Femmes : la thérapie par l'art

Antigone jouée par des réfugiées syriennes

Réfugiées, déplacées, violentées mais aussi enfermées, des projets pensés autour de l'art - théâtre, photographie, danse, cirque -,  sont proposés, partout dans le monde, pour aider les femmes à se reconstruire.

Des femmes de la prison de Baabda, comédiennes dans la pièce « Shéhérazade à Baabda » de la libanaise Zeina Daccache. Crédit photo : Dalia Khamissy
Prisons surpeuplées, détenues laissées à l’abandon, l’univers carcéral n’a pas bonne réputation au Liban. Des associations comme...
Chaque année, une troupe française de cirque se déplace dans le centre de l'association Caméléon aux Philippines. Leur mission ?...
Patricia Gomis, en novembre 2014 à Dakar ©TV5MONDE
Séparée de sa famille à deux reprises, Patricia Gomis devient la bonne à tout faire pendant trois ans d'un "oncle" qui vit en...
Première d'Antigone le 11 décembre 2014, jouée au théâtre Al Madina de Beyrouth © Tabitha Ross
Avec plus d'un million de réfugiés syriens, plus que tout autre pays de la région, le Liban vit de plein fouet et au quotidien...
“Les cercles“, une oeuvre Imigongo réalisée par une Rwandaise et exposée à Paris à l'espace Agnès b. Dans certaines cultures, le motif du “tourbillon“ appelé aussi “arabesque“ symbolise la vie.
Au Rwanda, vingt ans après le génocide, les stigmates sont encore là. Des orphelins, des veuves, et des traumatismes. Depuis...
Alone we stand“, pièce du théâtre al-Farah sur les femmes célibataires, écrite collectivement par les acteurs sous la direction de Marina Barham et Pietro Floridia, Cultural Palace, Ramallah, 13/02/2014 ©Julie Pronier
Pour la première fois de son existence incertaine, la Palestine participait à la campagne internationale One Billion Rising for...
Zeina Daccache, avec les détenues de la prison de Baabda, pour le montage et la réalisation de Sheherazade - (photo droits réservés Zeina Daccache)
Dans une société libanaise encore profondément traumatisée par la guerre, le centre Catharsis de Zeina Daccache fait figure d’exception. Créé en 2007, il vise à promouvoir l’utilisation du théâtre à des fins thérapeutiques. Pour des individus mais aussi des groupes, comme les détenus des prisons libanaises, en, particulier les femmes. Elle est aujourd’hui l’unique « dramathérapeuthe » du Liban. Rencontre avec une pionnière
Chaque dimanche, Rahel, croyante, se rend à l’église pour la messe et dans un centre théologique pour répéter sa pièce de théâtre. Photo - Melinda Trochu
L'histoire de Rahel ressemble presque à un conte de fée. Sauf qu'elle ne doit qu'à elle même sa bonne fortune. Femme forte de 33...
Malgré sa petite voix, Hannah a appris à s’imposer, grâce aux exercices d'immobilité
Depuis le mois d’avril, avec l’appui de la marie du XVIIIème arrondissement de Paris, la chorégraphe Maxence Rey travaille avec...
Dans le monde, 130 millions de filles sont excisées. Un tradition ancestrale et puissante. Pas facile de lutter contre. Pourtant,...

Pages