Femmes dans les sciences, de l'occultation à la reconnaissance

Panel de femmes à travers les âges, les continents et les sciences 

Depuis l'Antiquité, et sous toutes les latitudes, les femmes ont contribué à l'édification et au développement des sciences : découvreuses, inventrices, mathématiciennes, physiciennes, biologistes, chimistes, archéologues, etc, etc. Par réflexe "naturel" ou par malveillance, pour pouvoir y conserver leur pouvoir, les hommes les ont empêchées d'y faire carrière et d'y être visibles, par toute sorte de moyens. Mais les femmes elles-mêmes se sont bien souvent gardé d'affronter ces forteresses masculines, par peur, par manque d'estime de soi, par éducation. Peu à peu, des auteur.es leur redonne leur place dans l'histoire des sciences et elles partagent aujourd'hui, même timidement, les plus hautes distinctions. 

Le projet des "sans pagEs" a démarré en 2016, porté par une Française habitant à Genève, Natacha Rault. Objectif : donner aux...
11 : 16
Reprendre son libre arbitre, Aurélie Jean nous explique comment dans un livre limpide "De l'autre côté de la machine - Voyage d'une scientifique au...
1 : 44
La journée internationale des femmes et des filles de science est célébrée ce 11 février. Elles ne sont que 30% à travailler dans des domaines...
<p>Mains de femme sur un clavier, le 8 octobre 2019 à New York. </p>
L’universitaire suisse Isabelle Collet signe Les oubliées du numérique, un ouvrage qui questionne l'absence des femmes dans les...
Esther Duflo, prix Nobel d'économie 2019, avec son mari Abhijit Banerjee et Michael Kremer, ici lors de la remise du prix de la princesse des Asturies pour les sciences sociales du roi d'Espagne Felipe VI lors d'une cérémonie à Oviedo, dans le nord de l'Espagne, en 2015.<br />
<br />
 
Le monde des économistes n'est pas particulièrement connu pour être féminin. Le choix d'Esther Duflo pour remporter le prix Nobel...
Le regard pétillant, des boucles rousses, un optimisme naturel et une envie de faire sa marque sur cette planète : Lyne...
A gauche, Margaret Hamilton, jeune mathématicienne, à côté du code du logiciel de navigation du programme Apollo. A droite, en novembre 2016 à Washington, elle pose devant l'acteur Tom Hanks, après avoir reçu la médaille de la Liberté, remise par le président Obama.
Il y a 50 ans, sans Margaret Hamilton, le module lunaire Eagle se serait probablement écrasé sur le sol lunaire. Cette mathématicienne était chargée de développer le système de guidage embarqué à bord d'Apollo 11. Contre l'avis de ses directeurs, elle avait pris soin d'intégrer à son logiciel un programme de priorisation qui a permis au premier homme de l'histoire de marcher sur la Lune.
Impossible de la rater, la première photo d'un trou noir a fait la Une des médias du monde entier. Puis dans son sillage, est...
Mona Chollet, essayiste, journaliste, à Paris, le 15 octobre 2018
De livre en livre, Mona Chollet tisse un autre monde, de femme à femmes. Après avoir exploré "les nouveaux visages d'une...
D'après une étude de l'<a href="https://www.aip.org/sites/default/files/statistics/faculty/womenfac-pa-10.pdf" target="_blank">American Institute of Physics (AIP)</a>, le taux de femmes bien que nettement inférieur à celui des hommes, serait en progression. Il aurait atteint 14% en 2010
Alors qu'elles sont souvent en tête de classe jusqu'à l'université, les étudiantes restent rares à s'engager dans les sciences....
Sur une photo en noir et blanc de 1971, un panel d'éminents spécialistes de biologie marine. Une cinquantaine de chercheurs et...
Alors que l'on a célébré le 150ème anniversaire de naissance de Marie Curie (7 novembre 1867), les femmes peinent à prendre leur...
La Beninoise Marielle Yasmine Agbahoungbat (au centre) gagnante de la 4ème édition du concours Ma thèse en 180 secondes. 
La doctorante Marielle Yasmine Agbahoungbata a remporté, jeudi 28, la finale internationale de « Ma thèse en 180 secondes », un...

Pages