Escrime : l'exploit de l'Italienne Errigo, championne du monde après deux jumeaux

Elle n'y croyait pas ! La fleurettiste italienne Arianna Errigo, déjà vice-championne du monde le 26 juillet, a remporté ce 30 juillet l'or par équipes. Ces championnats du monde de Milan sont sa première compétition, depuis le Cairen il y a un an, après avoir accouché de deux jumeaux en mars.

Image
Arianna Errigo médaille d'argent en fleuret aux Championnats du monde d'escrime

Arianna Errigo avec sa médaille d'argent en en fleuret - l'or ayant été remporté par sa camarade Alice Volpi - aux championnats du monde d'escrime de Milan le 26 juillet 2023.

© AP Photo/Luca Bruno
Partager2 minutes de lecture

"C'était une mission quasiment impossible", n'en revenait pas l'Italienne de 35 ans le 26 juillet, en zone mixte. "Tous les médecins à qui j'ai parlé me disaient que ce ne serait pas possible. Je n'ai pas eu d'accouchement naturel mais par césarienne. Il est évident que ça change complètement le processus de reprise. En plus j'ai eu des jumeaux. Alors je suis vraiment fière de ce chemin."

Même si de plus en plus de championnes retrouvent les sommets en revenant de maternité, le cas Errigo sort de l'ordinaire. "C'est fou, s'exclame l'entraineur national du fleuret italien Stefano Cerioni. Elle a énormément travaillé parce qu'elle ne voulait pas manquer cet événement à vingt kilomètres de chez elle. C'est Arianna, une championne, le talent incarné."

Ayant dégringolé au classement, puisqu'elle n'avait plus disputé la moindre compétition depuis les derniers Mondiaux, l'Italienne au palmarès "gigante" a dû en passer par les qualifications, elle qui cumule dix médailles mondiales en épreuve individuelle.

Cela a fini par se ressentir en fin de semaine en finale par équipes. Même à bout de force, tenant tout juste sur ses jambes, Errigo a réussi à conclure son relais devant (30-28) avant de laisser sa place à sa remplaçante Francesca Palumbo pour conclure le match.

"J'étais morte"

"J'étais morte, vidée, sans la moindre énergie. Je n'avais plus rien. Mais c'est une épreuve d'équipe, je voulais laisser le relais aux filles en tête", tire la langue, dans un grand sourire, la triple médaillée olympique qui sort d'un marathon.

"J'ai l'impression d'avoir passé quatre mois et demi dans une machine à laver, livre Errigo. Je me suis souvent demandé qui me faisait faire ça. C'était vraiment difficile de se remettre de l'accouchement, de la césarienne, de reprendre l'entraînement, de perdre du poids, d'aller à la salle le matin avec trois heures de sommeil".

Arianna Errigo est femme de défi, elle s'était fixé celui de tirer en fleuret mais aussi en sabre aux JO de Tokyo. Ce qui avait causé une querelle infinie entre elle et sa fédération. Elle avait dû se raviser et se contenter d'un quart de finale de fleuret (5e) aux JO de Tokyo.

"Je dédie cette victoire à mes deux bijoux", souffle-t-elle cette fois. Au sens propre aussi puisqu'elle arbore des boucles d'oreilles aux lettres M et S, du nom de ses bébés Mirea et Stefano, nés le 3 mars.

Elle aura aussi pris le temps de "remercier (ses) coéquipières Alice (Volpi), Martina (Favaretto) tantes d'adoption" de ses enfants, elles qui les ont "pouponnés" quand leur mère les emmenait avec elle à la salle d'armes.