Terriennes

Lausanne s'attaque au harcèlement de rue avec un très sérieux musée pour rire

Chargement du lecteur...
L' humoriste suisse Yann Marquet raconte à TV5MONDE la genèse de cette idée originale : un musée du harcèlement. Durée : 1'46 (c) TV5MONDE

À Lausanne, une campagne de sensibilisation au harcèlement de rue a beaucoup amusé les internautes : un humoriste mettait en scène, en vidéo, un "musée du harcèlement de rue" fictif où des visiteurs découvrent, ébahis, cette pratique comme si elle appartenait à une autre âge. Le film est devenu viral bien au delà de la Suisse. 

dans

"Le comportement primitif du harcèlement peut prendre diverses formes" : voilà comment commence la vidéo de sensibilisation au harcèlement de rue mandatée par la commune de Lausanne, en Suisse romande. À l'origine du projet, un humoriste helvète, Yann Marguet. L'idée est simple : mettre en scène un musée où serait exposé le harcèlement de rue, sous toutes ses formes.

De la main aux fesses aux insultes en passant par les commentaires Facebook anonymes, tout y est brocardé. Le but est de montrer aux "visteurs" le harcèlement, cette pratique contemporaine, comme appartenant au passé ; et d'encourager celles et ceux qui peuvent être témoins de ces scènes à intervenir.

Tout se passe comme si le musée allait vraiment ouvrir.
Yann Marguet, humoriste

Interrogé par TV5MONDE, Yann Marguet raconte le cheminement qui a conduit à cette idée que chacun.e espère efficace pour en finit avec ce fléau : "Dans cette vidéo on a essayé de prendre les gens par la finesse. Nous nous sommes dit que plus de gens seraient concernés. Il s'agissait d'exploiter le regard, comme dans le harcèlement lui-même. Qu'est ce qui est plus emblématique d'un musée que la Joconde ? Alors on a décidé de faire le 'jocond'. Et on veut faire penser que tout se passe comme si le musée allait vraiment ouvrir."

En plus de cette vidéo, des affiches ont été placardées dans la ville, annonçant l'ouverture "au plus vite" de ce musée :

© Commune de Lausanne

La ville de Lausanne proposera des actions concrètes en 2018 pour lutter contre le harcèlement comme des formations aux policiers, aux agents de securité, aux personnels des bars et des transports publics entre autres. En attendant, elle a déjà mis en place un site internet MdHR.ch pour dispenser des conseils aux témoins et aux victimes de harcèlement.