JO 2024 : Vahine Fierro, la surfeuse qui veut en finir avec le mythe de la Tahitienne

Vahine Fierro est la première surfeuse française à s'imposer au Tahiti Pro. Un "rêve de gosse" réalisé en domptant la terrible vague de Teahupo'o. La jeune femme de 24 ans fait désormais figure de favorite pour les Jeux olympiques 2024.

Image
vahine fierro

3 octobre 2018, WCT féminin, Hossegor, France

Flickr
Partager5 minutes de lecture

Venue de la petite île de Huahine, dans l’archipel des Îles-sous-le-Vent, en Polynésie française, Vahine Fierro tutoie désormais les meilleures surfeuses du monde. Elle disputera les JO-2024 sur la vague de Teahupoo, qu’elle surfe presque tous les jours. 

Tweet URL

Première Française vainqueure du Tahiti Pro

Le 29 mai 2024, l'enfant de Huahine est devenue, à 24 ans,  la première française de l'histoire à remporter le Tahiti Pro sur cette redoutable Teahupo'o qu'elle connaît si bien, à deux mois des JO, qui se dérouleront du 27 juillet au 5 août 2024, où elle fait office de favorite. Etape phare du circuit pro, le Tahiti Pro se déroule tous les ans à Teahupo'o depuis 1997. Le spot est admiré et craint du monde entier pour ses tubes imposants et translucides qui s'écrasent avec violence sur un récif peu profond. Invoquant la dangerosité du spot, les organisateurs de la World Surf League (WSL) n'y ont pas tenu de compétition féminine entre 2006 à 2021. Et depuis 2022, les jours les moins engagés sont le plus souvent utilisés pour les séries féminines. Pas le 29 mai 2024.

Invitée par les organisateurs de la compétition, la surfeuse s'est imposée en finale face à la Costaricienne Brisa Hennessy après un parcours magistral. "C'est fou. Il y avait énormément d'énergie dans la vague et des grosses séries. Je n'ai pas les mots", a-t-elle lancé, en larmes, après sa victoire, avant de remercier un autre représentant tricolore aux JO, Kauli Vaast, présent à l'eau pour l'encourager.

Vahine m'a tellement poussée, elle a si bien surfé. Weston-Webb

Depuis trois ans qu'elle parcourt le monde à l'occasion des Challenger Series (l'équivalent de la 2e division), elle a parfaitement utilisé sa connaissance des vagues de Teahupo'o pour vaincre trois surfeuses expérimentées de l'élite mondiale. "Il n’y a que quatre ou cinq filles à l’aise à Teahupoo quand c’est gros, et Vahine Fierro en fait partie", estime l’un des surfeurs tahitiens les plus réputés, Raimana Van Bastolaer.

Pour signer cet exploit, elle a du faire face à l'Australienne Molly Picklum, actuelle N.3 mondiale, puis à la Brésilienne Tatiana Weston-Webb (N.7) lors d'une demi-finale d'anthologie où les deux jeunes femmes ont enchaîné les tubes dans des rouleaux mesurant plus de 3 mètres. La Brésilienne n'a pu que saluer la Tahitienne et se réjouir pour l'avenir du surf féminin à Teahupo'o. "Vahine m'a tellement poussée, elle a si bien surfé", a reconnu Weston-Webb, 28 ans, très à l'aise dans les grosses vagues. "J'ai voulu aller au bout pour les surfeuses, pour montrer qu'elle peuvent aussi briller ici. Le spectacle a été dingue. Je suis aussi excitée que si j'avais gagné", a ajouté Weston-Webb. 

C'est dans ces conditions-là qu'on va se pousser les unes les autres, qu'on va tomber, réessayer et montrer qu'on est capable de surfer ici. Vahine Fierro

"On voulait toutes surfer aujourd'hui et la WSL a écouté, j'en suis très heureuse. C'est dans ces conditions-là qu'on va se pousser les unes les autres, qu'on va tomber, réessayer et montrer qu'on est capable de surfer ici", s'est réjouie Vahine Fierro.

