Les femmes et la Première guerre mondiale

Les femmes fabriquaient les munitions pour les soldats. On les appelait les munitionnettes.

Combattantes, secouristes, munitionnettes, les femmes agissaient sur tous les fronts durant la grande guerre de 1914 - 1918. "Obligées" de remplacer les hommes partis rejoindre les tranchées, elles gagneront aussi leur émancipation à l'occasion de ce conflit.

Suzanne Noël et Anna Coleman Ladd
Au lendemain de l'armistice, 15000 Français reviennent du front la "gueule cassée". Traumatisés, abandonnés par l’État, ces...
Maxine Bredt s’est rendue à la crête de Vimy dans le Pas-de-Calais avec d’autres anciens combattants parrainés par les Anciens Combattants Canada.<br />
 
Alors qu'en France, on commémore les 75 ans du Jour J sur les côtes normandes, retour sur le rôle des femmes pendant les grandes...
Entre 1914 et 1918, les contraintes de la Première Guerre mondiale font émerger une figure féminine plus indépendante, plus...
L'affiche du film "Les Suffragettes" de Sarah Gavron avec Carey Mulligan, Helena Bonham Carter, Meryl Streep
C’est un film réalisé par une femme, écrit par une autre, sur un combat décisif des femmes qui sort  cette semaine sur les écrans...
Germaine Sommier, entourée de son équipe médicale, sur les marches de l'escalier qui mènent au château de Vaux le Vicomte, transformé en hôpital, durant la Première guerre mondiale
A 50 kms au Sud de Paris, le château de Vaux le Vicomte, célèbre pour ses jardins à la française, rend hommage aux femmes qui ont...
Signataires de la déclaration des auteurs britanniques (New York Times, 18 septembre 1914, query.nytimes.com). La signature de May Sinclair se trouve dans la dernière colonne, à la troisième ligne. DR
L'écrivaine et journaliste May Sinclair occupe une place à part dans la cohorte des femmes qui s'engagèrent sur les terrains...
“La femme est prédestinée à ces fonctions si délicates de garde-malade… elle est l’infirmière-née, elle l’est sans le savoir. “ affirme alors le Directeur d'une école d'infirmières
L'armistice ne signa pas la fin de la guerre pour tout le monde. En France, trois millions d'hommes revinrent invalides. Près de 15 % des blessés de 14-18 l’étaient au visage. Pour ces soldats, qui allaient se surnommer les "gueules cassées",  un autre combat commençait. Après l'horreur des tranchées, ils durent affronter le supplice de la disgrâce. Personne ne voulait accueillir ces hommes aux visages ravagés. A leurs côtés, témoins de leurs immenses souffrances, des infirmières admirables que l'Histoire n'a pas forcément retenues.
Première et seconde guerres mondiale, Anne Morgan est toujours là, aux côtés des Français. Agence photographique de la Réunion des musées nationaux. http://www.photo.rmn.fr/
Des notes de musique pour célébrer un destin exceptionnel, tel est le but des "Elles du Jazz" estival (juillet), festival cent...
Bertha von Suttner en 1906, un an après son prix Nobel - Wikicommons
Elle est morte quelques semaines seulement avant l’assassinat du socialiste et pacifiste français, le 31 juillet 1914, événement...

Pages

  • 1