"MASCARILLA-19" : l'Espagne met en place un dispositif de signalement des violences pendant le confinement

Commander un "Mascarilla-19", autrement dit un"Masque-19" chez le pharmacien, voilà le code qui doit permettre aux femmes de signaler qu'elles sont en danger chez elles. L'Espagne, deuxième pays d'Europe le plus touché par le Covid-19, a compris très tôt le risque de hausse des violences conjugales que comporte le confinement. 
Image
Mascarilla-19

Affiche officielle créée par le gouvernement des Canaries et l’institut des Canaries et de l'égalité, suites aux mesures de confinement prises par le gouvernement espagnol. 

© Capture d'écran Instituto Canario Igualdad
Partager4 minutes de lecture
Le gouvernement des îles Canaries a été le premier à réagir face au risque d'augmentation de violences en période de confinement. Dès le 17 mars, un système d’alerte a été mis en place : grâce au mot “Mascarilla-19” qui se traduit par "Masque-19", les femmes victimes peuvent signaler ces abus aux autorités espagnoles.
Pour cela, il leur faut aller en pharmacie et demander à acheter un “Masque-19”, code que le pharmacien comprendra. A lui ensuite de composer le numéro 1-1-2, numéro d’urgence afin d'informer les autorités. 

Cette prise de conscience est un soulagement pour de nombreuses femmes en situation de détresse, alors que le confinement vient tout juste de commencer.
 

"Dites Mascarilla-19"

Afin de donner de la visibilité au mouvement, cette initiative a été relayée sur les réseaux sociaux. Après les Canaries, elle s'est étendue à d'autres régions comme Madrid ou encore Valence. Les pharmacies l’exposent sous forme de pancartes pour informer leurs clients. 
 
"Aujourd'hui, nous avons lancé une campagne en coordination avec @policialocalvlc pour la prévention des violence conjugales durant le confinement. Les femmes passent plus de temps avec leurs agresseurs. Dites "masque-19" dans votre pharmacie et cela activera le protocole d'action en pharmacie.", publie le Collège officiel des pharmaciens de Valence sur Twitter. 

 
L'isolement dans leurs foyers respectifs implique, la coexistence 24h / 24 avec leurs agresseurs
Kika Fumero, directrice de l’ICI
Kika Fumero, directrice de l’ICI, du gouvernement des Canaries, souhaite ainsi venir en aide aux femmes qui, à cause de l'épidémie de coronavirus, sont isolées avec leurs agresseurs : "L'isolement dans leurs foyers respectifs implique la coexistence 24h / 24 avec leurs agresseurs ou la possibilité d'être agressée sexuellement dans les rues plus facilement, car elles sont pratiquement vides". 

Grâce à cette initiative, Kika Fumero veut que “les femmes sachent qu'elles ne sont pas seules, que malgré cet isolement forcé, nous serons très conscients de leur situation et de leur vulnérabilité particulière”.

Système de géolocalisation instantanée

Précurseuse dans la lutte contre les violences conjugales (notamment sur le port du bracelet électronique et sur les procédures d'éloignement des agresseurs), l'Espagne, et notamment le ministère de l'Egalité, a très vite pris la mesure du risque d'augmentation de violences conjugales pendant le confinement. Le gouvernement a aussitôt décidé de mettre en place un dispositif particulier pendant cette période.  
 

Un système de messagerie instantanée pendant le confinement et une assistance psychologique seront également disponibles dans les prochains jours.
Igualdad, Ministère de l'Egalité espagnol 

Une nouvelle ressource d'urgence sera activée pour les femmes en situation de violence sexiste, grâce à un message d'alerte par messagerie instantanée avec géolocalisation qui sera reçu par les forces de l’ordre et organes de sécurité de l'État.",  explique le ministère sur son site internet.
 

Un système de messagerie instantanée pendant le confinement et une assistance psychologique seront également disponibles dans les prochains jours ”, précise-t-il, sans oublier qu’une campagne de communication sera lancée pour présenter un plan d'urgence : “l'objectif est de faire de la sensibilisation aux violences basées sur le genre, alterter les situations de violence au sein des foyers et sensibiliser aux bons traitements pendant la période de confinement.”

S'inspirant de ce dispositif, le ministre français de l'Intérieur Christophe Castaner annonce, ce 27 mars, que les femmes pourront, elles aussi, signaler les violences dont elles sont victimes directement dans les pharmacies pour déclencher l'intervention des forces de l'ordre :