Lutter contre l'excision

Au moins 200 millions de filles et de femmes dans le monde, selon les Nations unies, vivraient avec une mutilation génitale et les nombreuses complications médicales qui l'accompagnent. Un chiffre qui pourrait plus que doubler d'ici à 2050 si la situation ne s'améliore pas. Si cette pratique semble en baisse, selon l’Unicef, ce sont tout de même 15 millions de jeunes filles supplémentaires qui devraient subir une excision dans les années à venir. En France, on estime à environ 125000 le nombre de femmes adultes ayant subi une MGF au milieu des années 2010. Choisie en 2003 par le Comité Interafricain, la date du 6 février est la journée internationale de lutte contre l’excision, mutilation génitale féminine pratiquée dans 29 pays du monde. Depuis, de nombreuses campagnes de sensibilisation alertent les jeunes filles sur ce phénomène culturel. 

Au moins 66 000 femmes vivant au Royaume-Unis sont excisées.
Au Royaume-Uni, un rapport pour renforcer la lutte contre les mutilations sexuelles féminines a été remis lundi 4 novembre à la...
Une affiche de l'Unicef pour lutter contre l'excision en Côte d'Ivoire photo AFP Kambou Sia
Durant trois jours, du 22 au 24 octobre, la capitale italienne accueille une nouvelle conférence internationale sur les...
La prévalence des mutilations génitales féminines dans les 29 pays étudiées par l'UNICEF. Cliquez sur l'image pour l'agrandir.
Dans une quinzaine de pays d'Afrique et du Moyen-Orient, les mutilations génitales féminines sont en déclin. C'est l'Unicef qui...
L'Assemblée générale de l'ONU a adopté lundi 26 novembre 2012 sa première résolution dénonçant les mutilations génitales...
Sister Fa au festival de films de Femmes Elles tournent à Bruxelles le 21 septembre 2012.
Au Sénégal, le hip hop peut servir à faire tomber un président de la République. Mais pas seulement. La rappeuse Sister Fa a...
C’est inédit en Côte d’Ivoire. A Katiola, dans le nord du pays, le 18 juillet 2012, neuf femmes ont été condamnées à un an de prison et à 50 000 FCFA (75 euros) d’amende pour avoir excisé une trentaine de fillettes. En raison de leur âge (de 46 à 91 ans), elles ne seront pas incarcérées. Mais pour celles et ceux qui militent contre cette pratique ancestrale, cela reste une belle victoire. Réaction à Abidjan d’Aminata Traoré, victime de l’excision et auteure du Couteau brûlant (à paraître à Frat Mat Editions). 
Le couple d'origine guinéenne qui comparaissait devant la justice française pour l'excision de leurs quatre filles, ont été...
Instaurée par les Nations Unies, c'est journée de lutte contre les mutilations génitales féminines, lundi 6 février 2012. 100 à...

Pages