et à rendre pérenne dans le temps."

En plus du transport et de l'accueil de ces migrantes saisonnières, ce programme prévoyait des sessions de formation, notamment pour apprendre l'Espagnol, et aussi une aide au dévelopement d'activités économiques, après leur au Maroc. Ce dernier point n'a pas vraiment été réalisé par l'Espagne.

La crise économique met à mal le programme

Malheureusement, à cause des répercussions de la crise économique en Europe, le nombre de femmes à qui l’Espagne accorde des contrats en origine chute à partir de 2010, avec seulement 5000 appelées. Elles ne seront plus que 2500 l’année suivante, en 2011. Les chiffres n'ont cessé de baisser depuis, pour commencer à remonter en 2017. En effet, les financements de l'Union Européenne ont diminué voire disparu, et la FUTEH qui employait notamment les médiateurs a dû fermer ses portes. 

Les conditions de travail déjà difficiles auparavant deviennent réellement invivables pour ces travailleuses, à la faveur de la crise, en particulier avec la suppression des accompagnateurs/médiateurs. C'est par deux anciens médiateurs que la chercheuse apprend ainsi que la FUTEH n'existe plus depuis 2012 : "Je l'apprends en 2017. Seul un des médiateurs a été recruté par le regroupement de coopératives Freshuelva. Cette situation est difficilement tenable pour les anciens médiateurs qui continuent à être sollicités par les femmes qui arrivent en Espagne. Ils les appellent « les oubliées de l’ANAPEC ». Aujourd’hui, tout a changé. Les femmes, souvent des répétitrices, recrutées directement par l’employeur avec un contrat nominatif envoyé à l’ANAPEC, sont accompagnées par des membres de l’ANAPEC à Tanger, à la montée du bateau. Mais ensuite, elles doivent se débrouiller seules pour se rendre sur leur lieu de travail. De même pour le retour. En 2017, leur nombre augmente. Elles sont environ 5000 femmes au départ, pour atteindre près de 15000 en 2018."

"C<em>e programme est aussi là pour lutter contre l’immigration clandestine, et il est aujourd’hui un accélérateur de la fabrique de </em>'sans-papière'<em>."</em><br />
Chadia Arab, auteure de<em> Dames de fraises, doigts de fée.</em>
"Ce programme est aussi là pour lutter contre l’immigration clandestine, et il est aujourd’hui un accélérateur de la fabrique de 'sans-papière'."
Chadia Arab, auteure de Dames de fraises, doigts de fée.
© Chadia Arab

Depuis la crise, les femmes sont souvent laissées seules, à l’abandon en Espagne sans interlocuteur avec lequel discuter.
Chadia Arab

Toutes les améliorations, efforts d'intégration prévus par ce programme ont disparu. Chadia Arab le déplore : "Plus de FUTEH et de médiateurs. Plus de formation, plus d’entretien, des préfabriqués qui se sont fortement dégradés et qui d’après les médiateurs sont aujourd’hui en ruine, plus de bien-être au travail, plus d’« intégration » ou du moins plus de discours d’accueil et d’intégration comme le mentionnaient certains employés auparavant. La situation s'est largement dégradée. Les femmes sont souvent laissées seules, à l’abandon en Espagne sans interlocuteur avec lequel discuter. Les médiateurs servaient de tampon lors d’un conflit et parfois pouvaient le résoudre sereinement. Il n'y a plus personne pour faire le suivi, personne pour vérifier si elles ont bien été payées, personne pour les accompagner en cas de problème de santé, en cas d’abus. Cette année les affaires d’abus sexuel, les plaintes déposées par les victimes, sont une partie visible de l’iceberg, une partie seulement des dysfonctionnements qui apparaissent. En réalité, avec la présence de la FUTEH, tout ne fonctionnait pas toujours bien, mais là, la situation a clairement empiré. En témoignent les plaintes, mais  également le nombre de femmes restées sans papiers en Espagne. Rappelons que ce programme est aussi là pour lutter contre l’immigration clandestine, et qu’il est aujourd’hui un accélérateur de la fabrique de 'sans-papière'."

Sortir les femmes de l'invisibilité

Dames de fraises, doigt de fées tend à humaniser ces programmes migratoires, en racontant les parcours de ces femmes. On découvre qui elles étaient avant de migrer, pourquoi elles ont décidé de partir, comment elles se sont débrouillées, et ce que sont devenues certaines d'entre elles, entre installation en Espagne et retour au Maroc.

Leurs droits sont bafoués : droit au travail, droit à l’intimité, droits à la mobilité et à la régularisation, droit à la santé, droits sociaux.Chadia Arab

L’ouvrage va plus loin car il tente également de tirer des conclusions sur leurs parcours difficiles.

