Terriennes

Guerrilla Girls, vengeuses masquées des femmes artistes occultées

Frida Kahlo au théâtre Saint-Gervais de Genève dans le cadre du festival Les Créatives.
Frida Kahlo au théâtre Saint-Gervais de Genève dans le cadre du festival Les Créatives.
©Terriennes

Depuis 35 ans, une bande de filles, anonymes sous leurs masques de gorilles, multiplient les actions et les campagnes choc pour réhabiliter les femmes artistes, invisibilisées, sous-côtées, discriminées. Rencontre avec Frida Kahlo, l'une des fondatrices des "Guerrilla Girls", au festival féministe Les Créatives, à Genève. 

Elle arrive toute de noir vêtue, des baskets au masque de gorille qui lui dissimule le visage. Elle ne souhaite pas dévoiler son visage ou son identité, nous a-t-elle fait dire quelques minutes avant notre rencontre. De celle des Guerrilla Girls qui a choisi le pseudonyme de Frida Kahlo, nous n'apercevrons que les yeux clairs derrière des lunettes rondes et des cheveux blancs mi-longs. Dans son regard, on lit le sourire que le masque dissimule. Troublant. 

©Terriennes

"Si j'enlève mon masque, vous allez demander qui je suis, comment je vis, quels sont mes problèmes, au lieu d'examiner les questions soulevées par notre action. Nous voulons dépersonnaliser la cause," explique Frida Kahlo. Il est vrai que les Américains ont une longue tradition d'anonymat parmi les grandes figures qui ont forgé la nation, à commencer par les pères fondateurs du pays, jusqu'au vengeur masqué - et en l'occurence, les vengeuses masquées. 

Tina Modotti photographiée par <a href="https://en.wikipedia.org/wiki/Edward_Weston" title="Edward Weston">Edward Weston</a> en 1921.
Tina Modotti photographiée par Edward Weston en 1921.
©Wikipedia

Cette vengeuse-là est depuis toute jeune fascinée par la personnalité de la peintresse mexicaine disparue en 1954 dont elle a pris le nom : "En 1965, Frida Kahlo n'était pas encore connue, du moins au Etats-Unis. Cette année-là est sortie une biographie d'elle, très importante, que j'ai dévorée. Sa personnalité m'a envoûtée." Alors c'est tout naturellement que, par la suite, la militante prend ce nom, puis le garde, au-delà de la renommée de la peintresse mexicaine. "Si c'était aujourd'hui, dit-elle, songeuse, je choisirai peut-être Tina Modotti, une photographe américaine qui s'est installée au Mexique, puis qui a laissé tomber la photographie pour faire la révolution." 

Pour Frida Kahlo, tout commence il y a 35 ans, lorsqu'une poignée de femmes artistes décide de manifester devant le Museum of Modern Art, à New York, contre la faible représentation des femmes dans une exposition : 13 femmes sur 169 artistes. Les "Guerilla Girls" sont nées. Leurs actions se multiplient - slogans choc, campagnes, recensement des artistes et des modèles femmes par rapport aux hommes dans les milieux artistiques - pour lutter, avec l'humour comme arme fatale - contre le sexisme et les discriminations dans l'univers très masculin et patriarcal de l'art, reflet de la société.


Le masque de gorille devenu la marque des Guerrilla Girls n'a jamais été une décision mûrement réfléchie. Au début, les militantes se voulaient guerrillas, combattantes, et girls, "pour ôter  à ce mot sa connotation d'immaturité et de manipulabilité, se souvient Frida Kahlo. Nous voulions nous le réapproprier pour les empêcher de le dénaturer." 

C'était sans compter avec l'orthographe déplorable de l'une des militantes qui, un jour où les filles se réunissaient pour savoir comment elles allaient se présenter à la presse, a fait cette erreur géniale : elle a noté gorilla au lieu de gerrilla. "Alors nous avons eu l'idée fulgurante de nous présenter aux médias avec des masques de gorille. Un sympole de puissance, oui, mais les gorilles vivent aussi en harem, et souvent, le mâle alpha est exclu. Nous ne songions pas un instant que nous allions porter ce masque pendant 35 ans."
L'une des affiches culte des Guerrilla Girls, rédigée en anglais, puis traduite dans plusieurs langues partout dans le monde.
L'une des affiches culte des Guerrilla Girls, rédigée en anglais, puis traduite dans plusieurs langues partout dans le monde.


