Terriennes

Les "sans pagEs" en action : 5000 femmes de plus en quatre ans sur Wikipédia francophone

Le projet des "sans pagEs" a démarré en 2016, porté par une Française habitant à Genève, Natacha Rault. Objectif : donner aux femmes la place qu'elles méritent sur Wikipédia. Le point sur cinq années d'action avec la fondatrice du collectif.

Elles étaient championnes de sport...

Peintres...

Criminelles devenues modèles...

Spécialiste de médecine légale...

Narcotraficantes, abbesses, ou encore docteures en médecine - il y a eu beaucoup de femmes médecins, au cours de l'histoire, qui se sont fait passer pour des hommes, notamment dans les armées napoléoniennes, pour dépasser les préjugés et exercer leur art...

Hier encore, ces femmes et beaucoup d'autres restaient invisibles sur Wikipédia. Et c'est encore le cas puisque, en octobre 2018, Wikipédia en français comptait 547 599 biographies d'hommes pour 94 021 de femmes. C'est pour combler cet écart entre les genres qu'en 2015, Natacha Rault crée le collectif les sans pagEs, qui aide et encadre les contributeurs, le plus souvent des contributrices, et qui s'attache à réduire ce que l'encyclopédie francophone en ligne nomme le "biais de genre". "Depuis le Moyen Âge et Christine de Pisan, on dit que les femmes ne font pas l’histoire, s'indigne-t-elle, mais ce n'est pas vrai, c’est juste que personne ne l’a écrit !"

Wikipédia par et pour les hommes ?

"Oui, Wikipédia est sexiste, parce qu’elle reflète la société," explique Natacha Rault. Exemple : en décembre 2019, pour prendre le pouls de la communauté Wikipédia francophone, elle initie un grand sondage sur l’écriture inclusive. La fondatrice des sans pagEs sait que le besoin et la demande existent : "Les sans pagEs ont accueilli environ 900 personnes au fil des ans, dont la plupart s’offusquaient, dès 2015, de ne pas pouvoir utiliser les titres et métiers féminisés ou le point médian," explique Natacha Rault. De fait, la page du sondage sera consultée 10 000 fois dès la première semaine, plus de 30 000 fois en tout. A la clôture du sondage, entre 60 % et 70 % des femmes avaient voté "pour" l'introduction de certaines règles d'écriture inclusive sur l'encyclopédie en ligne. Oui mais voilà, elles ne sont que 9 % à contribuer - 90 % des contributeurs sont des hommes et 1 % des personnes transgenres.

Au-delà de l'adoption, ou non, de l'écriture inclusive, souligne Natacha Rault, ce que ce sondage a révélé, c'est la virulence du dénigrement et des termes toxiques dans certaines réactions, "dans un langage parfois ordurier et inadmissible," déplore-t-elle.

Elle souligne aussi que tout le monde n'est pas contre un rééquilibrage des genres. "Oui, il y a de l’agressivité et des back-lashs. Je suis en butte à tous les noms d'oiseaux, comme tous ceux et celles qui veulent prendre leur place, mais ces réactions génèrent aussi beaucoup de soutien de la part de ceux et celles qui ne mesuraient pas l'importance du sexisme dans la société". La fondatrice des sans pagEs va plus loin encore : jamais sa démarche féministe n’a eu autant d’impact dans un milieu que dans celui des contributeurs à l'encyclopédie en ligne, dit-elle. Et la féminisation du contenu passe aussi par la féminisation des contributeur.trices. 

Où sont les contributrices ?

Sur près de 20 000 contributeurs actifs à l'encyclopédie en ligne francophone, seulement 10 % environ sont des femmes. Les nouvelles contributrices potentielles seraient rebutées par l'aspect technique de la mise en ligne, dit-on parfois. Natacha Rault n'est pas d'accord : "Le plus dur, ce sont les débats, l’argumentation, prendre sa place en tant que femme dans la communauté. Beaucoup ne se sentent pas légitimes et n’osent pas intervenir dans les espaces de décision". 

Si les femmes ne transmettent pas leur savoir, il sera perdu à jamais.
Natacha Rault

Les femmes craindraient le conflit, dit-on aussi, mais pour Natacha Rault, la principale raison pour lesquelles les femmes contribuent moins, c'est que c'est chronophage. "Comme les femmes doivent déjà compenser le fait qu'elles gagnent 20 % de moins et qu'elles portent une lourde charge mentale, leur marge de manoeuvre est réduite. Même les femmes retraitées sont occupées. Elles continuent à s’occuper de leur entourage, du conjoint qui tombe malade, des petits-enfants…"

Or il est essentiel que les femmes prennent ce temps pour s'inscrire dans l'histoire, insiste la fondatrice des sans pagEs. "Si elles ne transmettent pas leur savoir, de leur point de vue et avec leur sociabilisation différentes, il sera perdu à jamaisSi nous restons silencieuses, nous nous faisons violence à nous-mêmes, et rien ne change rien. Alors tant qu’à faire, 'meetooisons' !