Editions "En toutes lettres",  188 pages, 15 €
Editions "En toutes lettres",  188 pages, 15 €

Les conditions de travail dans ces fermes sont très dures, parfois comparées à un système esclavagiste : "Bien sûr, les conditions de travail sont difficiles. Les femmes souffrent de mal de dos, et reviennent avec des mains très abîmées. La serre est relativement chaude, il y a parfois des malaises. De plus, ces fraises sont arrosées de produits toxiques (pesticides). Il sera important de faire le suivi des 'dames de fraises', afin de mieux comprendre si des maladies, liées à leur travail en migration apparaissent avec le temps. De plus leurs droits sont bafoués : droit au travail (seuls les jours travaillés sont payés, or parfois certaines femmes s’endettent pour venir en Espagne et ne travaillent que quelques jours dans le mois), droit à l’intimité (elles sont confinées dans des logements exigus, parfois à 10 ou 12, et parfois, avec un accès aux toilettes/douches, à l’extérieur), droits à la mobilité et à la régularisation, droit à la santé, droits sociaux (elles n’ont droit ni au chômage, ni à la retraite) etc. Tous ces ingrédients-là visent à éviter le moindre soulèvement, la moindre revendication, la plus minime soit-elle. La moindre doléance est synonyme de retour au Maroc et d’expulsion." 

La discrimination par les gants

L'enquête évoque le problèmes des gants en plastique portés par les cueilleuses de fraises. Il leur a été demandé de les retirer car cela cassait les fraises. Les Bulgares, Polonaises, Roumaines ont refusé car la cueillette est trop douloureuse et que leurs mains sont abîmées. Les Marocaines ont accepté par peur d'être expulsées. Cette menace implicite fonctionne comme un chantage pour ces travailleuses.

Mais aussi une vraie opportunité économique

Néanmoins, Chadia Arab évoque une certaine émancipation par le travail et surtout par le salaire de ces femmes : "Malgré toutes ces conditions de travail difficiles, il n’en reste pas moins que nombreuses sont celles qui souhaitent revenir l’année suivante. En effet, une partie d’entre elles sont satisfaites du gain économique qu’elles peuvent accumuler pendant ces semaines de travail en Espagne. Celles qui sont parties régulièrement tous les ans, depuis 2007 et 2008 jusqu’à aujourd’hui, celles qui sont appelées des répétitrices peuvent revenir parfois avec 3000 euros et plus, lorsqu’elles travaillent durant toute la saison. Pour des femmes, qui sont majoritairement choisies aussi parmi les plus pauvres, précaires et vulnérables du Maroc, c’est une vraie opportunité économique, car certaines ont pu construire des maisons, réaliser des aménagements de leur habitation, acheter le matériel nécessaire pour la scolarisation de leurs enfants, etc. Elles sont satisfaites de leurs salaires. Cela s’explique bien entendu par l’écart entre ce qu’elles peuvent gagner chez elles et ce qu’elles sont payées en Espagne. Cette migration de survie permet à ces dames de fraises de saisir aussi des opportunités d’émancipation, de prise de confiance et d’autonomie."

Des cas d'abus sexuels et la loi du silence

Cette année, au mois de juin 2018, une dizaine de femmes a réussi à s'enfuir pour finalement porter plainte contre leurs employeurs pour agressions sexuelles. Une marche a même été organisée avec l'appui du Syndicat andalou des travailleurs.

Chadia Arab n'aborde pas ces cas dans son ouvrage, pourtant elle n'est pas étonnée que cela ait pu se produire : "Malgré quelques cas de plaintes survenus dès 2010, les femmes que j’avais rencontrées en ont peu parlé. Celles qui avaient subi du harcèlement ont eu honte de l’évoquer. Celles qui parlent aujourd’hui, sont des nouvellement recrutées. Elles ont eu un grand courage de briser cette loi du silence qui entoure trop souvent les violences faites aux femmes. Cela a permis à d’autres d’en parler aussi. Par exemple, en 2018, j’ai retrouvé des dames de fraises que j’avais interrogées en 2010 et 2011 qui ne l’évoquaient pas auparavant et qui aujourd’hui osent en parler. Une marche de soutien s’est tenue le 17 juin 2018 à Huelva. La mise en lumière de ces agressions, révélées par des journalistes allemands, espagnols et marocains (notamment le site d’information Yabiladi), et confirmées par la première arrestation qui a eu lieu en Espagne remet en question tout un système de 'deal' théoriquement bien huilé et réfléchi en amont : des femmes contre des fraises."