Aujourd'hui, les choses ont changé et les musées sont désormais davantage attentifs à la représentation des artistes femmes. Reste que 12% seulement des artistes exposés dans les principaux musées étatsuniens en 2018 étaient des femmes. L'action des Guerrilla Girls reste donc plus que jamais d'actualité dans ce pays où l'univers de l'art n'est pas du domaine public, explique Frida Kahlo : "Aux Etats-Unis, les arts, et surtout les arts visuels, sont devenus un terrain d'investissement. Même si aucun musée ne songerait plus à organiser une exposition sans femmes, ni sans artistes de couleur, le marché, lui, reste très discriminant pour les femmes sur le plan économique. Les prix ne sont pas les mêmes, les ressources ne sont pas les mêmes..."

De fait, selon le rapport sur le marché de l’art publié le 8 mars 2019 par Art Basel et UBS, seulement huit œuvres réalisées par des femmes se sont vendues à des sommes à huit chiffres. Dans la vente du soir de Christie’s, le 6 mars à Londres, seules 5 des 42 œuvres avaient été réalisées par des femmes.

Pour un collectionneur, 
financer un musée permet d'agir sur les prix et de faire fructifier ses investissements.

Frida Kahlo, Guerrilla Girl de la première heure

Pour la Guerrilla Girl, la première chose à faire est de s'attaquer aux conflits d'intérêts qui minent l'administration des musées aux Etats-Unis. La plupart sont privés ou gérés par des fonds privés appartenant à des hommes. Ce sont eux qui donnent le "la" dans les milieux versatiles de l'art. "Pour un collectionneur d'art, explique-t-elle, faire partie du conseil d'administration d'un musée ou financer un musée permet d'agir sur les prix pour faire fructifier ses investissements et accroître son influence. Car ce sont ces mêmes musées qui contribuent à faire monter la côte d'une collection d'art."

En Europe, la situation n'est guère plus brillante, même si certains événements s'efforcent de mettre les femmes à l’honneur, comme le cru 2019 du Paris Art Fair, où le nombre de créatrices présentées a progressé de près de 50 % depuis la précédente édition. En Suisse, par exemple, 26% seulement des artistes exposés entre 2008 et 2018 étaient des femmes. Comme le souligne les Guerrilla Girls dans un message video, entre 1789 et 1914, 1135 artistes hollandais ont étudié et travaillé à Paris. Parmi eux, 68 femmes. Or en 2017, l'exposition Les Hollandais à Paris du musée Van Gogh d'Amsterdam n'en retenait qu'une seule...

A quand un #metoo dans le monde des arts ?

L'univers de l'art est un tout petit monde, où ceux qui sont honnêtes avec leurs expériences s'exposent à de promptes représailles. Difficile, dans ces conditions de témoigner, même si "certains artistes, étudiants en art et employés d'artistes mâles commencent à parler," explique Frida Kahlo. Et les Guerrilla Girls de souffler sur les braises.

Si les artistes sont des prédateurs sexuels, cela en dit long sur les produits culturels engendrés par notre société.

Frida Kahlo, Guerrilla Girl

Les mémoires de Celia Paul est sorti le 7 novembre 2019 en anglais.
Les mémoires de Celia Paul est sorti le 7 novembre 2019 en anglais.

Dans ses mémoires, récemment parues en anglais sous le titre Self-Portrait, l'artiste britannique Celia Paul raconte sa relation avec le peintre Lucien Freud (petit-fils de Sigmund), mort en 2011. Et le tableau qu'elle brosse n'est pas reluisant, confirme Frida Kahlo : "Lucian Freud était un prédateur sexuel. Il incarnait le stéréotype de l'artiste mâle qui se comporte comme s'il  avait tous les droits. C'est ce personnage qui est remis en cause comme symbole de notre culture. Car si les artistes sont des prédateurs sexuels, cela en dit long sur les produits culturels engendrés par notre société."