Genèse d'un projet

Emilie Gourd
Emilie Gourd

En 2011 paraît dans le New York Times  un article sur le fossé des genres sur Wikipédia, la directrice de Wikimedia Foundation, Sue Gardner, lance des recherches et décide de financer des projets pour combler les lacunes.

A Genève, où vit Natacha Rault, la fondation Emilie Gourd, qui continue à financer la plus vieille revue féministe du monde, L’émiliE, mandate le service Egalité de l’université de Genève pour organiser une conférence sur le sujet.

Chargée de s’en occuper, Natacha Rault n'entend pas s'arrêter là et propose des ateliers d'encadrement à la contribution. "Je ne savais même pas contribuer, mais j’ai appris pour l'atelier", se souvient-elle.

Aujourd'hui, les ateliers des sans pagEs draînent surtout les débutantes, à qui  ils apportent un élément humain, relationnel, émotionnel, qui fait qu'elles resteront. Ils ont fait des émules au-delà des frontières suisses :

Entrer dans la danse

Avant de se lancer dans le rééquilibrage des genres sur l'encyclopédie francophone en ligne, Natacha Rault a examiné d'autres initiatives poursuivant la même cause, comme Art et féminisme, ou Women in red dans l'espace anglophone. Plusieurs projets cohabitaient ainsi, sans communiquer entre eux. Il fallait les regrouper pour que leurs voix portent. Avec les sans pagEs, c'est chose faite. Pas de ligne idéologique dure - du militantisme, peut-être, mais surtout pour le libre partage des connaissances. 

Chargée de projet au <a href="https://www.welc.ch/fr/" rel="nofollow">welcome center de l'université de Genève</a>, Natache Rault, alias <a href="https://fr.wikipedia.org/wiki/Utilisatrice:Nattes_%C3%A0_chat" rel="nofollow">Nattes à chat</a> sur Wikipédia, est la créatrice du projet francophone les sans pagEs, qui publie des biographies de femmes sur l'encyclopédie en ligne. 
Chargée de projet au welcome center de l'université de Genève, Natache Rault, alias Nattes à chat sur Wikipédia, est la créatrice du projet francophone les sans pagEs, qui publie des biographies de femmes sur l'encyclopédie en ligne. 
©lesculturelles.com

Féministe engagée, militante, Natacha Rault a pourtant pris le parti d'éviter l'étiquette "femme" ou "féministe" pour s'imposer dans une communauté composée à 90 % d’hommes. Dans cet environnement technique façonné et occupé par les hommes utilisant un jargon de développeur, les femmes ont parfois du mal à s’installer. "Nous avions besoin des hommes et de leur savoir technique. La communauté compte aussi des hommes féministes, qui nous ont beaucoup aidées."  

Cette distance voulue avec leur objectif a permis aux sans pagEs de toucher un large public : "Il y avait des contributeurs qui ne croyaient pas trop au harcèlement et à l’ambiance délétère. Et puis ils ont vu, et ils se sont deux fois plus retroussé les manches pour nous faciliter le travail. En ce moment, par exemple, Philippe Gambette s'emploie à féminiser Wikisources en encadrant
des ateliers Wikiautrices .
" Ce chercheur en littérature à l’université Paris-Est -Marne-la-Vallée souligne l'utilité du projet pour les enseignants aussi : "Ça permet notamment aux enseignants et aux chercheurs de diversifier leurs cours et leurs objets de recherche," expliquait-il à nos confrères du quotidien Le Monde.

Femmes d'Afrique

Le projet des sans pageEs est parti de Suisse, mais c’est un mouvement transversal qui concerne tout l’espace francophone. Ses ressources viennent de tous les pays francophones. "Sur Wikipédia, ce ne sont pas les règles de l’Académie française qui prévalent, mais celles de la communauté Wikipédia", revendique Natacha Rault. Une communauté qu'elle aimerait élargir à d'autres espaces francophones : "Un groupe démarre actuellement à Tunis. Mais c'est avec l'Afrique noire que se creuse le fossé avec les régions du monde où l’accès à Internet et les ressources sont moindres, et où les gens sont occupés à survivre."

C'est aujourd'hui le projet Noircir Wikipedia qui s'occupe des femmes d'Afrique sur Wikipédia francophone. Formées par les sans pagEs, les contributrices travaillent désormais de façon autonome. 

Ancienne présidente de Wikimedia Foundation, Florence Devouard continue à s'investir pour une meilleure inclusion de l'Afrique dans les projets du mouvement Wikimedia. Elle est notamment à l'origine du projet Wiki Loves Africa, un concours de photo destiné à attirer les contributeurs africains sur Wikimedia Commons.