Une triple domination intervient et favorise l’exploitation de ces saisonnières : la nationalité (des Marocaines et des employeurs espagnols), le sexe (des femmes saisonnières et des hommes employeurs), la classe (des ouvrières agricoles et des entrepreneurs agricoles), et un contexte post-colonial qu’il ne faut pas négliger entre les deux pays.
Chadia Arab

Ces femmes, mères de famille sont en grande majorité veuves, ou divorcées, originaires du milieu rural, souvent non scolarisées, et se retrouvent au coeur d'un système de domination et d'exploitation sans pitié avec elles : "Il s’agit très souvent des femmes parmi les plus fragiles du pays. Ces saisonnières en Espagne sont soumises à de nombreux rapports de pouvoir qui s’inscrivent dans un continuum allant du pays d’origine au pays de migration. Dès le Maroc, les hommes de l’entourage de ces femmes sont en général considérés comme dominants dans une société marquée par un sexisme quotidien. En Espagne les chefs des exploitations sont en grande majorité des hommes « blancs », de nationalité espagnole. Une triple domination intervient et favorise l’exploitation de ces saisonnières : la nationalité (des Marocaines et des employeurs espagnols), le sexe (des femmes saisonnières et des hommes employeurs), la classe (des ouvrières agricoles et des entrepreneurs agricoles), et un contexte post-colonial qu’il ne faut pas négliger entre deux pays. Cette imbrication de rapports de domination minimise la parole des principales concernées, qui sont soumises à la mondialisation économique qui implique leur pays (le Maroc) et ses relations avec l’Europe. Leur parole est mise en doute. On les menace d’expulsion si elles osent parler, résister ou lutter contre la violence qu’elles subissent, dans un contexte de silence assourdissant de la part des Etats, qui sont pourtant à l’origine du départ de ces femmes."

"<em>Il est important qu’elles puissent revenir au Maroc, la tête haute."</em><br />
Chadia Arab, à propos des femmes ayant porté plainte pour abus sexuels en Espagne
"Il est important qu’elles puissent revenir au Maroc, la tête haute."
Chadia Arab, à propos des femmes ayant porté plainte pour abus sexuels en Espagne
© Chadia Arab

Une violence symbolique, familiale, économique, sociale, politique

Les 10 femmes ayant porté plainte contre leurs agresseurs sexuels vivent aujourd'hui toujours en Espagne, sans ressources, après avoir risqué l'expulsion. "Ces femmes sont courageuses et dignes malgré ce qu’elles vivent et ce qu’elles ont vécu. Elles ont accepté de porter plainte, elles sont restées en Espagne après que leur employeur a voulu les expulser de force et avec violence, elles n’ont pas été payées. Elles vivent dans des conditions minimales. Elles ne vivent pas, elles survivent. Cette violence universelle faites aux femmes prend la forme d’une violence symbolique, familiale, économique, sociale, politique, qui s’est longtemps conjuguée d’un silence pesant imposé aux femmes, et d’un silence de la part des Etats.", nous expique Chadia Arab. 

Une cagnotte en ligne a été lancée pour les aider par le SAT (Syndicat Andalou des Travailleurs) et l'association Ausaj (Asociacion de Usuarios de la Administracion de Justicia).
Des tweets reprenant l'historique de cette affaire ont été publiés, notamment celui de @Fervellasverzas : 

Pour Chadia Arab, il ne s’agirait pas d’un cas isolé, et ces situations semblent être facilitées par ce système de migration : "La coopérative qui les employait apparait être l'une des pires de la région, avec un employeur qui semble avoir eu l’habitude d’exploiter et d’abuser de ces travailleuses. Les conditions de travail, de logements, les comportements des employeurs sont inégaux dans toute la province. Il est difficile de manière générale de porter plainte lorsqu’une femme a été abusée. Mais la situation est aggravée par les conditions de recrutements, par la non-maitrise de la langue, du contexte espagnol, etc. Pour moi, il est important de connaitre la réalité du travail de ces dames de fraises. Il est important qu’elles puissent revenir au Maroc, la tête haute. Il est important qu’elles soient soutenues par l’opinion publique. Il est important de ne pas les dénigrer. Il est important de croire et respecter leur parole. Ces femmes ont peur de parler, peur de rentrer, ont honte et peut-être peur des réactions de leur famille, peur de ne pas revenir l’année suivante. Les violences sexuelles s’imbriquent à la violence du non-droit à la libre circulation. Les saisonnières touchées par ces processus ont besoin d’être écoutées, défendues, qu’on leur rende justice en Espagne. Elles ont besoin d’être accompagnées, soutenues et réhabilitées dans leur parole au Maroc. Elles ont besoin tout simplement qu’on leur rende leur dignité."