L'avortement légalisé partout au Mexique

Voilà, enfin, une bonne nouvelle pour la défense du droit à l'avortement, plutôt malmené ces derniers temps aux Etats-Unis et en Europe. Allant dans le sens d'autres pays d'Amérique latine, mais à contre courant de son voisin américain, le Mexique dépénalise l'avortement sur l'ensemble de son territoire.

Image
L'IVG décriminalisé au Mexique

« L'avortement légal maintenant » sur une porte devant l'ambassade des États-Unis lors d'une manifestation à Mexico, le mercredi 29 juin 2022. 

©AP Photo/Fernando Llano
Partager2 minutes de lecture

L'avortement était déjà dépénalisé dans une douzaine des 32 états qui composent le Mexique. Désormais, le recours à l'avortement sera possible et légal sur l'ensemble du territoire mexicain. Ainsi en a décidé la Cour suprême mexicaine jugeant inconstitutionnel "le délit d'avortement dans le Code pénal fédéral" parce qu'il est "contraire au droit à décider des femmes et des personnes en capacité de gestation".

La criminalisation de l'avortement constitue un acte de violence et de discrimination pour raison de genre. Communiqué Cour suprême mexicaine

"La criminalisation de l'avortement constitue un acte de violence et de discrimination pour raison de genre", lit-on encore dans le communiqué par la Cour suprême.

"Toutes les femmes et les personnes en capacité de gestation pourront avoir accès à des avortements dans les institutions fédérales de santé", s'est félicité le Groupe d'information sur la reproduction choisie (Gire), qui avait saisi la Cour suprême.

Il y a tout juste deux ans, le 7 septembre 2021, la même Cour suprême avait commencé à dépénaliser l'avortement, estimant que "l'on ne pourra pas poursuivre une femme qui avorte". La Cour invalidait l'article du Code pénal du Coahuila (l'un des 32 états de la Fédération) prévoyant une peine de prison pour les femmes avortant volontairement.

L'IVG dépénalisé au Mexique

Une femme brandit une pancarte avec un message en espagnol : "Je décide" alors qu'elle se joint à une marche pour des avortements légaux, gratuits et sûrs pour toutes les femmes, à Mexico, le 28 septembre 2022. La Cour suprême du Mexique, le mercredi 6 septembre 2023, a décriminalisé l’avortement à l’échelle nationale.

©Photo AP/Marco Ugarte

Mexico la pionnière

En 2007, la capitale Mexico avait été la première juridiction du Mexique et d'Amérique latine à autoriser l'avortement.

Le Mexique, près de 130 millions d'habitants, est un pays catholique à 80%. La séparation de l'église et de l'Etat a été proclamée dès la Réforme de 1857.

Tweet URL

Le 24 juin 2022, la Cour suprême des Etats-Unis a annulé son arrêt Roe v. Wade qui garantissait depuis 1973 le droit constitutionnel des Américaines à avorter, et a rendu à chaque Etat sa liberté de légiférer en la matière. Depuis, le pays est fracturé entre la vingtaine d'Etats ayant interdit ou strictement restreint l'accès à l'avortement, principalement situés dans le sud et le centre du pays, et ceux des côtes qui ont adopté de nouvelles garanties.

Avec ces changements, des femmes américaines vivant au Texas se rendent parfois à Monterrey (nord du Mexique) pour avorter. Des réseaux mexicains livrent également des kits de médicaments abortifs de l’autre côté de la frontière.

Tweet URL

L'IVG : entre interdiction et légalisation en Amérique latine

En Amérique latine, l'avortement est légal en Argentine, en Colombie, à Cuba et en Uruguay. 

L'interruption volontaire de grossesse est illégale au Chili, sauf en cas de risque pour la santé de la mère, de viol, ou de malformation du foetus. L'avortement est totalement interdit au Venezuela, au Salvador, au Honduras, au Nicaragua, en Haiti et en République dominicaine. En Argentine, le candidat libéral d'ultra-droite à l'élection présidentielle d'octobre prochain Javier Milei envisage de revenir sur la loi sur l'avortement.

Lire aussi dans Terriennes :