 

Ecrire sur les femmes noires est une démarche difficile qui passe par la déconstruction de son propre privilège blanc.
Natacha Rault

Pas facile, explique Natacha Rault, d'écrire sur les femmes d'Afrique, "une démarche qui passe par la déconstruction de mon propre privilège blanc", explique-t-elle. Sans compter que les biographies de femmes africaines, comme celles de beaucoup de minorités, se heurtent à l’admissibilité des sources. Car pour être intégré sur Wikipédia francophone, une personne ou un sujet doit avoir fait l’objet de deux ans de médiatisation et de deux publications au minimum, nationale ou internationale (pas d'interview) Difficile quand il s'agit de femmes afrodescendantes, donc issues d'une culture orale, d'écrire un article suffisamment sourcé pour éviter le bandeau spécifiant qu'il n'en est qu'à l'état d'ébauche.
 

Femmes trans

Une autre difficulté complique l'intégration des femmes trans sur Wikipédia : le mégenrage. Sachant que la personne doit avoir fait l’objet de deux ans de médiatisation et de deux publications au minimum, beaucoup de trans sont classées hommes, alors qu’elles sont femmes, et ce pour respecter les sources et les règles d’admissibilité. "L'animatrice de télévision américaine Caitlyn Jenner a une entrée en tant que femme et une autre en tant qu'homme. Quand on voit le mal que ça fait aux personnes trans de voir leur passé étalé sur le net, ça fait très mal au cœur," explique Natacha Rault. La fondatrice du projet travaille aussi sur la bisexualité : "Les bi ont un taux de dépression et de suicide qui approche celui des trans. Mais en français, il n’y a rien sur ce sujet." 

Femmes d'autrefois

Plus l'on remonte dans le temps, plus le fossé se creuse entre les genres. Grâce aux sans pagEs, des religieuses, comme Wiborada, figurent désormais dans l'encyclopédie en ligne. Idem pour ces femmes qui se sont intronisées prêtres en Suisse, et qui auraient été excommuniées, si elles n'avaient eu leur communauté. Des articles thématiques, aussi, abordent des sujets de société liés à l'égalité des genres, comme l'Ordination des femmes dans l'Église catholique.
 

Le mur des Réformateurs à Genève : statues de <a href="https://fr.wikipedia.org/wiki/Guillaume_Farel" title="Guillaume Farel">Guillaume Farel</a>, <a href="https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Calvin" title="Jean Calvin">Jean Calvin</a>, <a href="https://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9odore_de_B%C3%A8ze" title="Théodore de Bèze">Théodore de Bèze</a> et <a href="https://fr.wikipedia.org/wiki/John_Knox" title="John Knox">John Knox</a>.
Le mur des Réformateurs à Genève : statues de Guillaume FarelJean CalvinThéodore de Bèze et John Knox.

En bonne Genevoise d'adoption, Natacha Raut s'est intéressée à Marie Dentière, une abbesse et théologienne du XVIe siècle qui voulait enseigner aux filles l’hébreu, le grec, le latin pour qu'elles puissent aller à l’université. Avec le théologien Jean Calvin, elle a joué un rôle clé dans la Réforme genevoise. "Elle a fait des livres de ses conversations avec Calvin. Mais elle lui tenait tête, alors elle a fini par être bannie - avec son mari qui avait 20 ans de moins - et son nom a été effacé des sources." C'est aussi pour cette raison que Marie Dentière ne figure pas aux côtés des grands sur le Mur des réformateurs, à Genève, mais dans un coin, au milieu des étrangers...

Narcotraficantes, déportées et sorcières...

Natacha Rault, qui en est à des dizaines de milliers de contributions, s'est intéressée aux criminelles, de Jacqueline Sauvage, meurtrière d'un mari violent, à la compagne de Pablo Escobar, Virginia Vallejo. Elle a aussi écrit sur les femmes pendant la Seconde Guerre mondiale - nazies ou persécutées - pour combler un "trou de contributions" qui existait pour les femmes durant cette période de l'histoire. "J'ai écrit avec beaucoup d'émotion l'article sur le convoi des 31 000, un convoi de femmes exclusivement, envoyé à Auschwitz. Elles sont entrées à Drancy en chantant la Marseillaise. L’une d’elle était l’écrivaine Charlotte Delbo." 

En allant conduire ses enfants à l’école, à Genève, Natacha Rault découvre un panneau évoquant Rosette Wolcjak, une jeune juive que ses parents avaient envoyée en Suisse pour la sauver. Le destin tragique qui l'attendait a inspiré la fondatrice des sans pagEs. "Retrouvée dans le foin avec un soldat français en cavale, elle est refoulée à la frontière pour mauvaise conduite et livrée à la gestapo.  Elle est morte à 15 ans à Auschwitz." 

Depuis, Natacha Rault travaille sur la chasse aux sorcières. Première étape de ce travail de réhabilitation de celles qui furent savantes, nullipares, vieilles ou simplement indépendantes : cartographier les sorcières brûlées ou exécutées pour étoffer les sources. "J’invite tout le monde à participer, à m’envoyer des sorcières et des documents extraits d'archives de procès. Je cherche notamment des sorcières lgbt, mais pour l’instant, je n’ai pas grand-chose...