Terriennes

Femmes victimes de violences : immense élan de solidarité en France

Illustration d'Olivia de Bona sur le profil <a href="https://www.facebook.com/FondationDesFemmes/" rel="nofollow">Facebook de la Fondation des Femmes</a> (l'artiste verse 1/3 du prix de vente de ses oeuvres à la Fondation des Femmes).
Illustration d'Olivia de Bona sur le profil Facebook de la Fondation des Femmes (l'artiste verse 1/3 du prix de vente de ses oeuvres à la Fondation des Femmes).

En moins d'un mois, la Fondation des femmes a récolté près de deux millions d'euros pour aider les associations de soutien aux femmes victimes de violences et financer, entre autres, des solutions de relogement temporaire et d'aide alimentaire.
 

Lancée le 25 mars, une collecte "d'urgence" baptisée #Toutesolidaires était lancée pour venir en aide aux victimes de violences, particulièrement exposées en ces temps de confinement. Période particulièrement à risque pour les femmes et les enfants victimes de violences, le confinement a entraîné une hausse de 40% des interventions policières à domicile, selon le ministère de l'Intérieur. "Les associations sont également de plus en plus sollicitées", souligne une porte-parole de la Fondation, appelant à "continuer à donner" car "l'urgence c'est de pouvoir aider les femmes à partir de chez elles". 
 

 
Trois semaines plus tard, près de deux millions d'euros ont été récoltés.
 


"C'est une mobilisation sans précédent des citoyen.ne.s, des mécènes et des entreprises partenaires qui a permis de mettre en place des solutions concrètes pour le confinement", explique la Fondation des femmes dans un communiqué, précisant que "100% des dons collectés sont reversés aux associations de terrain dans les meilleurs délais". Ainsi la Fondation des Femmes a-t-elle pu faire bénéficier 122 associations d'un soutien financier ou d'un soutien logistique (ordinateurs, gel hydroalcoolique) pour pouvoir poursuivre leur activité d'écoute et d'accompagnement pendant le confinement, est-il précisé

Quelques 40 000 nuitées ont ainsi pu être financées via des partenariats avec Accor, qui met à disposition des associations des chambres d'hôtels dans toute la France, et avec la foncière Gecina, qui a rendu disponibles 70 chambres d'une résidence universitaire de la région parisienne : "Dix jours après le début du partenariat, la moitié des chambres de la résidence universitaire sont déjà occupées", précisé la porte-parole de la Fondation.

Le gouvernement, par la voix de la secrétaire d'Etat Marlène Schiappa, a dit jeudi avoir financé "jusqu'à 20 000 nuitées d'hôtel, en plus des places habituelles en centres d'hébergement, pour permettre aux femmes qui ont besoin de s'enfuir de pouvoir être hébergées, ne pas se retrouver à la rue".