Maryse Condé : mort d'une autrice à l'oeuvre humaniste et universelle

L'écrivaine guadeloupéenne Maryse Condé est décédée à l'âge de 90 ans. Grande dame de la littérature contemporaine francophone, elle laisse une oeuvre dense, engagée et humaniste.

Image
Maryse Condé

Maryse Condé, lors de l'émission "L'invité" sur le plateau de TV5monde en 2006. L'écrivaine est décédée la nuit du 1er au 2 avril 2024, dans le Var, à l'âge de 90 ans. 

©TV5monde
Partager3 minutes de lecture

"Moi, je commençais à détester ce mot "intégrer". Toute mon enfance, j'avais été intégrée sans l'avoir choisi, par la seule volonté de mes parents, aux valeurs françaises, aux valeurs occidentales. Il avait fallu ma découverte d'Aimé Césaire et de la négritude pour au moins connaître mon origine et prendre certaines distances avec mon héritage colonial. A présent, que voulait-on de moi ? Que j'adopte entièrement la culture de l'Afrique ?", écrit Maryse Condé dans La Vie sans fards (JC Lattès). 

Il s'agit d'abord et avant tout d'une femme aux prises avec les difficultés de la vie. Elle est confrontée à ce choix capital et toujours actuel : être mère ou exister pour soi seule. Maryse Condé

"La vie sans fards est peut-être le plus universel de mes livres. J'emploie ce mot universel à dessein, bien qu'il déplaise fortement à certains. En dépit du contexte très précis et des références locales, il ne s'agit pas seulement d'une Guadeloupéenne tentant de découvrir son identité en Afrique. Il s'agit d'abord et avant tout d'une femme aux prises avec les difficultés de la vie. Elle est confrontée à ce choix capital et toujours actuel : être mère ou exister pour soi seule", expliquait-elle.

"La vie sans fards"
©JC Lattes éditions

"Une femme m’avait dit un jour : 'Les gens comme nous n’écrivent pas.' Il y avait un problème, mais je ne savais pas ce que c’était : le fait d’être une femme ou la couleur ? C’était les deux à la fois", confiait Maryse Condé dans un entretien accordé en 2023 à nos consoeurs de @deferlanterevue

Tweet URL

Guadeloupéenne, pour toujours

Née Maryse Liliane Appoline Boucolon, en février 1937 à Pointe-à-Pitre en Guadeloupe, dans une famille qui l'a toujours poussée à lire et à étudier, elle rejoint l’Hexagone à 16 ans pour réaliser ses études d’hypokhâgne, puis d’anglais à la Sorbonne. "Elle découvre le Discours sur le colonialisme d'Aimé Césaire, et prend conscience de sa condition de 'colonisée'. Cette conscience ne l'a jamais quittée. A Paris, elle rencontre aussi le comédien guinéen Mamadou Condé, qu'elle épouse. Avec lui, elle part s’installer en Guinée, puis au Sénégal et au Ghana avec ses quatre enfants à la suite de son divorce", lit-on sur le site memoire.esclavage.org

Ce n'est qu'à l'âge de 42 ans, après douze années de vie et d'épreuves en Afrique, qu'elle se met à écrire. Son nouveau compagnon, Richard Philcox deviendra son traducteur. 

Maryse Condé a abordé dans une trentaine de livres l'Afrique, l'esclavage et les multiples identités noires. En 1976, elle publie Hérémakhonon, puis Ségou (1984-1985), un best-seller sur l'empire bambara au 19e siècle au Mali, qui évoque l'Afrique basculant dans la colonisation. Elle est aussi l'autrice de Desiderada. Moi, Tituba, sorcière… Noire de Salem ressuscite les Etats-Unis du 17ème siècle.

Ségou de Maryse Condé
©pocket

Après être retournée un temps sur son île natale, elle part aux Etats-Unis ; elle a vécu vingt ans à New York, où elle a ouvert et dirigé un centre d'études francophones à l'université de Columbia. 