Et Frida Kahlo de citer un autre exemple, presque drôle tant il est pathétique, celui du peintre américain Chuck Close, qui a signé le portrait officiel de Bill Clinton à la National Portrait Gallery, à Washington. Or l’artiste est aussi un prédateur sexuel : "Il est aujourd'hui accusé d'agression sexuelle envers des étudiantes en art et de jeunes modèles, raconte Frida Kahlo en riant. Le peintre et le modèle tous deux accusés d'agression sexuelle..."

Alors les Guerrilla Girls ont réalisé une nouvelle affiche : Trois manières de rédiger une notice biographique quand l'artiste est un prédateur sexuel. La version la plus complète devient : Il a été accusé d’abus sexuel envers les modèles et les élèves de grandes écoles d’art. Quelle ironie qu’il ait aussi peint le portrait officiel de Bill Clinton ! Le monde de l’art tolère les abus car il place l’art se place au-dessus de tout, comme si les règles ne s’appliquaient pas aux artistes mâles blancs "géniaux". C'EST FAUX ! La National Portrait Gallery a par la suite annulé une exposition de l’artiste.

Liaisons dangereuses

Depuis quelques jours, des affiches fleurissent dans les abribus de New York, révélant de nombreuses transactions financières entre le président du Conseil d'administration du Museum of Modern Art, le célèbre Moma, à New York, et le tristement célèbre financier Jeffrey Eppstein, retrouvé mort dans sa cellule voici quelques mois alors qu'il devait être jugé pour trafic sexuel de jeunes filles mineures. Les Guerrilla Girls s'indignent. Elles veulent mettre en lumière les liens entre l'art, les pédophiles et ceux qui les protègent : "Parce qu'il passait son temps avec des milliardaires, Jeffrey Eppstein, pédophile notoire, n'avait jamais été condamné auparavant. Or l'une des grandes fortunes qui le protégeaient est désormais à la tête du Moma. Nous exigeons des comptes." 

<br />
"<em>Avis au Museum of Modern Art sur les TRES gros donneurs TRES proches de Jeffrey Epstein : Le Moma devrait immédiatement exclure Leon Black & Glenn Dubin de leur Conseil d'administration, draper de noir les galeries Black & Dubin et placarder des explications</em>.<br />
<em>Les Guerrilla Girls proposent leur aide pour rédiger ces explications."</em>

"Avis au Museum of Modern Art sur les TRES gros donneurs TRES proches de Jeffrey Epstein : Le Moma devrait immédiatement exclure Leon Black & Glenn Dubin de leur Conseil d'administration, draper de noir les galeries Black & Dubin et placarder des explications.
Les Guerrilla Girls proposent leur aide pour rédiger ces explications."
©GuerrillaGirls

Rien d'étonnant, finalement, à ce que, jusqu'à aujourd'hui, aucun homme ne se soit jamais caché derrière le masque de gorille. Les Guerrilla Girls, pourtant, ne sont pas contre et Frida Kahlo assure ne pratiquer aucune discrimination : "Depuis toujours, nous avons des membres cisgenres et transgenres." Mais envers les motivations des hommes, elle est sans concession : "Il n'y a pas beaucoup d'hommes qui sont prêts à travailler gratuitement et anonymement, mais si nous en trouvons un, nous examinerons sa candidature, bien sûr !"

Quand s'arrêteront-elles ? Frida Kahlo n'a pas l'intention de raccrocher le masque : "Cent ans de féminisme ne suffiront jamais à effacer des millénaires de patriarcat. Une vie n'y suffira pasEt puis, ajoute-t-elle, il faut rester vigilantes. Toujours." Le Voting Rights Act  au milieu des années 1960, n'a pas mis un point final aux problèmes des noirs aux Etats-Unis... C'est pourquoi elle encourage tout le monde à engager sa propre action, aussi farfelue soit-elle car, elle en est convaincue, "le monde ne serait pas le même s'il y avait davantage de groupes féministes organisés."