Le viol, arme de guerre

Une victime des viols de masse en RDC, dans la ville de Finzi, cachée pour ne pas subir, en plus du traumatisme de l'acte, la stigmatisation de la population...

Posséder le corps des femmes pour dominer un territoire, détruire le corps des femmes pour contrôler une population, l'histoire de l'humanité est rythmée de guerres, génocides, conflits, dans lesquels le viol a servi d'arme de destruction massive, une arme bon marché et terriblement efficace comme la décrit le Dr Denis Mukwege.

Deux réfugiés syriennes portent de l'eau, dans le camp de Zaatari, en Jordanie,  2013. (KHALIL MAZRAAWI / AFP)
Comme dans son livre sur le harem de Kadhafi, Annick Cojean n'épargne aucun détail au lecteur du quotidien français le Monde à...
Des Irakiennes devant une prison à Bagdad. Avant 2009, il existait qu'une seule prison pour femmes en Irak.  ©AFP
Trois ans après le retrait des troupes américaines, le dernier rapport de Human Rights Watch tire la sonnette d'alarme sur la...
Le Dr Mukwege au milieu des siens à Lemara, Sud Kivu - AFP
Le Dr Denis Mukwege a reçu, lundi 10 décembre, à Oslo, le Prix Nobel de la paix. Fin 2014, c'est le Parlement européen qui lui...
Kim Bok-Dong, ancienne femme de réconfort, exige des excuses officielles de la part de l'Etat japonais (photo : C.SARRET).
Après Genève en Suisse, la Coréenne Kim Bok-Dong était de passage à Paris. Cette ancienne femme de réconfort, réduite à...
Le 18 mai dernier, le maire d'Osaka, troisième plus grande ville du Japon, affirmait que les femmes de réconfort, autrement dit...
Le viol est une principales raisons qui pousse des femmes et des jeunes filles syriennes à fuir leur pays, plongé dans un conflit sanglant depuis bientôt 22 mois, selon l'organisation International Rescue Committee (IRC). Afp
Le viol est une principales raisons qui pousse des femmes et des jeunes filles syriennes à fuir leur pays, plongé dans un conflit...
Elle a consacré toute son œuvre au drame rwandais : Scholastique Mukasonga, rescapée tutsi du génocide, avait commencé à écrire pour ne pas oublier. Elle ne pensait pas que ses trois livres autobiographiques allaient être publiés, encore moins que son quatrième, un roman cette fois, allait être couronné du prix Renaudot. Notre-Dame du Nil raconte l'histoire d'un lycée de jeunes filles, construit à 2500 mètres d'altitude pour préserver l'élite féminine rwandaise du monde extérieur. Pourtant, il s'y joue à l'intérieur le même drame national que dans le reste du pays, et le statut de la femme, toute élite soit-elle, reste celui d'une citoyenne de seconde zone.
Grand reporter au journal Le Monde, Annick Cojean publie un livre-enquête aux éditions Grasset, au coeur du harem de l'ancien...

Pages