Tweet URL

Plume engagée

Le nom de Maryse Condé avait été cité plusieurs fois pour le prix Nobel de littérature. Elle a été lauréate, entre autres, du prix de l'Académie française pour La Vie scélérate en 1988, du prix Marguerite-Yourcenar pour son autobiographie Le Cœur à rire et à pleurer en 1999, et du prix Tropiques de l'Agence française de développement (AFD) en 2007.  Elle a reçu le 9 décembre 2018, le prix littéraire de la "Nouvelle Académie", groupe de 109 intellectuels suédois qui s'est créé après la vague #MeToo qui a plongé l'Académie suédoise dans un scandale d'agressions sexuelles.

Tweet URL

"Maryse a d’abord été mon professeur. Puis, nous nous sommes retrouvées quelques années après, en Guadeloupe", avait témoigné Christiane Taubira à l'occasion de deux journées de rencontres et lectures organisées autour de l'écrivaine au Musée des civilisations de l'Europe et de la Méditerranée (Mucem) de Marseille en novembre 2022. "C’est une amitié qui s’est nourrie de rencontres à Paris, en Guyane", avait ajouté la femme politique guyanaise.

Tweet URL

C'est vraiment une femme qui savait ce que voulait dire d'être une femme noire née en Guadeloupe et quel était le lien avec l'Afrique. Françoise Vergès, historienne

"C'est vraiment une femme qui savait ce que voulait dire d'être une femme noire née en Guadeloupe et quel était le lien avec l'Afrique. Mais aussi ce monde qu'on dit le monde atlantique, qui a été ce monde de traversées, de circulations et de déportations", déclare l'historienne Françoise Vergès, sur les réseaux sociaux de la rédaction de TV5monde. 

Couverture livre autobio "Le coeur à rire et à  pleurer"
©pocket

Commémorer l'esclavage

Reçue le 3 février 2006 dans L'Invité sur TV5MONDE, Maryse Condé explique son combat pour l'instauration d'une date nationale reconnaissant les mémoires de la traite, de l’esclavage et leur abolition :

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

"En France, je n’ai jamais eu le sentiment que l’on écoutait vraiment ce que j’avais à dire. Je suis habituée à être un peu marginalisée. Aussi, cela m’étonne que ce soit un pays tel que la Suède, un pays voisin de la France, qui estime que ce que je dis et ce que je suis est important", commentait-elle à Jeune Afrique.

Le 10 mai est devenu la Journée nationale de commémoration de l’esclavage en 2006, sous l'impulsion du Comité pour la mémoire de l'esclavage, organisme présidé par Maryse Condé pendant quatre ans, entre 2004 et 2008. 

Femme écrivaine et "modèle"

Maryse Condé vivait à Gordes, petit village provençal du Vaucluse, dans le sud de la France. Elle y avait posé ses valises avec son mari dans les années 1980. C'est là qu'elle avait dicté son dernier livre à une amie, L'Evangile du nouveau monde, qui transplante le Nouveau Testament dans la Guadeloupe contemporaine.

 Elle a donné l'envie à énormément d'écrivains de se lancer et de combattre avec elle.  Laurent Laffont, éditeur

"J'ai toujours travaillé avec elle dans ses différentes maisons d'édition, et j'étais profondément admiratif de son rayonnement, de son courage. Elle a donné l'envie à énormément d'écrivains de se lancer et de combattre avec elle", a réagi auprès de l'AFP son éditeur, Laurent Laffont.

 

En novembre 2022, elle était l'invitée du MUCEM pour deux journées dédiées à son œuvre engagée et mémorielle. Il s'agissait de l'une de ses dernières apparitions publiques. Atteinte d'une maladie neurodégénérative, Maryse Condé est décédée dans la nuit du 1er au 2 avril 2024 à l'hôpital d'Apt (Vaucluse), où elle s'est éteinte dans son sommeil.

Relire dans Terriennes :

Maryse Condé, lauréate du "Nobel alternatif" de littérature