Terriennes

Le clitoris a sa capitale, et elle se trouve en Suisse !

Le dimanche 22 mai 2022, la cité horlogère de La Chaux-de-Fonds en Suisse s'autoproclame capitale "intersidérale" du clitoris, un évènement culturel qui, sans se prendre au sérieux, entend briser le tabou autour de l'organe sexuel féminin.  
Le dimanche 22 mai 2022, la cité horlogère de La Chaux-de-Fonds en Suisse s'autoproclame capitale "intersidérale" du clitoris, un évènement culturel qui, sans se prendre au sérieux, entend briser le tabou autour de l'organe sexuel féminin.  
©Racines graphiques 2022

En marge de la Journée mondiale du clitoris, le 22 mai, direction la Suisse, à la Chaux-de-Fonds, auto-proclamée capitale du clitoris. Cet évènement, surtout festif au départ, revêt une ampleur symbolique à l'heure où la sexualité féminine reste encore un sujet tabou. 

Le clitoris dans tous ses états et surtout en grande vedette interplanétaire ! Voilà l'idée qui a germé dans l'esprit de Virginie Rochat, professeure de Qi Gong, et militante associative à la Chaux-de-Fonds. Et pourquoi même ne pas profiter du 22 mai, Journée internationale du clitoris (journée lancée il y a trois ans par un collectif féministe devant le Parlement européen à Bruxelles, ndlr), pour faire de sa ville, la capitale intersidérale du clitoris ? 

"C'est parti plutôt comme une blague, il y a deux ans, je voulais faire un festival de Qi Gong avec des amies, j'ai créé un événement Facebook en janvier pour nous faire un peu de pub. Mais les choses ont vite pris de l'ampleur…", confie-t-elle. 
"98,6° farniente", oeuvre en 3D de Christine Dubois, exposée dans une vitrine de La Chaux-de-Fonds, en Suisse. 
"98,6° farniente", oeuvre en 3D de Christine Dubois, exposée dans une vitrine de La Chaux-de-Fonds, en Suisse. 
©Virginie Rochat
Cet évènement doit surtout permettre d’ouvrir plus largement le débat sur la sexualité, en particulier celle des femmes : "On n’en parle bien trop peu dans notre société. Pourtant, tous les prétextes sont bons pour le faire". 

Selon un rapport du Haut Conseil de l’Egalité française parue en 2016, 1 fille de 14 ans sur 4 ne connaissait pas l’existence du clitoris… 
 
(Re)lire dans Terriennes ►"Mon nom est clitoris" : quête du plaisir et sexualité féminine à coeur ouvert

Le clitoris tout en relief

La Suisse, et ses militant-e-s et artistes féministes depuis longtemps déjà cherchent à mettre en lumière et en relief l'organe sexuel féminin. Les clitoris se montrent et se voient lors d'évènements à l'occasion du 8 mars ou bien tout simplement en s'installant en plein centre d'un rond point comme devant la gâre de Neuchâtel.

Si la statue géante créée par l'artiste genevois Mathias Pfund avait su attirer les régards, elle avait aussi suscité la polémique lors de son installation pendant un mois, de septembre à octobre 2017.
 
TOUTES ET TOUS À LA CHAUX-DE-FONDS !
 

Terriennes : La Chaux-de-Fonds capitale intersidérale du clitoris, ça sonne un peu comme une blague, d’où vous est venue cette idée ? 

Virginie Rochat : C’était un peu un gag au départ ! J'ai créé un évènement sur Facebook, il fallait trouver un nom alors j’ai mis la Chaux-de-Fonds capitale intersidérale du clitoris ! C’était un peu comme un clin d’oeil, comme il y a un projet pour que la ville devienne la capitale culturelle suisse en 2025. L’idée m’est venue il y a deux ans mais avec la crise du covid, cela a dû être reporté, mais cette fois c’est la bonne ! 

Terriennes : Vous avez eu l’impression d’être prise au sérieux ou pas vraiment ? 

