Le sexisme ne recule pas en France, au contraire

Le rapport du Haut conseil à l'égalité femmes-hommes dresse l'état des lieux du sexisme en France en 2023. Le constat est rude. Non seulement, le phénomène n'a pas diminué mais il progresse chez les jeunes adultes, véhiculé par les réseaux sociaux.

Image
Rapport sexisme en France 2023

Dans son rapport 2023 sur l'état du sexisme, le Haut Conseil à l'Egalité estime "urgent de s’attaquer aux 3 racines du sexisme : famille, école et numérique".

Partager3 minutes de lecture

Le sexisme perdure et ses manifestations les plus violentes s’aggravent. Tel est le constat alarmant du rapport annuel 2023 du HCE sur l’état du sexisme en France, qui s’appuie à la fois sur les derniers chiffres officiels et sur les résultats du baromètre réalisé par l’institut Viavoice auprès de 2500 personnes représentatives. 

Le sexisme, on ne sait pas toujours comment ça commence, mais on sait comment ça se termine… Rapport HCE

Cinq ans après #MeToo, le rapport dresse le constat d’une société française qui demeure très sexiste dans toutes ses sphères : les femmes restent inégalement traitées par rapport aux hommes, et elles restent victimes d’actes et propos sexistes dans des proportions importantes. De fait, le nombre et la gravité de ces actes augmentent, dans l’espace public, professionnel, privé, numérique…

Sylvie Pierre-Brossolette, présidente du HCE, remettra ce rapport à Emmanuel Macron, mercredi 25 janvier, Journée nationale contre le sexisme.

Tweet URL

Du sexisme ordinaire aux violences

L’opinion est paradoxale, constate le HCE : "Elle reconnaît et déplore l’existence du sexisme mais ne le rejette pas en pratique, majoritairement chez les hommes. La persistance du sexisme dit 'ordinaire' est d’autant plus préoccupante qu’elle peut conduire aux manifestations les plus violentes".

Neuf femmes sur dix déclarent avoir personnellement subi une situation sexiste. Parmi les hommes de 25 à 34 ans, près d’un quart estime qu’il faut parfois être violent pour se faire respecter, et tous âges confondus 40% trouvent normal que les femmes s’arrêtent de travailler pour s’occuper de leurs enfants. En ce qui concerne les femmes, 80% estiment être moins bien traitées que les hommes en raison de leur sexe et 37% disent avoir déjà subi des rapports sexuels non-consentis.

Du sexisme quotidien jusqu’à ses manifestations les plus violentes, il existe un continuum des violences, l’un faisant le lit des autres.Les derniers chiffres du ministère de l’Intérieur indiquent une augmentation de 21 % du nombre de victimes de violences conjugales entre 2020 et 2021.

En même temps, femmes et hommes estiment ensemble, à une écrasante majorité, que l’action des pouvoirs publics est insuffisante.

Tweet URL

Internet, vecteur numéro un de stéréotypes 

La famille, l'école et internet sont trois "incubateurs" du sexisme qui "perdure", voire s'aggrave notamment chez les jeunes hommes, selon le HCE, qui appelle à réguler les stéréotypes sur le web.

70% des femmes estiment ne pas avoir reçu le même traitement que leurs frères dans la vie de famille et 38% ont vécu une inégalité de traitement à l'école.

Le sexisme commence à la maison, continue à l'école et explose en ligne. Sylvie Pierre-Brossolette, présidente du HCE

"Le sexisme commence à la maison, continue à l'école et explose en ligne", analyse Sylvie Pierre-Brossolette. 

Tweet URL

#TradWife : les jeunes encore plus sexistes sur les réseaux

Contrairement à ce qu'on pourrait imaginer, les jeunes gens sont parfois plus sexistes que leurs aînés. Ainsi 28% des hommes de 25-34 ans pensent que "les hommes sont davantage faits pour être patrons", bien plus que les hommes d'autres classes d'âge (9% des 50-64 ans). 59% des 25-34 ans pensent qu'il n'est "plus possible de séduire une fille sans être vu comme sexiste" ou 52% qu'on "s'acharne sur les hommes".

Les réflexes masculinistes et comportements machistes s'ancrent en particulier chez les jeunes hommes adultes, pendant que l'assignation des femmes à la sphère domestique regagne du terrain. Rapport HCE sexisme 2023

"Plus l'engagement en faveur de femmes s'exprime dans le débat public, plus la résistance s'organise. Les réflexes masculinistes et comportements machistes s'ancrent en particulier chez les jeunes hommes adultes, pendant que l'assignation des femmes à la sphère domestique regagne du terrain", déplore le Haut Conseil.

Le HCE s'inquiète des tendances #TradWife (femme traditionnelle) et #StayAtHomeGirlfriend (copine au foyer) sur TikTok où des vidéos montrent le quotidien, dans des intérieurs impeccables, de jeunes femmes sans travail et sans enfant, dévouées à leur copain.

Tweet URL

 

Stéréotypes, sexisme et porno ordinaires

Seulement 3% des hommes interrogés ont reçu dans leur enfance des poupées et 4% des femmes des jouets voiture. "L’école reproduit ces schémas, avec des conséquences directes sur l’orientation : 74% des femmes n’ont jamais envisagé de carrière scientifiques ou techniques", regrette Sylvie Pierre-Brossolette. 

Les vidéos pornographiques diffusent des contenus misogynes d’une rare violence que deux tiers des hommes de 25-34 ans disent imiter dans leurs relations sexuelles. Sylvie Pierre-Brossolette

"Les vidéos pornographiques diffusent des contenus misogynes d’une rare violence que deux tiers des hommes de 25-34 ans disent imiter dans leurs relations sexuelles", déplore-t-elle.

Le HCE préconise de "réguler l'espace numérique". Il recommande de contraindre par la loi les plate-formes à auto-évaluer, sous l'égide de l'Arcom, le degré de stéréotypes et de sexisme de leurs contenus les plus vus, sur le modèle des chaînes de télévision. Une proposition qu'avaient acceptée en principe les patrons français de Meta et Google. 

Le HCE recommande aussi d'inciter juges et citoyens à s'approprier le délit du sexisme, qui existe dans les textes, mais qu'il recommande de simplifier.

25 janvier, journée nationale contre le sexisme

Plusieurs événements seront organisés par les féministes à l'occasion de la première journée nationale du sexisme : un "Sexisme TV show", parodie de chaîne télévisée du collectif Ensemble contre le sexisme notamment, ou un spot du HCE pour "faire du sexisme une histoire ancienne".

Tweet URL

Lire aussi dans Terriennes :