"Dans son jardin"

En finale, et alors que les vagues continuaient de grossir, la Tahitienne pris sans trembler la mesure de Brisa Hennessy grâce à deux vagues notées 8.50 et 6.67 par les juges, contre deux évaluations à 7 et 5 pour son adversaire. "Elle connait cette vague par coeur, c'est son jardin. Elle fait tout simplement partie des meilleures sur ce spot", confiait avant l'événement le manager de l'équipe de France Jérémy Florès, seul Français à s'être jamais imposé à Teahupo'o en 2015.

On est capable de surfer Teahupo'o. Toutes les filles se sont poussées et il y en a pas une qui n'a pas essayé. C'est tellement positif pour le surf féminin. Vahiné Fierro

En 2023, à 23 ans, la jeune femme éclabousse de son talent l'épreuve annuelle du circuit pro sur la Teahupoo. Dans des conditions engagés, elle vient à bout de l'Hawaïenne Carissa Moore, cinq fois championne du monde, avant de s'octroyer la 3e place de l'événement. Pour Jérémy Florès, entraîneur de l'équipe de France de surf, "beaucoup ont peur de se lancer alors qu’elle y va la tête en bas, il faut en avoir une sacrée paire pour faire ça : elle a ce côté guerrier". Et son lien avec la vague tahitienne n’est pas seulement sportif mais remonte à ses racines. "Elle connaît les vieilles histoires de Teahupoo, il y a un côté 'énergie', spirituel", assure Florès.

Tweet URL

Entretien avec Vahine Fierro

Quel est votre état d'esprit juste après votre victoire historique, sur ce spot que vous surfez depuis l'adolescence ?

Vahine Fierro : J'ai mal partout, je n'arrive plus à parler, je suis fatiguée ! J'ai pris les plus belles vagues de ma vie, comme les plus belles gamelles pendant cette compétition. C'était vraiment intense, mais j'avais cette énergie qui me poussait. Teahupo'o me donnait les vagues qu'il fallait et dans le lagon il y avait mes amis, ma famille, les fans tahitiens. Je suis peut-être la première, mais c'est grâce à tout le monde que j'en suis arrivée là.

A l'eau, Jérémy Florès, manager de l'équipe de France de surf olympique, et Kauli Vaast, qui représentera les Bleus et Tahiti aux JO comme vous, ont passé leur temps à vous parler. Cela vous a aidé ?

"Cela faisait un moment que je n'avais pas gagné de compétition. C'était un rêve de gosse de gagner à Teahupo'o, chez moi. Avec Jérémy et Kauli, on a fait des heures et des heures d'entrainements ces six derniers mois et j'ai perdu toutes mes séries contre Kauli. Il y est pour beaucoup dans cette victoire, car c'est quelqu'un qui me pousse, qui m'aide, qui me guide. Le surf est un sport individuel, mais il y a un vrai esprit de groupe dans cette équipe de France.

La journée a été marquée par votre confrontation en demi-finale face à la Brésilienne Weston-Webb qui a signé une vague parfaite, vous passant devant à seulement deux minutes de la fin de la série. Comment vous êtes vous remobilisée ?

J'avais chuté quatre fois dans le lagon, j'avais cassé ma planche, mais je suis revenu au pic. Je l'ai vue prendre sa vague notée 10 par les juges juste devant moi et il me restait juste le temps d'en prendre une. J'y croyais encore... Teahupo'o m'a donné la vague, il m'a suffit de faire confiance à l'océan.

Cette compétition dans de grosses conditions a montré que les femmes, barrées du Tahiti Pro par les organisateurs entre 2007 et 2021 pour des raisons de sécurité, avaient toute leur place ici ?

"On voulait toutes surfer aujourd'hui et la World Surf League a écouté, j'en suis très heureuse. C'est dans ces conditions-là qu'on va se pousser les unes les autres, qu'on va tomber, réessayer et montrer qu'on est capable de surfer Teahupo'o. Toutes les filles se sont poussées et il y en a pas une qui n'a pas essayé, qui n'a pas bouffé de l'eau. C'est tellement positif pour le surf féminin"

Vous êtes désormais favorite aux JO de Paris dans (27 juillet au 5 août à Teahupo'o), que reste-t-il à préparer pour être au rendez-vous ?

