L'avocate iranienne Nasrin Sotoudeh interpellée

Nasrin Sotoudeh a été arrêtée après avoir assisté à l'enterrement d'une jeune lycéenne morte à Téhéran. L'avocate iranienne et défenseure des droits humains a été violemment battue lors de son interpellation, rapporte son mari. 

Image
Nasrin Sotoudeh de nouveau arrêtée

Nasrin Sotoudeh, 60 ans, de nouveau arrêtée par la police iranienne pour "non port du voile", lors des funérailles d'une jeune femme, morte dans le métro.

Capture d ecran/ facebook
Partager1 minute de lecture

«Mon épouse a été arrêtée lors des funérailles d'Armita Garawand avec de nombreux autres participants», a indiqué Reza Khandan, ajoutant que Nasrin Sotoudeh avait été «violemment battue».

La jeune lycéenne âgée de 17 ans, originaire d'une région kurde, a été enterrée dans un cimetière du sud de Téhéran au lendemain de son décès dans un hôpital après environ un mois de coma à la suite d'un malaise dans le métro.

L'agence locale Fars a annoncé que l'avocate Nasrin Sotoudeh avait «été arrêtée et remise à l'autorité judiciaire» pour «ne pas avoir porté le voile» et «perturbé la sécurité mentale de la société».

Tweet URL

L’avocate déjà condamnée en 2019 «pour avoir encouragé la corruption et la débauche»

Âgée de 60 ans et lauréate en 2012 du prix Sakharov du Parlement européen qui récompense des défenseurs des droits humains et du prix Nobel alternatif en 2020, Nasrin Sotoudeh a été arrêtée à plusieurs reprises ces dernières années.

Tweet URL

Elle avait été incarcérée en 2018 après avoir défendu une femme arrêtée pour avoir manifesté contre l'obligation du voile en Iran. En 2019, elle a été condamnée à 12 ans de prison «pour avoir encouragé la corruption et la débauche». Depuis la Révolution islamique de 1979, le port du voile est obligatoire pour les femmes, qui doivent dissimuler les cheveux dans les lieux publics.

Tweet URL

Une lycéenne morte dans des circonstances suspectes

Les circonstances du malaise d'Armita Garawand sont controversées. Les autorités ont affirmé que l'adolescente avait été victime d'une «chute de tension» et ont nié toute «altercation verbale ou physique» entre elle «et des passagers ou des cadres du métro».

Mais, selon des ONG, la lycéenne a été grièvement blessée lors d'une «agression» de la part de membres de la police des mœurs, chargés de faire appliquer l'obligation pour les femmes de porter le voile en public.

Tweet URL

Lire aussi dans Terriennes :