Virginie Rochat : Je me suis pas vraiment inquiétée de ça, en parlant avec les gens, il y a des évènements qui se sont ajoutés au programme, cela a grandi au fil du temps, à la Chaux-de-Fonds, il y a tout un réseau associatif.  Au départ je n’ai même pas pensé à une graphiste, et c’est lors d’une rencontre avec des amis qu'une graphiste, Johanna Castellanos​, s’est proposée de faire le visuel de l’évènement. 

Terriennes : Quelles réactions cela a provoqué ? 

Virginie Rochat : En majorité, j’ai eu beaucoup de réactions positives, notamment sur les réseaux sociaux. Bon, il y a eu aussi des personnes qui semblaient plus « fâchées ». Leurs raisons ne sont pas très claires... Cela fait un moment maintenant que l’on a mis à jour l’anatomie du clitoris, et dans mon idée, l’objectif  n’était pas une occasion de plus de recommencer les mêmes actions militantes, comme en Suisse il y a la démocratie directe, il y a beaucoup de moments où l’on fait signer des référendums, des initiatives aux gens, ce n’était pas du tout mon idée. Mon idée c’était vraiment de faire un évènement culturel.

Helen O'Connell, urologue australienne, qui a permis en 1998 de redessiner le clitoris dans sa totalité. 
Helen O'Connell, urologue australienne, qui a permis en 1998 de redessiner le clitoris dans sa totalité. 
©wikipedia

Ce que je trouve intéressant, c’est le côté éducation sexuelle. Cette contradiction entre une science qui se veut très scientifique et très objective et le clitoris qui apparait, disparait, réapparait des planches anatomiques, comme ça ! Cette scientifique qui a sorti toute l’anatomie du clitoris en 1998, (Helen O’Conell, urologue australienne, ndlr) finalement moi je m’en rappelle parce que je m’intéresse à ces sujets-là depuis longtemps, mais en 2017 je me rends compte que l’information avait échappée à presque tout le monde en fait ! On a un peu pensé qu’il suffisait de mettre l’info dans quelques médias féminins, et que hop ça allait rester dans les mémoires, mais en fait pas du tout. 

Terriennes : Comment expliquer ces résistances ? 

Virginie Rochat : Il y a quand même du travail, la sexualité reste taboue moi je vis dans un environnement qui ne l’est pas trop, mais cela a faché des gens qui ont des convictions religieuses ou autres. Il y a un enfermement qui reste, il y a des vagues dans tous les sujets liés à la femme, comme à un moment la femme revient dans l’espace public, puis disparait puis revient. On vit tout de même dans une société paradoxale ou la pornographie est facilement accessible, mais parler de sexualité avec des personnes présentes dans la vie de tous les jours et faire autre chose que des blagues graveleuses ou de la fanfaronnade, ce n’est pas encore très courant.

Terriennes : qui va participer ? 

Virginie Rochat : Il y a cinq bistrots qui vont accueillir cet évènement, mais aussi des artistes qui ont créé des oeuvres spécifiquement pour cette date. Pour lancer on va faire une cérémonie d’ouverture pour accueillir des extraterrestres, mais aussi des concerts, de la poésie sonore, j’animerai pour ma part un atelier du Qi gong sur l’énergie sexuelle, il y aura aussi des conférences par exemple sur l’accouchement orgasmique, un cercle de femmes sur le plaisir féminin, un brunch clito avec des gateaux en forme de sexe féminin etc, etc ! 
 

"Super Clito, gardienne des clefs", création 3D de Christine Dubois.
"Super Clito, gardienne des clefs", création 3D de Christine Dubois.
©VR

Terriennes : Des femmes mais aussi des hommes ont pris rdv pour le 22 mai ? 

Virginie Rochat : Oui, il y aura un mélange assez équilibré, mais c’est vrai que les hommes se sont montrés assez enthousiastes à l’idée de participer ou d’assister à cet évènement !

Le programme de l'évènement à la Chaux-de-Fonds ici.

A lire aussi dans Terriennes :
"Mon nom est clitoris" : quête du plaisir et sexualité féminine à coeur ouvert
Jasmine Abdulcadir, réparatrice de clitoris
Clit-moi : une application pour connaître le clitoris sur le bout des doigts
Le clitoris correctement représenté dans un manuel scolaire. Enfin
Clitoris : tout ce que vous voulez savoir sans oser le demander