R: "Les Jeux sont déjà là, on s'y prépare tous les jours avec Jérémy, Kauli, Johanne Defay et Joan Duru (les deux autres français qualifiés pour les Jeux). Cette compétition c'était un entraînement pour nous. J'ai gagné aujourd'hui, mais je pourrais avoir des conditions plus petites ou plus grosses cet été. Il va falloir continuer à s'entraîner avec l'équipe pour être la meilleure, peu importe les conditions".

Racines tahitiennes

Vahine Fierro naît quelques jours avant l’an 2000, à Raiatea, et grandit sur l’île voisine, Huahine. Quelques semaines après sa naissance, elle observe déjà son père sur les vagues, depuis le petit bateau familial. Andrew Fierro est un surfeur américain aguerri. Il a d’ailleurs rencontré son épouse, Fanny, une institutrice de Huahine, lors d’un surf trip en Polynésie.

La petite Vahine apprend très tôt à nager et veut prendre ses premières vagues dès l'âge de cinq ans, sur un bodyboard. "Elle a carrément kiffé dès le début, elle avait son petit gilet, elle mettait sa main sur ma tête", se souvient son père, qui fabrique des dizaines de planches de surf pour ses filles : Vahine, puis ses petites soeurs Heimiti et Kohai.

On a basé notre éducation sur un principe : terminer les choses commencées. Fanny Fierro

Toute la famille surfe chaque jour après l’école. Et, dès l’âge de huit ans, sans ses parents qui n’ont pas les moyens de l’accompagner, Vahine part disputer une compétition en Nouvelle-Zélande. Puis décide à 15 ans de vivre en internat sur l’île de Tahiti, car le lycée de Papara propose une section surf. Elle découvre ensuite Teahupoo, qu'elle apprendra notamment à surfer dans des grosses conditions grâce au surf tracté par un jet-ski (tow-in).

Tweet URL

Des hauts et des bas

A 18 ans, Vahine Fierro devient championne du monde junior. Mais son grand drame, c'est d'avoir échoué à plusieurs reprises aux portes du WCT, le tour mondial qui rassemble les 17 meilleures surfeuses de la planète. "L’an dernier, elle l’a manqué de quatre places, les deux années précédentes elle était à une place de passer", regrette son père. Une seule série mal négociée en compétition sonne le glas d’une année d’espoirs. "Le surf, c’est un 'roller coaster', il y a toujours des hauts et des bas", dit Andrew. 

Vahine est très prévoyante, posée, limite maniaque, très préparée", observe le coach olympique Hira Teriinatoofa

La surfeuse s’accroche alors à ses proches, mais aussi à son éducation chrétienne, selon sa mère : "la foi joue dans sa personnalité et on a basé notre éducation sur un principe : terminer les choses commencées". Ses proches lui reconnaissent une seule faiblesse, son manque de confiance en elle. "Ce qu’elle pourrait corriger, c’est d’être plus agressive dans l’eau, d’être moins gentille avec les autres", analyse sa soeur Heimiti, qui juge toutefois qu’elle a progressé sur ce plan.

Et, dans les périodes de doute, la jeune femme se rassure avec une organisation sans faille. "Vahine est très prévoyante, posée, limite maniaque, très préparée", observe le coach olympique Hira Teriinatoofa, également tahitien. "Elle est très structurée, très organisée et 'healthy' : c’est une machine au niveau nutrition", ajoute Jérémy Florès, qui est aussi l’un de ses meilleurs amis.

Les femmes polynésiennes veulent en finir avec le mythe de la vahiné, cliché diffusé par les premiers colons. Mais si Vahine Fierro conquiert une médaille d’or sur la mythique vague tahitienne, elle fera de son prénom une légende, bien au-delà de Huahine.

(Re)lire dans Terriennes : 

Justine Dupont, championne de surf, veut "rendre à l'océan ce qu'il donne"

Championnes de surf : dompter la vague pour s'émanciper

Au Sénégal, la surfeuse Khadjou Sambe défie les vagues du sexisme

Fatima Zahra Berrada, figure de proue du surf féminin au Maroc, veut faire naître des vocations

Sois belle et surfe ! Quand les sponsors sélectionnent leurs élues